Indice global de cybersécurité: Percée du Bénin dans le classement de l’Uit

Par Kokouvi EKLOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Indice global de cybersécurité: Percée du Bénin dans le classement de l’Uit


Le dernier rapport de l’Indice global de cybersécurité, publié le 29 juin 2021 par l’Union Internationale des Télécommunications (Uit) crédite le Bénin d’un nouveau bond dans son classement. Le pays progresse de 92 places entre 2017 et 2020, en se classant désormais au 56e rang des 194 Etats concernés. Une prime aux réformes et actions entreprises sous le leadership de Patrice Talon.

LIRE AUSSI:  Point d’étape de la mission d’intérim à l’Anatt: 13,6 milliards de F Cfa de manques à gagner, déjà des sanctions

149e en 2017 et 80e en 2018, le Bénin améliore son classement dans le dernier rapport de l’Indice global de cybersécurité en passant au 56e rang sur 194 pays. Le Global cybersecurity Index (Gci) sert à analyser l’engagement des États en faveur de la cybersécurité et la sensibilisation de leurs populations en la matière. Produit et publié par l’Union internationale des télécommunications (Uit), cet indice composite voit le Bénin connaître un bond appréciable. En plus de sa progression dans le classement international, le Bénin se fait remarquer à l’échelle continentale, passant de la 33e place en 2017 à la 8e place en 2018, puis 6e sur les 44 pays africains évalués en 2020. Sur les cinq piliers d’évaluation que sont les mesures légales, le dispositif technique, le niveau organisationnel, les mesures de renforcement des capacités et la coopération, les notes attribuées au Bénin dans le dernier Gci, témoignent de la qualité de l’action publique. Après l’analyse du cadre organisationnel mis en place par les autorités béninoises, l’Uit attribue au pays, la note de 19,48/20. Ensuite 17,42/20 pour les mesures légales et 15,63/20 pour les mesures de coopération. Les réalités sur le terrain confirment cette mention spéciale.

LIRE AUSSI:  Autorisation de ratification d’accords au Parlement : 16, 225 milliards F Cfa pour fournir l’électricité à 100 localités

Enracinement de la cybersécurité au Bénin

Jusqu’en 2016, le cyberespace béninois était sous la menace de toutes sortes d’infractions informatiques et cybernétiques. Les cybercriminels pouvaient se livrer à des pratiques illicites et surfer sur les lois éparses qui régissaient ce secteur, pour écoper de peines inadaptées ou même échapper à la justice.
En avril 2018, une nouvelle page s’ouvre dans l’univers législatif béninois, avec la promulgation par le président Patrice Talon de la loi N° 2017-20 portant code du numérique en République du Bénin, un texte adopté quelques mois plus tôt par l’Assemblée nationale. Le Code, qui rassemble tous les textes existants en matière d’économie numérique, consacre exclusivement un livre à la cybercriminalité et la cybersécurité (le livre sixième). Ce dispositif législatif donne à la justice, les moyens de qualifier avec précision et de réprimer toutes formes d’infractions informatiques et cybernétiques. Dans la foulée, la Police républicaine accélère le rythme de ses descentes sur le terrain et multiplie les arrestations de présumés cybercriminels. Au même moment, l’Agence nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (Anssi), créée par le code du numérique, se met en place pour veiller à ce que les systèmes informatiques de l’administration, des entreprises et autres organisations d’intérêt vital soient protégés. Toutes choses justifiant le bond de 69 places constaté dans le classement 2018 du Global cypersecurity index.
Fidèle à l’ambition du chef de l’Etat de transformer le Bénin en une plateforme de services numériques en Afrique de l’Ouest, un nouveau chantier est lancé à la suite des performances enregistrées en 2018 : celui de la Stratégie nationale de Sécurité numérique. Le document élaboré suivant les standards internationaux, sous la supervision du ministère du Numérique et de la Digitalisation, est approuvé en Conseil des ministres le 6 mai 2020.
La Stratégie nationale de Sécurité numérique pose les bases d’un cyberespace sécurisé et attrayant pour une économie numérique florissante. Elle prévoit 47 actions sur une période de trois ans, en vue de protéger les systèmes d’information et infrastructures critiques, renforcer le cadre juridique pour la lutte contre la cybercriminalité, développer des compétences et la culture de la sécurité numérique, promouvoir la confiance numérique et renforcer la coopération. Les premiers projets mis en œuvre dans le cadre de cette stratégie portent déjà leurs fruits. Admission de l’équipe gouvernementale de réponse aux incidents de sécurité informatique (bjcsirt) au sein du Forum mondial des équipes de réponse aux incidents de sécurité informatique (First) ; renforcement des capacités de diverses cibles dont les magistrats ; sensibilisation à la cybersécurité ; alertes et publication de numéros de téléphones suspects par l’Anssi ; évaluation de la maturité et des capacités nationales en matière de cybersécurité (Cmm) par des experts de la Banque mondiale ; statut de membre observateur de la Convention de Budapest… la liste est longue. A juste titre, cette dynamique nationale est saluée par l’Uit qui classe le Bénin à la 56e place sur 194 pays, dans le dernier rapport de l’Indice global de cybersécurité. Cerise sur le gâteau, le document cite le Bénin parmi les pays du Sud ayant fait preuve d’engagements solides en matière de cybersécurité, au même titre que le Rwanda, le Bangladesh et la Tanzanie.

LIRE AUSSI:  Hackerlab 2021: L’événement prévu pour novembre prochain