Inhumation de l’ancienne première dame: L’adieu du Bénin à Rosine Vieyra Soglo

Par Arnaud DOUMANHOUN,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Inhumation de l’ancienne première dame: L’adieu du Bénin à Rosine Vieyra Soglo

La dépouille de Rosine SOGLO

Décédée dimanche 25 juillet 2021 dans sa 87e année, l’ancienne première dame, l’honorable Rosine Vieyra Soglo, a reçu le «dernier adieu », communément appelé absoute, de l’Eglise catholique romaine. Mgr Eugène Houndékon, évêque d’Abomey, a présidé samedi 11 septembre dernier à l’espace Vidolé à Cotonou, cet office religieux empreint d’hommages à l’endroit de la défunte.

LIRE AUSSI:  Couffo: Bruno Amoussou appelle à la remobilisation autour du Ravip

Prédication, invocations, aspersion d’eau bénite et encensement du corps aux fins de l’honorer. C’est la quintessence de cette dernière prière de la liturgie des défunts, prévue dans les rites de l’Eglise catholique romaine, qui a été conduite par Mgr Eugène Houndékon, évêque d’Abomey, porte-parole de la Conférence épiscopale du Bénin. A cette occasion, un parterre de personnalités, sympathisants et amis ont pris d’assaut le siège de Vidolé ce samedi 11 septembre à Cotonou, pour rendre hommage à une femme politiquement engagée, un modèle, une mère, un parent tout court. Chacun s’est donné une raison pour vaincre la peur de la pandémie du coronavirus afin d’honorer ce rendez-vous du « dernier adieu ».
Pour la mémoire de Rosine Vieyra Soglo, effectuer ce déplacement était un impératif. « Nous avons été dépêchés par le président Faure Gnassingbé à la tête d’une délégation pour apporter le soutien, la solidarité, la compassion de l’ensemble du peuple togolais… », a déclaré Lamadokou Kossi, ministre togolais de la Culture et du Tourisme, avant d’ajouter: « Le sentiment qui nous anime, est celui du regret d’une si grande perte pour le Bénin et l’Afrique, parce que la personnalité de Mme Rosine Soglo est très connue de nous tous, et ses œuvres, ses actions vont au-delà du territoire béninois ».
Sous des tentes aménagées pour la circonstance, sont installées des chaises de couleur blanche comme pour symboliser la pureté du cœur de l’illustre disparue. Les invités sont tout aussi de blanc vêtus pour la plupart, avec un foulard en rayures, rouge clair, frappé du blanc. Même dame nature sera clémente en cette saison pluvieuse. Pas une goutte de pluie. En respect des gestes barrières, une partie des invités suivra l’office religieux sur des écrans géants posés de part et d’autre dans la grande cour. De l’autre côté de la clôture, une petite cour abrite la cérémonie proprement dite. Aux premières loges, l’ancien président Nicéphore Dieudonné Soglo, époux de la défunte, et son hôte de marque, l’ancien président nigérian, Olusegun Obasanjo. Sous cette tente, on pourrait identifier le président du parti Union progressiste, Bruno Amoussou, le professeur Paulin Hountondji, l’ancien ministre Pierre Osho, le député Nazaire Sado et autres personnalités de la vie socio-économique et politique du Bénin. « Je me dois d’être là aujourd’hui, un jour inoubliable pour tout le Bénin. Avec cette dame j’ai passé huit ans à l’Assemblée nationale. Elle a été présidente de mon groupe parlementaire pendant huit ans. Je n’ai pas pu passer signer le livre de condoléances et j’ai donc tenu à venir lui rendre un dernier hommage. J’en suis très content», a confié le député Nazaire Sado de la 23e circonscription électorale.
Au terme du culte, place sera faite aux différents messages d’hommage. L’un des plus émouvants est celui du fils aîné, Léhady Soglo, qui a fait couler des larmes à nombre d’invités. « Ton héritage te survivra. Ma chère Maman. Toi qui m’as conduit dans ce monde, moi ton premier né, j’aurais dû être là pour te conduire à ta dernière demeure. Je n’éprouve aucune rancune, aucune amertume. Cette épreuve est la volonté de Dieu…». C’est presque sur cette note de tristesse qu’il conclut son adresse, diffusée au titre des hommages. Et à son frère Ganiou de lui répondre: «Léhady, tu as été digne, tu l’as toujours été. Je t’envoie tout mon amour ainsi qu’à toute ta famille. Un jour, tu viendras honorer ta mère sur la terre de nos ancêtres ».
Il faut dire que le président Nicéphore Dieudonné Soglo est resté joyeux tout au long de la célébration. On pouvait le surprendre en train d’esquisser quelques pas de danse sous le chant de la chorale. A la fin des hommages, l’inhumation sera faite dans l’intimité familiale.

LIRE AUSSI:  Journées de l’Union progressiste : Bruno Amoussou définit le profil du bon militant