Gestion des déchets biomédicaux: un incinérateur et des équipements pour l’hôpital de zone de Dassa-Glazoué

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Gestion des déchets biomédicaux: un incinérateur et des équipements pour l’hôpital de zone de Dassa-Glazoué

Gestion des déchets biomédicauxLe nouvel incinérateur offert à l’hôpital de zone Dassa-Glazoué

 

Un important lot d’équipements médico-techniques a été officiellement remis, mercredi 15 juin dernier, à la zone sanitaire Dassa-Glazoué. La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte de cet hôpital en présence de Samuel Van Steirteghem, intervention-manager du projet Equité financé par l’Agence Française de développement (Afd) et mis en œuvre par Enabel et plusieurs responsables de la santé dans le département des Collines.

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines

Le lot de matériels reçu est composé d’un incinérateur semi-électrique de type moderne avec abri de protection; d’équipements de gestion des déchets biomédicaux (sachets, boites de sécurité, poubelles, gants, pulvérisateur de solution chlorée …). A cela s’ajoutent deux tricycles entièrement couverts à l’arrière pour le transport sécurisé des déchets biomédicaux. Les deux tricycles permettront le transport en toute sécurité des déchets des formations sanitaires périphériques vers l’incinérateur installé à Dassa ; de 50 tablettes pour la gestion des plaintes et les enquêtes de satisfaction ; des armoires et matériels bureautiques.
Selon Samuel Van Steirteghem, Intervention Manager du projet Equité, intègre le cadre du financement de 13,5 milliards de FCfa accordé par l’Agence française de développement (Afd) pour la mise en œuvre du projet «Ensemble pour une qualité des soins inclusive et transparente, orientée vers l’égalité genre ».
D’où un incinérateur semi-électrique moderne est acquis au profit de l’hôpital de zone Dassa-Glazoué. Il a une capacité de 200 kg de déchets par jour. Samuel Van Steirteghem précise qu’à travers cet appui, l’Agence française de développement contribue à une meilleure gestion des déchets d’activités de soins à risque infectieux produits par l’hôpital de zone de Dassa-Glazoué et des formations sanitaires privées et publiques environnantes.

LIRE AUSSI:  Assemblée générale des magistrats:Michel Adjaka reconduit à la tête de l’UNAMAB pour 3 ans

Un financement de 92 500 000

Aussi, le fonctionnement de la plateforme nationale des utilisateurs des services de santé (Pnuss) est renforcé à travers l’octroi de 50 tablettes pour la gestion des plaintes et les enquêtes de satisfaction. Il en est de même pour les comités de gestion de santé (Coges) des zones sanitaires qui ont également bénéficié d’un appui à travers des matériels et fournitures de bureau.
L’Agence française de dévelop-pement (Afd) a octroyé un financement de quatre-vingt-douze millions cinq cents mille pour soutenir l’amélioration de la gestion des déchets biomédicaux dans la zone sanitaire de Dassa-Zoumè-Glazoué et l’appui au fonctionnement de la Pnuss et des Coges. Mis en œuvre par l’Agence belge de développement (Enabel), ce financement apporte un soutien immédiat à la politique du gouvernement béninois en matière de santé. Cette contribution permet d’atteindre une partie essentielle du résultat dudit projet à savoir la promotion des services de santé promotionnels, préventifs et curatifs de qualité par rapport aux Maladies non transmissibles (Mnt) et les Soins obstétricaux et néonataux d’urgence (Sonu), tenant compte des besoins spécifiques des femmes et des adolescents et enfants des Collines avec une meilleure redevabilité des patients.
Tour à tour, Osée Akpaki, représentant du maire de Dassa, Jacques Akpovi, médecin-coordonnateur de la zone sanitaire Dassa-Glazoué, Codjo Dandonougbo, Directeur départemental de la Santé (Dds-Collines), Olivier Kayodé Danvi, président du Comité santé, ont exprimé leur gratitude pour cet appui de l’Afd à travers le projet Equité. Ils ont promis de faire une utilisation judicieuse de l’incinérateur et des autres matériels afin que « ce mariage entre l’Afd-Enabel et l’hôpital de zone connaisse un lendemain meilleur ».
Ils ont encore fait le plaidoyer pour que les conditions de travail du personnel de santé et celles des populations soient davantage améliorées avec le soutien de ce partenaire.

LIRE AUSSI:  Houéyogbé: Les raisons de la suspension du fonds Fadec

————— Mieux connaitre l’Afd et l’Enabel –————–

L’Agence française de développement (Afd) est un établissement public qui finance, accompagne et accélère les transitions vers un monde plus juste et durable. Plateforme française d’aide publique au développement et d’investissement de développement durable, elle construit avec ses partenaires des solutions partagées, avec et pour les populations du Sud. Ses équipes sont engagées dans plus de 4 000 projets sur le terrain, dans les Outre-mer et dans 115 pays, pour le bien commun de l’humanité – le climat, la biodiversité, la paix, l’égalité femmes-hommes, l’éducation ou encore la santé. L’Afd contribue ainsi à l’engagement de la France et des Français en faveur des Objectifs de développement durable. Pour un monde en commun.
L’Agence belge de développement « Enabel » est engagée dans l’appui au système de santé de la République du Bénin depuis près de 20 ans n
V.S.

 

Un important lot d’équipements médico-techniques a été officiellement remis, mercredi 15 juin dernier, à la zone sanitaire Dassa-Glazoué. La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte de cet hôpital en présence de Samuel Van Steirteghem, intervention-manager du projet Equité financé par l’Agence Française de développement (Afd) et mis en œuvre par Enabel et plusieurs responsables de la santé dans le département des Collines.

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines

Le lot de matériels reçu est composé d’un incinérateur semi-électrique de type moderne avec abri de protection; d’équipements de gestion des déchets biomédicaux (sachets, boites de sécurité, poubelles, gants, pulvérisateur de solution chlorée …). A cela s’ajoutent deux tricycles entièrement couverts à l’arrière pour le transport sécurisé des déchets biomédicaux. Les deux tricycles permettront le transport en toute sécurité des déchets des formations sanitaires périphériques vers l’incinérateur installé à Dassa ; de 50 tablettes pour la gestion des plaintes et les enquêtes de satisfaction ; des armoires et matériels bureautiques.
Selon Samuel Van Steirteghem, Intervention Manager du projet Equité, intègre le cadre du financement de 13,5 milliards de FCfa accordé par l’Agence française de développement (Afd) pour la mise en œuvre du projet «Ensemble pour une qualité des soins inclusive et transparente, orientée vers l’égalité genre ».
D’où un incinérateur semi-électrique moderne est acquis au profit de l’hôpital de zone Dassa-Glazoué. Il a une capacité de 200 kg de déchets par jour. Samuel Van Steirteghem précise qu’à travers cet appui, l’Agence française de développement contribue à une meilleure gestion des déchets d’activités de soins à risque infectieux produits par l’hôpital de zone de Dassa-Glazoué et des formations sanitaires privées et publiques environnantes.

LIRE AUSSI:  Dépenses pour la St Valentin: Le budget consacré, selon les conceptions

Un financement de 92 500 000

Aussi, le fonctionnement de la plateforme nationale des utilisateurs des services de santé (Pnuss) est renforcé à travers l’octroi de 50 tablettes pour la gestion des plaintes et les enquêtes de satisfaction. Il en est de même pour les comités de gestion de santé (Coges) des zones sanitaires qui ont également bénéficié d’un appui à travers des matériels et fournitures de bureau.
L’Agence française de dévelop-pement (Afd) a octroyé un financement de quatre-vingt-douze millions cinq cents mille pour soutenir l’amélioration de la gestion des déchets biomédicaux dans la zone sanitaire de Dassa-Zoumè-Glazoué et l’appui au fonctionnement de la Pnuss et des Coges. Mis en œuvre par l’Agence belge de développement (Enabel), ce financement apporte un soutien immédiat à la politique du gouvernement béninois en matière de santé. Cette contribution permet d’atteindre une partie essentielle du résultat dudit projet à savoir la promotion des services de santé promotionnels, préventifs et curatifs de qualité par rapport aux Maladies non transmissibles (Mnt) et les Soins obstétricaux et néonataux d’urgence (Sonu), tenant compte des besoins spécifiques des femmes et des adolescents et enfants des Collines avec une meilleure redevabilité des patients.
Tour à tour, Osée Akpaki, représentant du maire de Dassa, Jacques Akpovi, médecin-coordonnateur de la zone sanitaire Dassa-Glazoué, Codjo Dandonougbo, Directeur départemental de la Santé (Dds-Collines), Olivier Kayodé Danvi, président du Comité santé, ont exprimé leur gratitude pour cet appui de l’Afd à travers le projet Equité. Ils ont promis de faire une utilisation judicieuse de l’incinérateur et des autres matériels afin que « ce mariage entre l’Afd-Enabel et l’hôpital de zone connaisse un lendemain meilleur ».
Ils ont encore fait le plaidoyer pour que les conditions de travail du personnel de santé et celles des populations soient davantage améliorées avec le soutien de ce partenaire.

LIRE AUSSI:  Négociations Gouvernement-Centrales syndicales: Vers un dégel de la tension sociale

————— Mieux connaitre l’Afd et l’Enabel –————–

L’Agence française de développement (Afd) est un établissement public qui finance, accompagne et accélère les transitions vers un monde plus juste et durable. Plateforme française d’aide publique au développement et d’investissement de développement durable, elle construit avec ses partenaires des solutions partagées, avec et pour les populations du Sud. Ses équipes sont engagées dans plus de 4 000 projets sur le terrain, dans les Outre-mer et dans 115 pays, pour le bien commun de l’humanité – le climat, la biodiversité, la paix, l’égalité femmes-hommes, l’éducation ou encore la santé. L’Afd contribue ainsi à l’engagement de la France et des Français en faveur des Objectifs de développement durable. Pour un monde en commun.
L’Agence belge de développement « Enabel » est engagée dans l’appui au système de santé de la République du Bénin depuis près de 20 ans n
V.S.