Fort portugais de Ouidah : des retombées pour l’économie de Ouidah

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Fort portugais de Ouidah : des retombées pour l’économie de Ouidah

Maire de Ouidah

Les autorités de la cité des Kpassè se frottent les mains au regard du projet de réhabilitation du Fort portugais et des autres projets en cours ou à venir dans la ville, vu que ces derniers vont générer de la plus-value et donc des ressources supplémentaires pour la commune. Le maire Christian Mawugnon Houétchénou apprécie l’action du gouvernement, et énumère les retombées desdits projets pour sa ville.

LIRE AUSSI:  Tournée du chef de l’Etat dans les communes:Sô-Ava, de la désespérance à la renaissance

Presque aucun dirigeant de la commune de Ouidah n’a eu l’occasion de vivre, pendant qu’il était encore en fonction, la révolution silencieuse en cours à Ouidah. Celle de la valorisation, au plan mondial, des potentialités touristiques, cultuelles et culturelles de la commune. Les autorités actuelles de la mairie se disent très chanceuses. Elles félicitent le chef de l’Etat, Patrice Talon, pour sa noble vision. « Je salue le président de la République, Patrice Talon, pour sa vision magnifique et sa capacité à pouvoir mobiliser les ressources financières nécessaires. Ce n’est pas chose aisée et il est en train de réussir sur toute la ligne. On ne peut que le féliciter pour tout cela », souligne Christian
Mawugnon Houétchénou, maire de la cité des Kpassè.
Une fois les sites ouverts au public, Ouidah va drainer des centaines de milliers de touristes et s’en mettra alors plein les poches. « Je pense qu’on n’a pas besoin de faire un dessin avant qu’on le sache. De façon directe, pour les filles et fils de Ouidah, qu’ils soient restaurateurs, artisans, guides touristiques, promoteurs d’hôtel, etc., ils vont voir leurs chiffres d’affaires s’accroitre. Sur le plan du foncier, Ouidah va connaître des avancées énormes et les recettes de la ville vont s’accroitre en un temps record », note le premier citoyen de Ouidah. Edmond Toli, directeur général de l’Anpt, confirme cette analyse du maire Christian M. Houétchénou, et sur le plan national, ajoute-t-il, la contribution du secteur touristique au Pib du Bénin connaîtra également une amélioration.
A l’hôtel de ville de Ouidah, les autorités ne comptent pas rester les bras croisés pour observer l’Etat central à l’œuvre. Le maire assure que son administration met déjà les petits plats dans les grands pour accompagner le gouvernement dans l’atteinte de l’objectif fixé.
« Nous avons défini un plan de gestion de la ville qui permet à la commune de se mettre aux normes, de voir les problèmes que nous devons résoudre et qui ne sont pas forcément de la responsabilité du gouvernement. Nous avons notamment les rues et ruelles touristiques sur lesquelles nous travaillons. Nous allons sensibiliser les populations parce qu’accueillir des milliers de touristes, ce sont des habitudes qui vont changer. Et donc, nous devons veiller à la propreté de la ville. Il ne faudrait pas que des moutons, des poulets et autres animaux soient en divagation sur ces sites touristiques de classe mondiale. Donc, tout cela est de notre responsabilité, et nous sommes en train de travailler là-dessus », rassure l’autorité communale.
Les questions liées à la sécurité foncière et à la sécurité des personnes et des biens font aussi partie des préoccupations du conseil communal. « Nous allons également faire en sorte que le foncier soit définitivement sécurisé à Ouidah afin que les hommes d’affaires viennent investir dans la ville sans crainte. Nous devons aussi assurer la sécurité dans la ville, nous assurer que les rues et ruelles sont électrifiées pour que chaque touriste qui vient, se sente à l’aise et en sécurité. Autrement dit, nous allons travailler à ce que la ville soit calme et apaisée. Cela nous amène à mettre en place un dispositif pour accompagner la Police républicaine. Nous sommes en train de structurer ce dispositif avec l’aide du gouvernement », renseigne-t-il

LIRE AUSSI:  Examen du Code de l’information et de la communication:Trois titres sur six déjà examinés et adoptés