Incursion sur le territoire béninois: Les députés condamnent les militaires et douaniers nigérians

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Incursion sur le territoire béninois: Les députés condamnent les militaires et douaniers nigérians


Les députés s’indignent contre l’incursion, courant le mois de novembre dernier, des militaires, douaniers et policiers nigérians sur le territoire béninois, précisément au niveau de la frontière Ita-Egbébi, une localité de la commune d’Adja-Ouèrè, puis à Sèmè-Kraké à Sèmè-Podji.

LIRE AUSSI:  Bopa : Deux personnes lynchées après un rapport sexuel

Les députés condamnent l’acte posé par les forces de sécurité et de défense nigérianes qui ont dépouillé les populations béninoises de leurs biens au niveau des deux frontières. La préoccupation était au cœur de la séance plénière de ce jeudi 26 décembre, à travers la question d’actualité posée par le député Jean-Pierre Babatoundé. Le parlementaire de la 22e circonscription électorale s’est préoccupé de la réaction du gouvernement suite à cette situation, la possibilité d’indemniser les populations victimes de cette incursion et les mécanismes prévus pour prévenir de telles incursions à l’avenir sur le territoire béninois.
Les éléments de réponses du gouvernement ont été fournis à la Représentation nationale par le ministre chargé de la Défense, Fortunet Alain Nouatin, représentant son collègue des Affaires étrangères. Il confirme l’information. Selon lui, l’incursion de ces forces armées nigérianes à la frontière d’Ita-Egbébi le 14 novembre dernier a fait deux victimes qui ont vu leurs biens arrachés. 356 sacs de riz et 45 bidons d’huile végétale et trois téléphones portables ont été saisis chez l’un et un montant de 850 000 F Cfa a été pris chez l’autre. L’incursion au niveau de la frontière de Sèmè-Kraké, le 20 novembre dernier, poursuit le ministre Fortunet Alain Nouatin, s’est soldé également par la saisie des sacs de riz en provenance du Bénin par des douaniers nigérians. Mais ces derniers n’ont pas eu la même chance que leurs collègues qui ont opéré à Ita-Egbébi. A en croire le ministre, ils ne sont pas allés loin. Ces douaniers nigérians ont été rattrapés et pris à partie par les populations, très révoltées contre eux. L’altercation a payé. Les douaniers ont été obligés de lâcher prise en restituant les sacs de riz saisis. Le gouvernement n’est pas resté sans réaction face à la situation, a renseigné Fortunet Alain Nouatin. Il rappelle que le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci, a convoqué d’urgence l’ambassadeur du Nigeria près le Bénin. Il lui a manifesté toute l’indignation du gouvernement face à ces incidents.

LIRE AUSSI:  Message sur l’état de la nation : l’engagement contre le péril djihadiste

Statu quo

Mais pour le moment, le gouvernement nigérian n’a encore rien dit par rapport à la situation. Le ministre informe le Parlement que la question d’indemnisation des victimes de ces incidents n’est pas encore à l’ordre du jour. Le gouvernement travaille à la régularisation de la situation et à faire en sorte que le problème soit réglé de façon responsable. Des engagements ont été pris par les deux pays qui s’accordent à mieux contrôler et maitriser leurs hommes. Le Bénin a instruit ses policiers et ses élus locaux pour sensibiliser les populations à ne plus mener les activités de contrebande au niveau des frontières avec le Nigeria.
Mais cette réponse du gouvernement n’a pas satisfait le député Jean-Pierre Babatoundé et plusieurs autres de ses collègues. Ils estiment que la réaction de l’Exécutif béninois n’a pas été à la hauteur de l’acte posé par ces militaires, policiers et douaniers nigérians qui sont coutumiers du fait. Car, le Bénin, fût-il un petit pays, doit être respecté sur l’ensemble de son territoire. Les parlementaires invitent le gouvernement à prendre des mesures fortes pour éviter que de tels actes se reproduisent et mettre en sécurité les populations vivant le long des frontières entre le Bénin et le Nigeria.