Inégalité de rémunération entre hommes et femmes: La Banque mondiale évalue les pertes économiques

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Inégalité de rémunération entre hommes et femmes: La Banque mondiale évalue les pertes économiques


Intitulé « Potentiel non réalisé: le coût élevé de l’inégalité entre les sexes dans les gains », un rapport du groupe de la Banque mondiale en date du 30 mai dernier, analyse le coût économique des inégalités hommes-femmes en termes de pertes de capital humain.

LIRE AUSSI:  Hommage à titre posthume un haut dignitaire du culte vodoun: La vie et l’œuvre de Dah Agbalènon au cœur d’un forum (Ses obsèques prévus pour le samedi prochain)

Les écarts des revenus entre les hommes et les femmes dans le monde sont préjudiciables à l’économie de certains pays. Dans son dernier rapport publié le 30 mai dernier, intitulé ‘’Unrealized Potential: The High Cost of Gender Inequality in Earnings’’ (‘’Potentiel non réalisé : le coût élevé de l’inégalité entre les sexes dans les gains’’), le groupe de la Banque mondiale met en évidence les pertes économiques auxquelles sont exposés les pays couverts par le rapport.

« Le monde se prive de 160 000 milliards de dollars, soit 23 620 dollars par personne dans les 141 pays couverts à cause des inégalités de rémunération entre hommes et femmes », alerte la directrice générale de la Banque mondiale Kristalina Georgieva.
Ce chiffre vient rappeler aux dirigeants mondiaux qu’ils doivent investir dans des politiques qui favorisent l’accès des femmes à des emplois plus nombreux et de meilleure qualité qui promeuvent l’égalité salariale.
Sur le plan des revenus comme sur celui de la participation à la population active, les femmes sont pénalisées par rapport aux hommes dans la quasi-totalité des pays du monde, relève le rapport. La contribution des femmes au capital humain d’un pays, définie comme la valeur des gains à venir de sa population adulte, ne ressort qu’à 38 % en moyenne. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, cette contribution représente au maximum un tiers de la richesse du capital humain, souligne le document.
Le manque à gagner lié à ces inégalités de rémunération varie selon les régions. Les pertes les plus importantes sont enregistrées en Asie. Toutefois, celles enregistrées en Afrique Subsaharienne sont loin d’être négligeables. Elles tournent autour de 2 500 milliards de dollars. « Si en valeur absolue, les pertes dans les pays à faible revenu sont plus faibles que dans le reste du monde, elles sont plus importantes que partout ailleurs rapportées à la dotation initiale en capital humain », fait remarquer l’étude.
Le rapport indique quelques pistes de solutions.Enjeu majeur, la parité des revenus exige des interventions tout au long de la vie Des programmes et des politiques facilitant l’accès des femmes au travail, aux infrastructures de base et aux services financiers, de même que leur contrôle sur les terres, pourraient conduire à la parité des revenus.
Pour Caren Grow, directrice principale du Groupe de la Banque mondiale pour le Genre et l’égalité des sexes, le capital humain, est le socle d’actifs sur lequel chaque pays peut bâtir ses revenus futurs. 
Le rapport s’inscrit dans un programme de recherche plus large de la Banque mondiale, soutenu par le gouvernement du Canada, la Fondation du fonds d’investissement pour l’enfance (Ciff) et le Partenariat mondial pour l’éducation (Gpe).

LIRE AUSSI:  Pour avoir tenté de violer la petite G. Y. (6è dossier): Cyprien Agbolété condamné à 5 ans de travaux forcés