Gestion des car par les comités paritaires

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Gestion des car par les comités paritaires


« C’est la renaissance de la filière palmier à huile », selon le président de la Car de Houin
Des palmeraies mieux entretenues grâce à une approche de gestion caractérisée notamment par la transparence. Le bilan des comités paritaires installés, le 18 septembre 2018, à la tête des Coopératives d’aménagement rural du Mono force l’admiration. Et avant la passation de charge, suite aux élections des membres des conseils d’administration et des conseils de surveillance, François Assou, chargé de mission du préfet du Mono, revient sur l’exemple du comité paritaire de la Car de Houin.

LIRE AUSSI:  Lutte contre le Covid 19: Après l’indifférence, la peur du mal dans le Zou

La Nation : Après 15 mois d’activités, dans quel état laissez-vous la Car de Houin confiée à votre comité paritaire ?

François Assou : La Car de Houin est laissée dans un état d’espérance. Et nous pouvons nous targuer de dire qu’elle se porte mieux que par le passé. Entre autres, nous avons assaini sa gestion financière et réhabilité ses palmeraies. Sur le plan de la gestion, nous avons œuvré non seulement pour l’ouverture d’un compte bancaire mais nous y laissons plus de treize millions francs Cfa de bénéfice contre zéro franc à notre installation. De façon précise, les recettes s’élèvent à 55 485 200 francs contre 40 453 050 francs Cfa de dépenses. Par ailleurs, une enveloppe de 1 521 000 francs est réservée à la taxe de développement local.
De même, de nouvelles règles de gestion sont mises en œuvre. Elles exigent, par exemple, que ce soit en fonction de la disponibilité des noix de palme que l’on perçoive de l’argent chez les clients. Par le passé, ces derniers venaient déposer de l’argent sans s’assurer de la disponibilité du produit. Et tout ceci constituait des dettes. La pratique des dépenses aussi est assainie. Toute dépense est désormais soumise à une analyse préalable de sa pertinence. Et le cas échéant, les pièces comptables sont produites.
Dans le même élan, les ouvriers recrutés sur le site des palmeraies, estimé à 617,28 ha sur une superficie totale de 1031,25 ha, sont régulièrement payés au prorata de leur rendement. L’avènement de mon équipe a permis d’amorcer l’entretien des palmeraies notamment le fauchage. Les travaux d’élagage aussi étaient en projet quand les assemblées générales ont démarré. En dépit de leur importance pour le rendement des palmiers, ces travaux n’étaient pas de l’ordre des priorités. On guettait juste la maturité des régimes pour les couper et procéder à leur vente. Beaucoup d’autres initiatives ont été prises dans le cadre de la nouvelle approche de gestion et du guide mis à notre disposition.

LIRE AUSSI:  Usage des services numériques en santé: Un atout majeur pour la prise en charge des malades

Peut-on dire que la même approche de gestion a prévalu au niveau des Car de Koudo, d’Agamè et d’Agnito?

Oui, puisque le guide de gestion et les activités sont identiques au niveau de toutes les Car, outre quelques spécificités propres à chaque président de comité paritaire. Mieux, à des moments donnés, les présidents se concertent pour harmoniser les bonnes pratiques. En somme, c’est la renaissance de toutes les Car. Et si ceux qui sont élus dans les conseils d’administration et les conseils de surveillance pour prendre la relève ne restent pas dans la même logique, nous aurions été inutiles.

Avez-vous des doutes sur la capacité de ceux qui vous succèdent pour perpétuer les bonnes pratiques ?

Non. C’est juste pour attirer leur attention sur le fait que les palmeraies sont chères au chef de l’Etat. Et c’est très important de leur rappeler l’ampleur des tâches qui les attendent. Ils ne doivent pas les sous-estimer. Et si jamais, ils commettaient l’erreur de trahir les objectifs ou de commettre des malversations financières, ils pourraient se retrouver dans de beau drap. J’ose croire qu’ils ne vont pas décevoir.

LIRE AUSSI:  Basilia Chantal Codjo, spécialiste du genre, de la famille et de la sexualité: « On n’a pas suffisamment responsabilisé les femmes au Bénin »

A la faveur de leur restructuration, les Car ne pourront plus échapper à certaines actions et aux innovations introduites. De quoi s’agit-il réellement ?

Le devoir de financer des actions sociales, par exemple, existait. Et au moment où la gestion était sérieuse, des investissements y étaient consentis. Mais la mauvaise gestion, le fait de confondre la Car à une propriété privée, à un héritage, a amené des coopérateurs à privilégier les intérêts particuliers au détriment des actions sociales. Cette fois-ci, c’est clairement mentionné dans les textes.
Au titre des innovations, le conseil d’administration élabore désormais un plan annuel de travail assorti d’un budget pour son exécution. Et ce budget est voté en assemblée générale. Une reddition de comptes est également prévue en fin d’exécution du budget. Mais, il est de la responsabilité des coopérateurs de contrôler constamment comment leur texte est mis en œuvre. Ils ne doivent pas se contenter de guetter le paiement du loyer de leur terre. Le mode de renouvellement des membres des conseils d’administration et des conseils de surveillance aussi constitue une innovation majeure. Ce que nous (Ndlr, membres du comité paritaire) avons fait n’a rien à voir avec ce qui se faisait.

LIRE AUSSI:  Edition 2019 du festival ‘’Effuzion’’: Les jeunes ouest-africains appelés à se connecter à Dieu