Installé procureur spécial de la Criet : Les engagements du magistrat Mario Mètonou

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Installé procureur spécial de la Criet : Les engagements du magistrat Mario Mètonou


Nommé en Conseil des ministres le mercredi 6 janvier 2021, le nouveau procureur spécial de la Cour de répression des infractions économique et du terrorisme (Criet) a été officiellement installé ce jeudi 4 février 2021, au cours d’une audience solennelle. Il indique les axes stratégiques de sa mandature.

LIRE AUSSI:  5e Rencontre Cour suprême et juridictions du fond à Lokossa: Relever la qualité du service public de la justice

Mario Mètonou, succède ainsi au magistrat Gilbert Ulrich Togbonon qui a passé environ deux ans au poste avant d’être rappelé pour servir au cabinet du ministre de la Justice et de la Législation, garde des Sceaux en qualité de directeur adjoint de cabinet.

Dans son intervention, il indique que ses actions reposent sur trois principes que sont l’égalité de tous devant la juridiction, la transparence et enfin le respect des garanties procédurales.

« Dans notre action au quotidien, nous travaillerons à maintenir le respect strict du principe de l’égalité de tous devant la loi. Nous contribuerons à davantage faire reculer les frontières de l’impunité. Nous ferons en sorte que tous nos concitoyens perçoivent encore plus la Criet comme la juridiction qui, tel Thémis, un bandeau sur les yeux et le glaive à la main, frappe les auteurs des infractions indépendamment de leur catégorie sociale, leur fortune, leurs fonctions dans la République », a-t-il fait savoir.

LIRE AUSSI:  Gestion du Fonds d’aide à la culture et de la centrale Maria Gléta: Le Parlement initie deux commissions d’enquête

Sur le principe de la transparence Mario Mètonou souligne qu’elle est consubstantielle à la crédibilité de l’œuvre de justice. « La collégialité dans le traitement des procédures sera maintenue au parquet. Nous fournirons à la presse les informations factuelles sur les procédures tout en respectant les droits de la défense et en application des règles du code de procédure pénale. Nous rendrons compte sans délai au garde des Sceaux des différentes procédures comme nous l’impose la loi », s’est-il engagé.