Hommage à Toussaint Tchitchi: La communauté universitaire témoigne des valeurs de l’homme

Par Kokouvi EKLOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Hommage à Toussaint Tchitchi: La communauté universitaire témoigne des valeurs de l’homme


Décédé le 30 novembre dernier, le professeur Toussaint Yaovi Tchitchi a reçu les hommages de la communauté universitaire et de la Faculté des Lettres, Langues, Arts et Communication (Fllac) avant ses obsèques à Midangbé dans la commune de Dogbo, samedi 14 décembre dernier.

LIRE AUSSI:  Edmond Dossa, expert Uemoa de l’harmonisation du Baccalauréat: « Le Bac unique Uemoa offre beaucoup d’atouts »

La cérémonie qui a réuni à l’amphi Idriss Déby Itno de l’Université d’Abomey-Calavi, personnalités, enseignants, autorités décanales et rectorales, étudiants et une forte délégation du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a été l’occasion pour témoigner des valeurs qu’incarne cette éminence grise des sciences du langage et de la communication.
Un florilège de témoignages faits à son honneur qu’on ne saurait occulter vu la grandeur de l’homme.
Pour Bienvenu Koudjo, directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le professeur Tchitchi a totalement comblé les attentes scientifiques et académiques non seulement au plan national mais aussi aux grands rendez-vous internationaux. Se référant aux fonctions qu’il a occupées, il adresse à toute la communauté universitaire et à sa famille les sincères condoléances du gouvernement. Relevant au passage que l’homme s’est simplement soustrait ‘’à nos yeux de chair’’ et qu’il vit éternellement à travers ses œuvres dans nos cœurs et surtout à travers ses innovations dont les épreuves de langues nationales au baccalauréat.
« Le professeur a accompli de bons actes pour la formation de grands hommes scientifiques. Il a combattu le bon combat, achevé la course. Que son âme repose en paix », a indiqué Prof Rémi Accrombessi, chef division administration de la Flash et représentant syndical.
Des qualités du défunt, il n’y a pas à en douter, selon Alphonse da Silva, directeur de l’Office du Bac. « Il est quelqu’un qui sait toujours ce qu’il fait. Il est un homme de cœur », défend-il.
Prof Samuel Djindé, chef de département des sciences de langage et de la communication, reconnaît tout le prix qu’attache le Professeur titulaire des universités du Cames, enseignant la linguistique, la terminologie et les langues africaines à la valorisation des langues locales. Et convient qu’il est un grand homme et que son image reste gravée « dans nos mémoires ».
Des témoignages rendus en présence de son épouse et de ses enfants qui, quoique meurtris par la douleur de cette immense perte, sauront trouver du réconfort à travers les œuvres accomplies par celui qui représentait tout pour eux.

LIRE AUSSI:  Coups et blessures volontaires (17e dossier): 5 ans de réclusion criminelle à l’encontre de Mama Moukaïla

Professeur Albert Bienvenu Akoha
« Il a le courage de transcender la douleur et les difficultés »
Il m’est difficile de parler de Toussaint aujourd’hui. Le professeur avait l’habitude de dire que nous marchons un peu par promotion. Il est de ma promotion et il est un exemple de professeur intègre. Ce qui le caractérise d’après moi, c’est sa très grande sincérité, son courage, son audace qui se confine à la témérité. Il connait bien les textes et il sait très bien jongler avec les textes pour obtenir légalement ce que politiquement on ne pouvait pas obtenir. C’est ainsi qu’il a obtenu qu’il y ait désormais des épreuves de langues nationales au Bac. Ce que nous lui devons aussi, c’est Ablodé. Toute sa vie a été un combat acharné contre l’aliénation culturelle parce qu’il ne comprenait pas qu’on puisse interdire l’enseignement des langues béninoises dans les écoles béninoises en 2019. Nous avons vécu cela comme une humiliation et un défi à relever. Le professeur y a travaillé toute sa vie. Il a combattu le bon combat. Il a le courage de transcender la douleur et les difficultés. Il nous manquera parce qu’il est celui qui prenait le devant de toutes les luttes. Nous continuons le combat pour l’émancipation des peuples noirs et la véritable prise en charge des cultures béninoises.

LIRE AUSSI:  Présentation au drapeau et remise de fourragère à Bembèrèkè: 1365 élèves gendarmes s’engagent à servir fidèlement la Nation

Professeur Elie Yébou
« Nous prenons l’engagement de continuer cette gigantesque œuvre »
La préoccupation du professeur était de déceler le type de cadre que chacun sera demain. Humaniste, le professeur est le défenseur des langues nationales. Il a réussi à introduire les langues nationales dans les épreuves facultatives au baccalauréat depuis 2008. Il détient une culture intellectuelle incommensurable. Nous prenons l’engagement de continuer cette gigantesque œuvre que tu as léguée3 à la jeune génération que nous constituons n