Harmonisation des coûts des tests Covid dans la sous-région: Le Bénin se donne encore du temps

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Harmonisation des coûts des tests Covid dans la sous-région: Le Bénin se donne encore du temps


Le Bénin ne s’oppose pas à la recommandation des instances sous régionales relatives à une harmonisation du coût des tests Covid. Interrogé sur la question, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a expliqué pourquoi le Bénin mettra un peu plus de temps que les autres pays pour se conformer.

LIRE AUSSI:  COVID-19: Autotest, un nouvel outil de dépistage


« Les montants fixés par chacun des pays ne relèvent pas d’une décision commune. Chaque pays a mis en place des dispositifs pour se protéger et a décidé du montant qui serait convenable de payer pour les tests Covid ». Aurélien Agbénonci, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération explique ainsi les raisons pour lesquelles tous les pays de la sous-région ne pratiquent pas les mêmes coûts sur les tests de la Covid-19. Il ne nie pas que lors d’un sommet de l’Uemoa, une décision avait été prise par les chefs d’Etat d’harmoniser les tarifs et que, plus tard, la Cedeao a souhaité que les pays prennent la décision d’harmoniser parce qu’il était difficile pour les populations dans un espace communautaire de se voir soumises à des taux différents.
Si jusqu’à présent, le Bénin pratique un tarif différent de ceux des autres pays, c’est bien pour des raisons précises. « Le dispositif du Bénin n’existe dans aucun autre pays (de la sous-région Ndlr). La manière dont les tests sont faits, dont les choses sont organisées, l’investissement fait pour que nous ayons des tests fiables, n’existe pas ailleurs dans la sous-région », a nuancé le ministre, répondant aux questions des journalistes à son retour du sommet de la Cedeao. Selon lui, il faut concéder au pays de prendre un peu plus de temps avant de s’aligner. « Nous avons investi énormément pour avoir une plateforme de première classe et il est normal que dans la démarche de recouvrement des coûts, nous prenons un peu plus de temps que les autres parce que la qualité a un prix », a soutenu le ministre. Mais, assure-t-il, « cette question au fil du temps trouvera une solution » car, « ni la Cedeao, ni l’Uemoa n’ont donné une injonction. Ils l’ont recommandé et de manière souveraine nous apprécions cette recommandation », a signifié le ministre.
D’ailleurs, ce n’est pas la seule question qui se pose à ces pays. L’autre problème selon lui, c’est la reconnaissance des tests Covid pris dans tel ou tel pays. Sur ce plan encore, le Bénin est serein pour avoir mis en place une organisation de qualité.

LIRE AUSSI:  Frontière bénino-nigériane : Muhammadu Buhari ordonne la réouverture immédiate