Grossesses précoces en milieu scolaire: Les auteurs dans le collimateur !

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Grossesses précoces en milieu scolaire: Les auteurs dans le collimateur !


Les enseignants et élèves auteurs de grossesses sur les filles en milieu scolaire ont du souci à se faire. Le gouvernement n’entend plus laisser de tels actes impunis. De source officielle, certains enseignants et élèves en ont déjà fait les frais l’année scolaire écoulée et les diligences sont en cours pour que les sanctions s’étendent à toute personne auteur de grossesse sur les filles en milieu scolaire.

LIRE AUSSI:  Avec le soutien du projet Pinex de « Partners for development »: Quatre entreprises d’exportation d’ananas accèdent au certificat Global G.A.P.

« Des salaires des enseignants reconnus auteurs de grossesse sur les filles élèves ont été suspendus et ils seront radiés. Les élèves reconnus auteurs de grossesse sont traduits en conseil de discipline et des sanctions réglementaires prises à leur encontre. Nous sommes en train de proposer une loi pour que tout auteur de grossesse sur une fille élève soit sanctionné. Ainsi les filles pourront avoir la possibilité de finir leur cursus », renseigne un communiqué du ministère de l’Enseignement secondaire technique et de la Formation professionnelle. Le gouvernement a donc décidé de mettre les auteurs de grossesses précoces face à leurs responsabilités. Les sanctions, en ce qui concerne les enseignements et élèves, sont déjà mises en œuvre, mais le gouvernement entend proposer une loi pour réprimer toute personne auteur de grossesse sur les filles en milieu scolaire. Il s’agit de faire appliquer les textes, mais aussi de rentabiliser la subvention par l’Etat de la scolarité de ces filles en s’assurant de les maintenir à l’école. Selon Ursule Adjou, parent d’élève, cette mesure du gouvernement est à saluer. « Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à la recrudescence de ce phénomène de grossesses précoces en milieu scolaire. Les différents acteurs qui s’activent pour que tous les enfants et jeunes jouissent de leurs droits y compris le droit à l’éducation ont fait assez de sensibilisations. Il faut passer à la répression. Et c’est ce que le gouvernement vient de faire à travers cette circulaire », affirme-t-elle. Selon elle, il importe aussi que le gouvernement étende les sanctions sur les auteurs de grossesse sur les filles en situation d’apprentissage dans le secteur technique. « Toutefois, je propose à l’Etat de commanditer des études pour cerner les vraies causes du phénomène afin que des solutions efficaces soient trouvées pour maintenir nos enfants filles à l’école et leur garantir un meilleur avenir », ajoute Ursule Adjou.

LIRE AUSSI:  Assassinat d'un zem à Natitingou: Le mouvement d’humeur de ses pairs