Hadj 2018: Les premières vagues de pèlerins béninois déjà en terre sainte

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Hadj 2018: Les premières vagues de pèlerins béninois déjà en terre sainte


Départ des pèlerins pour La Mecque 2018

 Les Béninois candidats au hadj 2018 effectuent depuis trois jours le déplacement vers la Mecque dans une ambiance de fête et surtout une organisation suivant les directives retenues par le comité national en charge de l’évènement. Dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 août, la deuxième vague de pèlerins béninois a rallié la terre sainte, sous le regard soulagé de plusieurs responsables.

LIRE AUSSI:  Politique nationale de décentralisation et de déconcentration: Harmoniser les textes avec le Pag

Quelque 3051 Béninois sont attendus à La Mecque en Arabie Saoudite pour l’édition 2018 du Hadj, un des piliers majeurs de la religion musulmane. Parmi eux, 1665 ont déjà rallié la terre sainte par vols réguliers pour accomplir leur pèlerinage. Les 1386 autres doivent effectuer le déplacement par vols charters. Depuis la nuit du mercredi 8 août dernier, la première vague de pèlerins dans cette catégorie, 282 voyageurs au total dont deux bébés, ont pris départ de l’aéroport de Cotonou et ont rallié le sol saoudien sains et saufs à la grande satisfaction des membres du comité d’organisation du hadj.
La deuxième vague comprenant 311 voyageurs s’est également envolée à destination de l’Arabie saoudite, à bord d’un Boeing 777. Embarquement sans anicroche dans l’ordre et la discipline qui caractérisent cette année l’organisation du hadj.
Les uns sereins, les autres dépaysés parfois trop pressés d’embarquer, ces candidats au hadj ont rejoint l’appareil affrété pour leur déplacement avec des signes de reconnaissance et de remerciements aussi bien à l’endroit de l’organisation que d’Allah dont le nom sera abondamment invoqué tout le long du voyage.
Cette discipline dans l’organisation est une exigence du chef de l’Etat et du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération qui préside le comité d’organisation de ce pèlerinage. « Les instructions données ont été suivies à la lettre », confie Bachirou
Gbadamassi, secrétaire général du comité d’organisation du hadj. « Il n’y a aucun problème avec les convoyeurs cette année même si deux hadj ne se ressemblent jamais », laisse-t-il entendre, soupirant, sans doute soulagé de constater que le deuxième embarquement à l’instar du premier a été une parfaite réussite.
D’autres innovations, selon lui, sont à mettre à l’actif de l’édition 2018 du hadj et celles-ci concernent, entre autres l’accueil et les formalités d’avant-voyage. A ce niveau, deux appuis ont été déterminants, souligne Bachirou Gbadamassi : la Police républicaine qui a permis de gagner en discipline et la compagnie aérienne Air Bénin Taxi. C’est en effet cette dernière qui a été retenue après l’avis d’appel d’offres pour la sélection d’un transporteur aérien dans le cadre de ce pèlerinage et son apport et son expertise n’auront pas été vains, admet Bachirou Gbadamassi. La compagnie a prévu cinq vols charters au total pour en finir avec le convoyage des candidats au hadj.
Pour Frédérique Chaffa Shobanke, directrice commerciale d’Air Bénin Taxi, le ton ne peut qu’être à la satisfaction au niveau de la compagnie qui a pu mettre les pèlerins dans les conditions indiquées et exigées par les autorités béninoises. «Avec le concours du comité, le conseil des convoyeurs et l’appui du chef de l’Etat, nous avons réussi à économiser du temps avec des tarifs plus bas pour le déplacement d’un plus nombre grand de Béninois », indique-t-elle. Pendant ce temps, le bruit du Boeing 777 s’élançant dans le ciel en direction de la terre sainte de La Mecque envahit l’aéroport de Cadjèhoun, sous le regard soulagé des membres du comité d’organisation et du personnel aéroportuaire. Le retour des pèlerins est programmé du 9 au 13 septembre prochain.

LIRE AUSSI:  Journée mondiale de la population 2020: Les défis qu’impose la crise sanitaire