Inflation dans l’Uemoa: Hausse du niveau général des prix en mars

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur Inflation dans l’Uemoa: Hausse du niveau général des prix en mars



L’Indice harmonisé des prix à la consommation (Ihpc) s’est affiché à 103,2 en mars 2021 contre 102,3 un mois plus tôt, soit une hausse de 0,9 % au Bénin, précise la Synthèse conjoncturelle de mars 2021 publiée par la direction générale des Affaires économiques du ministère de l’Economie et des Finances. Cette augmentation représente 0,5 % par rapport à décembre 2020 mais une baisse de 0,5 % par rapport à mars 2020.
Le Bénin est le seul pays où il est noté cette baisse pour la période dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) où le niveau général des prix a globalement augmenté de 2,5 % comparativement à son niveau de mars 2020, selon la Note d’analyse de la Commission de l’Uemoa de mars 2021.

En moyenne annuelle, le taux d’inflation en mars 2021 est de 2,3 % contre 2,5 % un mois plus tôt au Bénin. Ce niveau d’inflation est en dessous du seuil de 3 % fixé dans le cadre de la surveillance multilatérale.
La hausse notée ces derniers mois (0,8 % par rapport à février 2021) est essentiellement due au renchérissement des produits des fonctions: « Produits alimentaires et boissons non alcoolisées », «Enseignement» et « Restaurant et Hôtel ». Cette inflation émane de l’augmentation des prix des produits frais (3,7 %) et autres produits moins volatils du panier (0,1 %). Les prix des produits locaux connaissent une augmentation de 1,4 % et ceux des produits importés, de 0,1 %.

LIRE AUSSI:  Commerce international : L’ananas béninois à la conquête du marché chinois

Pour l’ensemble de l’Union, la valeur de l’Ihpc est de 106,3 en mars 2021, soit une légère progression de 0,1 % par rapport à février 2021. Comparativement à son niveau de décembre 2020, il est noté une augmentation de 0,8 %.

L’inflation régionale est induite par le renchérissement des produits des fonctions:« Santé», «Transport», « Boissons alcoolisées, «Tabacs et stupéfiants», «Loisirs et culture», «Logement, eau, électricité, gaz et autres combustibles», «Communication», «Enseignement », précise la Note de la Commission.
Les prix des fonctions «Produits alimentaires et boissons non alcoolisées» et «Restaurants et Hôtels» sont restés stables entre février et mars 2021.
Le niveau général des prix a augmenté par rapport à mars 2020 de : 3,9 % au Niger, 3,5 % au Mali, 3,3 % en Côte d’Ivoire, 2,5 % au Burkina Faso, 1,2 % au Sénégal, 0,8 % au Togo et 0,7 % en Guinée-Bissau. Les prix des «produits alimentaires et boissons non alcoolisées » ont fait un bond de 4,1 % sur la période.

LIRE AUSSI:  Afrique: La FAO redoute des zones d’insécurité alimentaire