Initiative citoyenne de salubrité à Porto-Novo : acteurs sociaux et partenaires se donnent la main

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Initiative citoyenne de salubrité à Porto-Novo : acteurs sociaux et partenaires se donnent la main

Agence_française_de_de_développementAgence_française_de_de_développement

La ville de Porto-Novo bénéficie d’une initiative citoyenne de salubrité mise en œuvre par l’organisation Gbobèto et le Conseil des Béninois de France avec le soutien de l’Agence française de développement. Cette initiative consiste à développer d’un dispositif inclusif de récupération, de tri et de réinsertion dans des filières de valorisation des matières recyclables, des déchets ménagers de la ville de Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Amélioration du dialogue social:Les cadres du MESRS en conclave

Réduire la quantité de déchets ménagers enfouis dans la ville de Porto-Novo en œuvrant au recyclage et à la valorisation des matières recyclables. C’est entre autres, l’objectif du projet que portent l’organisation Gbobèto et le Conseil des Béninois de France. Ils ont reçu dans ce cadre le soutien de l’Agence française de développement qui y voit une contribution essentielle à la salubrité dans la capitale. Jérôme Bertrand-Hardy, directeur de l’Afd, fait savoir que deux raisons ont motivé l’appui de l’Agence française de développement. Il s’agit de la configuration des porteurs du projet, en l’occurrence la mobilisation de la diaspora aux côtés des populations locales et de l’opportunité de cette initiative qui touche à la thématique de la gestion des déchets. « Les actions que vous vous apprêtez à développer sont en synergie avec les actions de l’Agence française de développement », a soutenu Jérôme Bertrand-Hardy. C’est également une initiative qui s’inscrit dans le contexte de la réforme de la gestion des déchets engagée par le gouvernement béninois dans les cinq communes du Grand Nokoué. C’est d’ailleurs pourquoi les porteurs du projet travaillent en étroite collaboration avec la Société de gestion des déchets et de la salubrité (Sgds). Portant la voix du Conseil des Béninois de France, Eliane Aïssi-Yehouessi fait savoir que ce projet a une dimension environnementale en ce qu’il réduit la quantité de déchets enfouis, une dimension économique en ce qu’il octroie une rémunération aux femmes actrices du projet ; une dimension sociale car il implique les élèves d’une dizaine d’établissements et une dimension revalorisation car les déchets récupérés serviront de matières premières à des professionnels dans une logique de production plus responsable. Naomi Medegan Fagla, directrice de Gbobèto ajoute : « Ce qu’on envisage de faire à Porto-Novo, c’est mettre sur pied trois unités de tri manuel sur des points de regroupement. Les sites sont aménagés par la Sgds… Gbobèto travaille avec un partenaire expert et apporte un coaching en entreprenariat aux femmes bénéficiaires du projet car l’idée est de les formaliser en coopératives, de les aider à trouver des débouchés pour les matières ».

LIRE AUSSI:  Noël par anticipation dans la commune de Kétou: La Fondation Etisalat apporte joie et jouets aux écoliers d’Iwoyè