Infrastructures marchandes: La phase 2 de la construction des marchés modernes enclenchée

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Infrastructures marchandes: La phase 2 de la construction des marchés modernes enclenchée


 

Le gouvernement a autorisé la contractualisation pour la construction de nouveaux marchés urbains et régionaux dans différentes communes. Il lance ainsi la deuxième phase de ce programme qui a déjà permis la modernisation d’une vingtaine de marchés que les bénéficiaires intègreront bientôt.

LIRE AUSSI:  Grand engouement des électeurs dans le Zou-Collines

« Nous sommes aussi des commerçantes. Nous avons donc droit à des marchés modernes comme les autres ». Cette indignation d’une vendeuse du marché Saint Michel lors de la dernière tournée gouvernementale à Cotonou n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Les femmes de plusieurs autres villes disposeront bientôt d’infrastructures marchandes modernes pour le bon déroulement de leurs activités commerciales. Le Conseil des ministres de ce mercredi 19 octobre a ordonné la contractualisation avec des sociétés et cabinets pour la phase 2 du projet de construction de marchés urbains et régionaux. L’ouverture de ces chantiers vise aussi à mailler le pays d’un réseau de marchés bien aménagés et facilitant la vie aux usagers.
Si pour la première phase vingt marchés modernes sont en construction, la présente concerne les marchés de Lokossa, Lalo, Covè, Kétou, Kandi, Ouaké, Péhunco, Savalou, Yénawa en l’occurrence le marché aux poissons d’Akpakpa, Ganhi, Saint Michel, Xwlacomey et Zoca. Cette phase intègre aussi les travaux d’extension des marchés de Pk3 à Cotonou, de Guèma à Parakou, puis le réaménagement de celui de Ouando à Porto-Novo.
Selon les orientations du gouvernement, les chantiers ouverts intègrent aussi l’assainissement du cadre et des espaces marchands pour faire corps avec la transformation structurelle de l’économie béninoise. Ils permettent de sortir les marchés du Bénin de la vétusté dans laquelle ils se trouvaient par le passé. Selon l’état des lieux, ce secteur était marqué par de multiples problèmes dont l’insuffisance des places de vente, l’insalubrité et l’insécurité, la congestion des marchés, l’insuffisance, voire l’inexistence des toilettes, les dépotoirs sauvages aux alentours des marchés, etc.
En plus de ce projet de construction de 35 marchés modernes, le gouvernement exécute aussi le projet du Mall en l’occurrence un centre commercial pour le relogement de la vente de détail des produits tels que les tissus, bijoux, maroquinerie, cosmétique au Stade de Kouhounou et le projet de construction de la plateforme agroalimentaire d’Akassato pour accueillir le relogement des activités de gros et de semi gros du marché de Dantokpa
Par ailleurs, le gouvernement anticipe sur la bonne gestion de ces infrastructures marchandes. Cette gestion qui relève de l’Agence nationale de gestion des marchés a pour vocation le développement des marchés, l’assistance à l’exploitation durable des marchés et équipements marchands suivant les normes établies en la matière, en concertation, le cas échéant, avec les communes d’implantation desdites infrastructures et la gestion des opérations dans les marchés en ce qui concerne l’organisation des différents secteurs, l’attribution des espaces, la collecte des redevances, la sécurité, la maintenance, l’entretien, les péages, la collecte et le traitement des déchets. Cette agence s’occupe aussi de la sélection des opérateurs chargés de gérer les marchés et la gestion des mandats de délégation.

LIRE AUSSI:  Coopération bénino-allemande: La migration et le rapatriement au menu des échanges