Grande finale de Miss littérature: La consécration des apprenantes pour leur amour à la littérature

Par zounars,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Grande finale de Miss littérature: La consécration des apprenantes pour leur amour à la littérature


Dix jeunes, belles et intelligentes filles ont, samedi 2 juillet dernier, à Cotonou, dévoilé aux amoureux des lettres modernes, de la culture, amis et parents, le vrai visage de la notion ‘’miss littérature’’. Cette initiative de Carmen Toudonou, bien qu’elle soit à sa première édition, rencontre déjà, l’approbation de plus d’un. Elle consacre Charlène Odounlami, reine des jeunes filles amoureuses de la littérature.

LIRE AUSSI:  Comportement et savoir-être en situation professionnelle : Pulchérie Nonnoumi conseille…

Miss littérature, la célébration de la reine de la culture littéraire est désormais une réalité au Bénin. Pour y parvenir, les organisateurs ont installé les amoureux de la lecture, de la culture et parents dans un cadre confortable où, seuls les livres et les belles lettres inspirent et plongent l’assistance dans l’exercice des candidates. Les genres littéraires des œuvres, la nationalité des auteurs, le vrai nom des auteurs, le titre complet d’une œuvre, le compte rendu d’une œuvre…, étaient les exercices auxquels les candidates ont été soumises.

Elèves ou étudiantes âgées de 16 à 22 ans, les candidates qui ont eu droit à l’ultime compétition du samedi dernier sont, bien que certaines soient en filière ou en série scientifique, des amoureuses des livres. Présélectionnées, pour avoir un premier temps convaincu les membres du jury, elles devaient reprendre le même exercice mais cette fois-ci devant Jude Lodjou, Jisleine Adimi Agbozo et Jérôme Tossavi qui forment pour cette finale les membres du jury afin de s’arracher les places de la 2e dauphine, de la 1er dauphine et celle de miss littérature 2016.
Ces apprenantes avaient connaissance des principes du jeu. Lequel, souligne la promotrice de l’évènement. Carmen Toudonou, indiquant que ce concours a pour objectif de jauger la connaissance des candidates en littérature béninoise, en littérature africaine et en littérature du monde. Elles prouveront aussi qu’elles sont capables de faire un compte rendu bref, qu’elles sont des amoureuses des activités littéraires. Ainsi l’une après l’autre, les candidates se sont succédé en parade sur l’estrade pour se présenter aux membres du jury et à l’assistance qui n’avaient que leurs sens pour jouir des moments. Occasion de se familiariser aux aspirantes à la couronne à travers leur style et démarche de communication. Ce premier passage, a été suivi de trois autres. D’abord pour exposer sur un thème culturel de leur choix tiré d’une œuvre d’auteur béninois. Ainsi la communication en milieu rural, la sorcellerie, la culture béninoise en général ont été les principaux thèmes développés par ces dernières. Ensuite, l’étape suivante, marquée par des questions littéraires a été la plus délicate puisque, le public en a profité pour s’exercer. Mais si elle a été agréable pour certains, pour d’autres, cette étape a été pénible. Toutefois, toutes se sont retrouvées à la dernière étape. Celle-ci consistait à répondre à une question, après avoir présenté un compte rendu de l’œuvre, « Amour de Féticheuse » de Félix Couchoro.

LIRE AUSSI:  Vivi L’Internationale : L’artiste de la paix... l’engagée politique

Les résultats

Après les trois passages, les membres du jury se sont retirés pour la délibération, en laissant le public en compagnie des orchestres qui, de par leurs prestations, ont pu distraire les parents et amis impatients de connaître les résultats. Mais très vite, la pression et la peur gagnent les cœurs. C’est la délibération. La 2e dauphine, la candidate n°8 Reine-Marie Donouvossi a eu droit à un téléphone portable Ipad, à des dictionnaires et livres; la 1ere dauphine, candidate n°7, Oriane Todan a reçu un ordinateur, des dictionnaires et des livres.
Quant à la reine de la soirée tant attendue, la Miss littérature 2016, elle a eu droit à des dictionnaires, à des livres et à une moto dame; elle est la candidate n°5 et se nomme Charlène Odounlami.
De cœur avec les parents et amis, le président d’honneur, Boniface Yéhouétomè a félicité les lauréats tout en soulignant que les autres candidats n’ont point démérité. Aussi disposent-elles, comme les lauréats des bourses d’étude en licence ou de master. Le rendez-vous est donc pris pour la deuxième édition de Miss littérature en 2017 avec le souhait des organisateurs d’avoir plus de participantes.?