Foyer de grippe aviaire à Sèmè-Podji: La situation sous contrôle

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Foyer de grippe aviaire à Sèmè-Podji: La situation sous contrôle

Grippe aviaire

L’influenza aviaire encore appelé grippe aviaire s’invite au Bénin. De sources dignes de foi, le foyer détecté est situé dans une localité de la commune de Sèmè-Podji. Cette maladie virale a déjà provoqué la mort de plusieurs milliers de volailles sur le site. Après confirmation du type de virus, le gouvernement béninois a saisi l’Organisation mondiale de la santé animale (Oie), le 20 août dernier, pour l’informer de la découverte d’un tel virus sur son territoire. Mais « la situation est déjà sous contrôle… », rassure une autorité béninoise dont le département est en charge du secteur. Dans peu de temps, une communication sera présentée sur le sujet, ajoute la source.
Avant le Bénin, deux pays de la sous-région ont signalé la présence de ce virus sur leurs territoires. Il y a le Togo qui a saisi l’Oie le 28 juillet dernier, et la Côte d’Ivoire qui en a fait cas, le 12 août dernier.
La découverte de la grippe aviaire au Togo, en Côte d’Ivoire et au Bénin éveille l’attention de certains pays voisins qui prennent des mesures drastiques pour éviter que le virus soit importé chez eux. C’est le cas, par exemple, du Burkina Faso. A travers un communiqué de presse, vendredi dernier, le ministre burkinabé chargé des Ressources animales a interdit toute importation de volailles et produits aviaires en provenance des trois pays touchés. « Face au risque de réintroduction de cette maladie sur le territoire burkinabè, il est nécessaire de renforcer la surveillance épidémiologique et le contrôle aux frontières », ajoute le texte relayé par plusieurs médias.

LIRE AUSSI:  Dix-huit jours avant le top de la COP 21: Délégation de l’UE donne un avant-goût aux journalistes

Maladie contagieuse

Selon l’Organisation des Nations Unies (Onu), « la grippe aviaire est une maladie virale hautement contagieuse qui touche plusieurs espèces de volailles utilisées pour la production alimentaire (poulets, dindes, cailles, pintades, etc.), ainsi que les oiseaux de compagnie et les oiseaux sauvages ». Outre les volailles, le virus peut parfois toucher d’autres animaux tels que le porc, le tigre, le chat et bien d’autres encore. De même, les humains qui sont en contact direct avec des animaux atteints par ce virus risquent, eux aussi, d’être infectés. A ce propos, l’Onu souligne que la persistance du virus de la grippe aviaire parmi les oiseaux constitue un double risque pour la santé humaine. D’abord, le virus passe des volailles à l’homme en provoquant une pathologie très grave, et il tue entre « 40 % et 60 % des personnes infectées ».
Ensuite, la transformation du virus en une forme hautement infectieuse pour l’homme peut se propager facilement d’un individu à l’autre, constituant le point de départ d’une pandémie. Et c’est là que le sujet devient plus préoccupant, selon l’Onu.
Il est à noter que le dernier cas de grippe aviaire signalée au Bénin remonte à décembre 2007.

LIRE AUSSI:  Chan Maroc 2018: Duel à distance entre l’Angola et le Burkina Faso