Françoise Sossou Agbaholou à propos des nouvelles attributions de l’Inpf: « C’est une décision salutaire du gouvernement »

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Françoise Sossou Agbaholou à propos des nouvelles attributions de l’Inpf: « C’est une décision salutaire du gouvernement »

Françoise Sossou Agbaholou

Les associations de promotion du genre et de lutte contre les violences faites aux femmes sont en joie. Elles saluent la décision du gouvernement réuni en Conseil des ministres, mercredi 21 juillet 2021, concernant les nouvelles attributions de l’Institut national pour la promotion de la femme.

LIRE AUSSI:  Audience au Conseil économique et social : Adrien Labaune chez Tabé Gbian

Se prononçant sur cette décision, Françoise Sossou Agbaholou, coordonnatrice du réseau Wildaf-Bénin déclare : « Le fait que l’Institut national pour la promotion de la femme soit réformé est appréciable. C’est une décision salutaire du gouvernement. La compétence désormais donnée à l’Institut d’ester en justice est un coup de pouce important au combat pour la promotion du genre et la protection des femmes ».
Par le passé, les associations de lutte contre les violences faites aux femmes étaient limitées dans la prise en charge juridique des victimes. Elles comptaient, entre autres, sur l’Association des femmes juristes dirigée par Me Marie-Elise Gbèdo pour des procédures judiciaires devant les tribunaux.
A présent, le gouvernement prend réellement les commandes de la lutte. Comme indiqué dans le relevé du Conseil des ministres, le chef de l’Etat, Patrice Talon, et son équipe démontrent davantage qu’ils se sont inscrits dans une « dynamique favorisant la promotion et la protection de la femme à travers notamment l’éradication des discriminations dont elle est l’objet, de même que les diverses formes de violences qui compromettent son épanouissement ».
Pour Françoise Sossou Agbaholou, il est nécessaire que la mise en œuvre des différentes mesures se fasse avec célérité et intégralement comme signifié par le gouvernement qui a d’ailleurs rattaché l’Institut à la présidence de la République. Ce qui constitue un signe annonciateur d’une efficacité certaine. En attendant que les pesanteurs sociologiques ne s’estompent peu à peu, les auteurs de violences sur les femmes ont du souci à se faire n

LIRE AUSSI:  Secteur de la décentralisation au Bénin : Sens et logique des réformes