Horaires de travail dans l’administration publique: Réaménager pour un gain d’environ 26 milliards F Cfa

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Non classé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Horaires de travail dans l’administration publique: Réaménager pour un gain d’environ 26 milliards F Cfa


Un projet de réaménagement des horaires de travail dans l’administration publique est initié par le gouvernement qui a entrepris de sensibiliser les parties prenantes à cet effet. Les responsables des services déconcentrés du Mono et du Couffo ont été entretenus, mercredi 18 novembre, sur les nouveaux horaires envisagés pour l’intérêt de tout le pays.

LIRE AUSSI:  Tournée du chef de l’Etat: Alain Orounla en donne la teneur

Une amplitude horaire de 8h 00 à 17h30 min avec une pause de quatre-vingt-dix minutes (1h30min) allant de 12h30min à 14h, c’est ce que propose le projet de réaménagement des horaires de travail dans l’administration publique.
Cette option permettant de fermer les bureaux une heure plus tôt qu’auparavant apparait plus pratique et rentable sur les plans économique et social, selon le directeur général de la Fonction publique, Bertin Quenum.En présentant hier, la réforme aux membres de la Conférence administrative départementale du Mono puis à ceux du Couffo, réunis au siège des préfectures respectives des deux départements, M. Quenum a soutenu que cette option découle de la synthèse des études commanditées par le gouvernement dans le cadre du projet de réaménagement des horaires de travail dans le secteur public. Le renoncement au statu quo (les horaires actuels), appuie-t-il, améliorera la croissance économique de 0,57 %, ce qui correspondrait à un gain annuel moyen de près de 26 milliards francs Cfa. En plus de cela, retient le Dg/ fonction publique, le Bénin fera une économie avoisinant 11 milliards F Cfa par an sur la consommation d’énergie électrique de l’administration publique. Sur les plans économique et social, poursuit-il, la rentabilité est évaluée à un taux positif moyen de 11,9 % sur un horizon de 15 ans avec une actualisation des différents flux de bénéfices et des coûts à un taux de 10 %.

LIRE AUSSI:  Tournée du chef de l’État dans les communes: Pourquoi l’argent ne circule plus…

Mesures d’accompagnement

La nouvelle amplitude horaire induit beaucoup d’autres avantages tant pour l’Etat que pour les fonctionnaires et les usagers des administrations concernées. Elle permet au gouvernement de concilier le respect du principe des quarante heures par semaine exigées par le Code du travail et la volonté d’améliorer les conditions de travail ainsi que l’utilisation des compétences. Mais si le projet de réforme venait à prendre corps, il n’impacterait pas aussitôt certains secteurs d’activité caractérisés par la continuité de service ainsi que les secteurs en proie à un manque criant d’infrastructures d’accompagnement telles que les espaces de restauration collective. C’est pourquoi, pour l’efficience des résultats attendus et dans la perspective de la généralisation de la réforme, fait savoir le directeur général de la Fonction publique, les études ont recommandé, entre autres mesures, le renforcement des dispositifs de contrôle de présence effective au poste, la poursuite de la généralisation des cantines scolaires ainsi que la création progressive des crèches de proximité dans les quartiers administratifs.
Pour le communicateur, il urge de changer les horaires actuels qui, commente-t-il, font du
Bénin l’un des rares pays à pratiquer encore une pause de deux heures trente minutes, les jours ouvrables. Ce qui, dit-il, induit des contre-performances au niveau de l’administration publique.