Habitude vestimentaire: « Sagging » ou les dessous dehors : mode ou délinquance ?

Par Collaboration extérieure,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Habitude vestimentaire: « Sagging » ou les dessous dehors : mode ou délinquance ?


Apparu dans les prisons américaines, le style du pantalon ou de la culotte descendu en dessous de la taille appelé «sagging » fait désormais partie intégrante des habitudes vestimentaires de la jeunesse béninoise. Effet de mode ou expression d’une jeunesse mal assumée ?

LIRE AUSSI:  Campagne « seize jours d’activisme contre les Violences basées sur le genre »: Féministes et activistes apprécient

De nombreux jeunes laissent apparaître une partie ou l’intégralité de leur caleçon ou leurs fesses en abaissant sciemment leurs culottes ou leurs pantalons en dessous de la taille. Ce style appelé « sagging » (qui signifie littéralement affaissement en anglais) est approuvé par la plupart des jeunes que nous avons rencontrés. Ils estiment que c’est la mode, le style le plus « cool » des temps modernes. Le phénomène est remarquable désormais non seulement dans les zones urbaines, mais envahit peu à peu les campagnes. Concernant la raison qui pousse les jeunes à adopter ce style, un élève résidant à Bohicon, qui a requis l’anonymat, déclare que «c’est un style cool pour ressembler à un bad boy ». Pour lui, cela permet « d’affirmer sa jeunesse, sa masculinité et son courage ».
Toutefois, certains jeunes désapprouveront ce style. C’est le cas de Michel Akplogan, un jeune bachelier résidant à Bohicon, pour qui « cela n’est pas une bonne manière de faire ». « C’est un style d’origine américaine que les Béninois cherchent à copier bêtement », poursuit-il. C’est « un comportement d’acculturation », dénonce Michel.
Pour les personnes âgées, le «sagging » est un style insensé, asocial car disent-ils, le pantalon est fait pour être porté jusqu’en dessus de la taille. Azimi Domola, institutrice résidant à Adagamè, un quartier de la ville de Bohicon, trouve cela comme « l’expression même de la délinquance, du banditisme, de l’éducation ratée». « En notre temps, les jeunes portaient les pantalons jusqu’à la hanche, parce qu’il ne sert à rien de marcher à moitié nu dans la rue », laisse entendre l’éducatrice.
Les appréciations sur le look «sagging » varient donc d’une génération à une autre. Reste à savoir si un jour, ce style sera formellement interdit ou admis dans la société béninoise comme un style vestimentaire adéquat, donc normal.

LIRE AUSSI:  Secteurs des hydrocarbures, de la communication et des assurances: La Cnss sensibilise à la protection sociale des travailleurs

Par Fidèle DJIMADJA et Michel MASSESSI  (Stag) A/R Zou-Collines