Inspection de la Cour suprême dans les Collines: S’assurer du respect des procédures dans les unités de police et gendarmerie

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Inspection de la Cour suprême dans les Collines: S’assurer du respect des procédures dans les unités de police et gendarmerie


Dans le souci d’assurer sa mission régalienne qui est aussi de s’assurer le respect des libertés et des droits de l’homme dans la cité, le président de la Cour suprême, Ousmane Batoko, à la tête d’une délégation de sa juridiction effectue du jeudi 21 à ce jour vendredi 22 décembre dans le département des Collines une tournée d’inspection dans les unités de police et gendarmerie.

LIRE AUSSI:  Oncle AGBAYA : POUR UNE AUTORITE DE REGULATION DES ADHESIONS AU BR & UP-R

Cette mission d’inspection juridique de la Cour suprême a démarré dans les unités de police et gendarmerie de Ouèssè, Savè et de Glazoué pour s’achever par une séance de travail avec les responsables des Forces de l’ordre affectés sur le terrain. Avant de se rendre dans les unités des trois communes visitées dans la journée du jeudi, la délégation de la Cour suprême s’est prêtée à l’exercice de prise de contact avec les autorités locales que sont les maires. Puis, dans les unités visitées, elle a évalué la conduite de l’information judiciaire dans son fonctionnement quotidien, aux fins d’identifier les dysfonctionnements qui handicapent le rendement et de faire des recommandations idoines aux manquements constatés. C’est ainsi qu’àOuèssè, au commissariat de police comme à la brigade, le constat fait par la délégation est que les gardes-à-vue ne sont pas systématiquement mentionnés dans les registres comme l’exigent les textes. Et les droits des gardés-à-vue ne sont pas toujours respectés.
La justice étant l’un des piliers de l’Etat de droit, elle assure la paix dans la cité. Et pour qu’elle soit bien assurée, il faut au quotidien rappeler à tous les maillons de la chaîne justice le respect strict des textes et des droits de l’homme afin qu’ils mettent fin aux dysfonctionnements qui persistent encore dans les commissariats et brigades.
L’une des causes de ces insuffisances serait la mise en route des réformes en cours et qui visent à dissocier la police administrative de la police judiciaire. De ce fait,les unités de police et de gendarmerie se retrouvent subitement dans des difficultés surtout d’opérationnalité avec un corridor de sécurité qui restreint dans leurs mouvements. Pendant ce temps, les populations ont besoin d’être mieux sécurisée et dans un environnement porteur de plus de sécurité juridique et judiciaire, indispensable à l’exercice réel des libertés. Face aux insuffisances observées, des recommandations ont été faites par la délégation de la Cour suprême aux éléments des Forces de l’ordre qui, en dépit des difficultés et des maigres moyens disponibles, ont compris qu’il faut relever le défidu respect des procédures pour assurer une bonne conduite de l’information judiciaire.
La délégation poursuit le même exercice ce vendredi 22 décembre dans les unités de Bantè, Savalou et de Dassa.
Nous reviendrons plus en détails sur cette descente de la Cour suprême dans les brigades et commissariats dans nos prochaines éditions.

LIRE AUSSI:  La normo-communication: Le style qui favorise les rumeurs ?