Installation d’un Comité de transition au MAEC: Deux semaines pour de nouvelles orientations de la diplomatie béninoise

Par Bruno SEWADE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Installation d’un Comité de transition au MAEC: Deux semaines pour de nouvelles orientations de la diplomatie béninoise


Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Aurélien Agbénonci a installé dans son département ministériel un Comité de transition pour définir les grandes orientations de la diplomatie béninoise à la lumière du Programme d’actions du gouvernement. C’était au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée lundi 18 avril dernier au sein dudit ministère.

LIRE AUSSI:  Gouvernance des entreprises publiques: L’Etat se montre plus exigeant

La diplomatie béninoise aura bientôt de nouvelles orientations. Sur l’initiative du nouveau patron des lieux, Aurélien Agbénonci, un Comité de transition a été installé à cet effet lundi dernier. Ce comité a pour mission de définir les grandes orientations de la diplomatie béninoise à la lumière du Programme d’actions du gouvernement.

« Le Comité de transition qui a un rôle consultatif, a pour mission de définir les grandes orientations de la diplomatie béninoise, à la lumière du Programme d’actions du gouvernement. A ce titre, le Comité est chargé de procéder à un état des lieux de l’action diplomatique au cours des dix dernières années, passer en revue l’organisation et le fonctionnement du ministère tant à la Centrale que dans les postes diplomatiques, proposer les éléments de restructuration du ministère à la lumière de sa nouvelle mission et suggérer les grandes lignes de la politique extérieure du Bénin». C’est la mission assignée par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération à ce Comité qui comporte douze membres.
Pour Aurélien Agbénonci, le Comité de transition dispose de quinze jours pour proposer des mesures spécifiques à adopter en termes de modalités et critères de désignation des Chefs de mission diplomatique, des postes consulaires et autres représentants plénipotentiaires. Les membres du comité auront également à réfléchir sur la rénovation du nouveau bâtiment du ministère, la redistribution des espaces de travail en tenant compte de la réintégration de l’ancien bâtiment dans le patrimoine du ministère. Ils ont aussi à charge de penser au dispositif de sécurité à mettre en place pour l’accès à l’enceinte et aux bâtiments du ministère y compris l’annexe; à la définition des attributions, de l’organisation et du fonctionnement des services internes et externes du ministère; à l’état des lieux du processus d’élaboration du Plan stratégique du ministère.

LIRE AUSSI:  Dr Marcel Ayité Baglo, Dg/Abegief: « Le terrorisme naît de la marginalisation des espaces frontaliers »

Trouver des solutions pratiques

Le nouveau ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a instruit les membres du Comité pour redéfinir les grandes lignes d’une politique de communication du ministère, de réexaminer le projet de Guide du protocole en vue de sa validation par le Conseil des ministres, réfléchir sur la protection des Béninois à l’Extérieur, et penser à comment exploiter la disponibilité des Béninois de l’Extérieur pour leur contribution aux efforts de développement économique et social du pays. Aurélien Agbénonci a insisté sur le placement des cadres dans les Organisations internationales.
«Nous sommes flattés et honorés d’être associés à ce chantier hautement stratégique que vous a confié le chef de l’Etat. C’est vraiment une idée lumineuse que d’avoir associé aux fonctionnaires et aux anciens fonctionnaires, des compétences venant d’autres horizons », a souligné le président du comité l’ambassadeur Jacques Adandé. Pour lui, il est vrai que 15 jours, c’est suffisant. Mais ce n’est pas suffisant, dit-il, pour des raisons évidentes qu’il n’est pas utile de rappeler à la cérémonie d’installation du Comité. « Disons plutôt que nous avons 15 jours pour faire un beau costume, pas le plus beau costume», a dit Jacques Adandé.
Pour le diplomate à la retraite et président de l’Association des ambassadeurs et ministres plénipotentiaires à la retraite (AMPR), il est évident que, ce que recherche le chef de la diplomatie béninoise, à travers ces 15 jours d’intenses activités, ce n’est pas décrocher la lune, mais avoir des solutions pratiques et immédiatement applicables pour que le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération joue au mieux sa partition pour le Nouveau départ. ?