Fort taux de mortalité maternelle dans la région africaine: Les acteurs de la santé déterminés à inverser la tendance

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Fort taux de mortalité maternelle dans la région africaine: Les acteurs de la santé déterminés à inverser la tendance


Cotonou abrite du 26 novembre au 29 novembre prochain, la 1re réunion annuelle de revue et de planification de l’initiative de promotion et de protection de la santé sexuelle, reproductive et droits connexes dans la région africaine. Elle vise à faire le point des résultats acquis en un an et prendre des mesures pour des actions plus fortes.

LIRE AUSSI:  Docteur Romaric Massi Mahoutondji, hématologue au sujet de l’hémophilie: « Nous avons besoin de plus d’appui pour sauver des vies »

« La santé sexuelle et reproductive en Afrique reste une tragédie qui n’a pas lieu d’être dans l’histoire moderne », a déclaré la représentante du représentant résident de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) au Bénin, Triphonie Nkurunziza, à l’ouverture de la 1re réunion annuelle de revue et de planification de l’initiative de promotion et de protection de la santé sexuelle, reproductive et droits connexes dans la région africaine. Car, argumente-t-elle, les complications liées à la grossesse et à l’accouchement, les avortements à risque, l’épidémie de Vih, les autres maladies sexuellement transmissibles et les cancers gynécologiques sont d’incroyables menaces pour la vie et le bien-être des femmes, des hommes et des jeunes.
C’est pourquoi, poursuit-elle, dans le cadre de la couverture sanitaire universelle, il y a un an, cette initiative met l’accent sur la prestation d’une gamme complète de services liés à la santé sexuelle et reproductive et aux droits connexes, et cible spécifiquement les populations les plus vulnérables et les personnes qui vivent en situation de crise humanitaire. Elle a pour objectifs, complète le directeur de cabinet du ministre de la Santé, Pétas Akogbéto, de renforcer les capacités opérationnelles des services de santé en lien avec la santé sexuelle et reproductive et droits connexes (Srhr), élargir l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive et droits connexes, renforcer le paquet de services de planification familiale et de santé de la reproduction à tous les niveaux de la pyramide sanitaire, et de renforcer le partenariat en faveur de la mise en œuvre de la santé sexuelle et reproductive et droits connexes. Ces objectifs, explique-t-il, constituent une réponse aux taux de morbidité et de mortalité maternelle, qui demeurent encore assez élevés dans nos pays respectifs. Elle cible également en priorité les pays qui sont confrontés à une forte charge de grossesses non désirées et ses corollaires, et qui ont manifesté leur volonté d’éliminer les décès maternels liés à ces causes évitables.
Ainsi, pendant quatre jours, les participants venus de l’Afrique du Sud, du Burkina Faso, du Rwanda et du Bénin auront à faire le point des progrès accomplis, discuter des défis à relever et identifier les solutions pratiques permettant de renforcer la mise en œuvre de l’initiative en vue de l’accélération de l’atteinte des objectifs du Développement durable à travers la réduction de la mortalité maternelle, l’accès universel aux services de santé sexuelle et reproductive et les droits génésiques.
Ils auront également à diffuser les lignes directrices de l’Oms sur les interventions d’autopsie en charge en matière de santé sexuelle et reproductive et droits connexes, et pour faire connaitre les recommandations relatives à la contraception hormonale pour les femmes présentant un risque élevé d’infection par le Vih.
Le directeur de cabinet du ministre de la Santé, Pétas Akogbéto, n’a pas manqué de préciser que les acteurs de la santé des pays concernés ont l’obligation d’inverser la tendance des taux de mortalité maternelle, d’œuvrer pour donner à chaque fille et femme le droit de vivre dignement en bonne santé, sans handicap et sans discrimination. « Nous pouvons éviter bon nombre de ces décès maternels», conclut-il.

LIRE AUSSI:  Accélération de la riposte au Vih d’ici 2020: Dix maires du Bénin s’engagent