Gestion des ressources publiques au ministère de l’Industrie et du Commerce: Des rapports de performance en examen

Par Bruno SEWADE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Gestion des ressources publiques au ministère de l’Industrie et du Commerce: Des rapports de performance en examen


le ministre de l’Industrie et du Commerce, Serge AHISSOU

Les cadres à divers niveaux du ministère de l’Industrie et du Commerce (Mic) sont en atelier de validation du rapport de performance pour le compte de l’année 2017, à Cotonou, depuis ce mardi 12 juin. Cette rencontre de deux jours qui leur permettra de dégager les résultats auxquels l’exécution du Plan de travail annuel 2017 a abouti et de formuler des recommandations visant à enrayer les obstacles qui persistent, sera l’occasion pour examiner aussi les rapports de performance de 2015 et 2016.

LIRE AUSSI:  Congrès international sur l'arganier: Réflexions autour d’un écosystème à multiples potentialités

Les réformes budgétaires entreprises depuis 1999 et axées sur « la gestion par résultats » reposent sur un principe fondamental que constitue la transparence dans la gestion des ressources publiques. Ce principe qui fait à toute institution étatique l’obligation de la reddition de compte dont le rapport de performance est la matérialisation, préoccupe les cadres à divers niveaux du ministère de l’Industrie et du Commerce (Mic).
En effet, d’une périodicité annuelle, le rapport de performance est sous-tendu essentiellement par le Document de programmation pluriannuelle des dépenses (Dppd), le Projet annuel de performance (Pap) et le Plan de travail annuel (Pta). Ces trois instruments de planification sont introduits dans lesdites réformes budgétaires. Le rapport de performance qui informe tout contribuable béninois de l’utilisation faite des ressources publiques requiert une attention particulière.
Pour ce qui concerne le ministère de l’Industrie et du Commerce, le premier responsable du département, Serge Ahissou, estime que le processus d’élaboration dudit rapport s’est axé sur l’approche participative.
Selon le ministre de l’Industrie et du Commerce, des travaux de consolidation des différentes contributions à l’élaboration du rapport de performance, gestion 2017 du ministère, il ressort que, sur la base de l’exécution des activités prévues, un seul programme se révèle être performant. Il apparaît donc, fait-il remarquer, que de substantiels efforts restent à consentir par le ministère pour de meilleures performances, seul gage du travail bien fait.
Avant le ministre de l’Industrie et du Commerce, le directeur de la Programmation et de la Prospective, Marcel D. Hounkonnou, a rappelé que le département ministériel a élaboré en 2016, son Dppd et son Pap au titre du triennal 2017-2019. Dans le cadre de la mise en œuvre de ces documents, plusieurs activités ont été exécutées et ont permis d’atteindre les résultats et les objectifs qui ont été projetés, souligne-t-il.
L’atelier de validation des rapports de performance qui a démarré hier vise essentiellement à examiner la fiabilité des informations contenues dans les rapports, de faire le point exhaustif des réalisations physiques et financières contenues dans le document ; d’apprécier les différents indices relatifs à la performance du ministère et de faire des observations et des amendements en vue de l’amélioration de la qualité du document.

LIRE AUSSI:  Congrès international sur l'arganier: Réflexions autour d’un écosystème à multiples potentialités