Gestion des déchets dans le Grand Nokoué: La société en charge désormais opérationnelle

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: 1


La Société de gestion des déchets et de la salubrité du Grand Nokoué (Sgds-Gn) démarre ses activités de salubrité dans les cinq communes concernées pour la préservation d’un cadre de vie sain. La cérémonie officielle de lancement desdites activités s’est déroulée, hier mercredi 18 décembre, sous la houlette du ministre du Cadre de vie et du Développement durable en présence d’autorités municipales et territoriales.

LIRE AUSSI:  Disparition de souche à l’état civil d’Abomey: La police nie toute implication

Balayage et désherbage des rues et trottoirs, curage des caniveaux, professionnalisation des petites et moyennes entreprises impliquées dans le ramassage des ordures…, ce sont les missions de la Société de gestion des déchets et de la salubrité du Grand Nokoué (Sgds-Gn) qui vient de lancer ses opérations. Pour la réussite de ces missions, 25 petites et moyennes entreprises ont été recrutées dans les 5 communes du Grand Nokoué avec 1360 agents balayeurs. Le coût des opérations des Pme sur les trois ans est évalué à 8,5 milliards de francs Cfa. Et pour un suivi minutieux des activités, 35 superviseurs ont été recrutés au niveau de la Sgds-Gn. Ceux-ci doivent suivre tous les services de pré-collecte, de collecte et de salubrité. Il y aura par ailleurs un suivi-contrôle informatisé et une évaluation annuelle des Pme recrutées. Grâce aux actions de ces prestataires, il est attendu la destruction de plus de 1000 points noirs avec une intervention spécifique sur les berges lagunaires de Cotonou.
« Ce projet est un maillon important qui va donner de la valeur à toutes les actions de développement qui sont déjà entreprises aujourd’hui. La question de la gestion des déchets est devenue une problématique mondiale… C’est un projet qui va nous aider à vivre dans un meilleur environnement », fait savoir le ministre du Cadre de vie et du Développement durable, José Tonato. Il s’agit, poursuit-il, d’un programme complexe dont tous les composants se déclinent en projets inclusifs. Mais il s’agit aussi d’un programme social avec plus de 1500 emplois. La nécessité de réussir ce programme n’est alors plus à démontrer. « La clé de notre succès sera le dispositif de suivi et de contrôle. Tout sera suivi de près. Ce sont 35 superviseurs qui vont sillonner les 42 zones dans les cinq communes du Grand Nokoué », a souligné le ministre José Tonato. Mais le suivi urbain est tout aussi capital. « Nous allons continuer à travailler aux côtés du gouvernement pour que ce projet connaisse un aboutissement heureux », va promettre le maire de Cotonou par intérim, Isidore Gnonlonfoun portant la voix de ses pairs du Grand Nokoué. Il attire également l’attention sur la nécessité de renforcer les activités d’information, d’éducation et de communication. Décrivant la misère quotidienne des populations qui végètent dans la gadoue, le préfet de l’Atlantique et du Littoral par intérim, Jean Claude Codjia a, quant à lui, salué le courage du gouvernement qui œuvre pour un Bénin moderne, un Bénin plus vivable.

LIRE AUSSI:  Situation politique au Mali et en Guinée : Les exigences du Bénin selon Talata