France – Bénin : Les priorités d’un partenariat stratégique !

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur France – Bénin : Les priorités d’un partenariat stratégique !


Le nouveau partenariat dans lequel s’engagent le Bénin et la France porte sur trois secteurs prioritaires qui constituent des socles du développement. Il s’agit de la lutte contre le terrorisme, du développement de l’enseignement technique et la formation professionnelle puis de la promotion culturelle.

LIRE AUSSI:  Clermont-Ferrand : Un coéquipier de deux Écureuils gardé à vue


« Le Bénin a décidé de mettre l’accent sur l’enseigne-ment technique et la formation professionnelle et nous attendons de l’Union européenne et de la France un appui important. Nous avons déjà l’appui d’autres partenaires mais nous voulons aller loin de sorte que sur dix enfants, qui sortiraient du système éducatif, quel que soit le niveau, sept au minimum soient formés aux métiers », informe le président de la République du Bénin. Les démarches amorcées à cette fin au sommet de Bruxelles sont prometteuses, se réjouit-il.
Ce projet présenté par son pays sera étendu à d’autres de l’Afrique. Le souhait est que le délai d’attente soit assez court.
Patrice Talon lève ainsi un coin de voile sur la création prochaine d’une trentaine de lycées et d’écoles de métiers pour mieux lutter contre le chômage chez les jeunes.
En effet, il est évident que l’enseignement général ne produit que des chômeurs. Et puisqu’il existe peu de lycées agricoles et d’écoles de métiers, la situation ne fait que s’aggraver d’année en année. Mais depuis 2016, la démarche pour renverser la tendance est enclenchée. En 2020 déjà, le gouvernement avait reçu un financement de 300 millions de dollars de la Banque mondiale pour des investissements dans ce sous-secteur de l’éducation connu pour sa capacité à former des apprenants prêts à être utilisés par les entreprises. Cette ambition du gouvernement se manifeste aussi par l’augmentation sensible et de façon continuelle du budget alloué à l’enseignement technique et à la formation professionnelle. C’est ainsi que dans la loi de finances en cours d’exécution, ce département ministériel a bénéficié de 143 milliards F Cfa. Ce qui correspond à une augmentation de 33 % de son budget par rapport à 2021. Autrement dit, le gouvernement béninois est entièrement prêt à donner corps à cette ambition quitte à ce qu’il bénéficie de l’appui des partenaires.
« Je partage la stratégie qui est la vôtre et qui consiste à former la jeunesse en allant vers des métiers qui sont dans le besoin… »,
indique Emmanuel Macron. C’est une autre manière, à son avis, de lutter contre la fuite des cerveaux et la pensée commune selon laquelle les études en Europe sont la panacée. « Il est important qu’on vous aide à faire ces formations dans votre pays »,
poursuit-il. Puis il annonce la signature dans l’après-midi d’une série de partenariats avec des écoles béninoises à Sèmè City, la cité de l’innovation.

LIRE AUSSI:  Programme d’investissements publics: Des recommandations pour améliorer les taux d’exécution des projets

La lutte contre le terrorisme aussi

La sécurité est actuellement le défi commun à la plupart des pays de la sous-région. Le terrorisme risque de nuire gravement aux politiques de développement si la riposte n’est pas efficace de sorte à anéantir les ardeurs de ces hors-la-loi d’un genre nouveau. C’est pour cette raison que Patrice Talon a abordé le sujet d’un ton particulièrement grave et sans langue de bois, avec son habituelle élégance.
D’abord, il a exprimé sa gratitude à son interlocuteur du moment pour son accompagnement constant afin de mettre les terroristes hors d’état de nuire. « Je salue l’engagement de la France à nos côtés. Il y a une bonne coopération avec elle dans le domaine des renseignements ainsi qu’au niveau du renforcement de capacités », reconnaît Patrice Talon. Mais il souligne que des difficultés subsistent en matière d’acquisition d’équipements de nouvelle génération.
Il compte donc sur l’Hexagone pour un appui dans ce sens afin que le Bénin puisse se doter de ces outils pour mieux se défendre. « Nous avons les moyens d’acquérir ces équipements. Mais avec la tension dans le monde, c’est un peu problématique de les avoir », précise-t-il.
Emmanuel Macron comprend aussi ce besoin exprimé par Patrice Talon. Avec assurance, il confie que la mise à disposition du Bénin d’équipements sera chose faite dans un court délai. Le président français promet de s’investir aux côtés des pays de l’Initiative d’Accra pour maîtriser ce fléau en expansion.