Institut privé de santé Sainte Julie de Ouagadougou: Plus de 400 professionnels de la santé sur le marché de l’emploi ouest-africain

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Institut privé de santé Sainte Julie de Ouagadougou: Plus de 400 professionnels de la santé sur le marché de l’emploi ouest-africain


L’Institut privé de santé Sainte Julie (Ipssj) de Ouagadougou, au Burkina Faso, a libéré, samedi 5 décembre dernier à Tenkodogo, des profes-sionnels de la santé en fin de formation. Après avoir prêté serment, les 417 professionnels de la santé sont désormais aptes pour aller faire leurs preuves sur le marché de l’emploi ouest-africain.

LIRE AUSSI:  Epidémie de choléra au Bénin: Deux cas vites contenus dans la région Mono et Couffo

Le cercle des agents au service de la santé des populations s’est élargi, samedi 5 décembre dernier à Tenkodogo, au Burkina Faso, avec la mise sur le marché de l’emploi au niveau de l’Afrique de l’Ouest, de 417 professionnels par l’Institut privé de santé Sainte Julie (Ipssj). Après trois années de formation, ils ont prêté serment de ne pas faillir dans l’exercice de leurs activités.
Tous des professionnels chevronnés de la santé communautaire, ils ont été formés dans quatre spécialités. On dénombre parmi eux 142 sages-femmes, 228 infirmiers d’Etat, 42 agents de santé communautaire et 5 agents itinérants de santé.

Une référence en Afrique de l’Ouest

L’Ipssj tient, en matière de santé des populations, à sa réputation de centre de référence en Afrique de l’Ouest où l’on dispense une formation de qualité. En témoignent les performances extraordinaires qu’il a réalisées dans toutes les spécialités présentées à l’examen national.
En effet, sur les 147 sages-femmes que l’établissement a présentées, informe son directeur des études et stages, Malachie Yaogo, 142 sont admises, soit un taux de réussite de 96,59 %. Des 48 agents de santé communautaire présentés, 42 sont parvenus à s’en sortir, soit un taux de réussite d’environ 87,5 %. S’agissant des infirmiers d’Etat, 228 sur les 245 présentés ont tiré leur épingle du jeu, soit un taux de 93,06 %. Au niveau des agents Itinérants de santé, le résultat a été de 100 % avec 5 admis sur les 5 présentés.
« Avoir un diplôme est noble, mais c’est encore mieux d’être compétent sur le terrain. Le malade n’est pas censé savoir quelle a été votre moyenne de réussite, mais attend de vous, que vous soyez en mesure de répondre à ses besoins », a averti le fondateur de l’institut, Samuel Kéré. « J’ose croire que vous allez respecter votre serment, pour ne pas ternir l’image de l’école et des encadreurs », a-t-il poursuivi.
« Les populations attendent de vous, la compétence, l’ardeur au travail à travers un comportement exemplaire. Vous devez être consciencieux au service des individus et des communautés », a prévenu le directeur général du Centre hospitalier régional de Tenkodogo, parrain des récipiendaires, Ousmane Néré. Il a conscience qu’ils mettront en valeur les enseignements reçus au cours de leur formation.

LIRE AUSSI:  Fièvre hémorragique à virus Lassa au Bénin: Le ministre Alassane Séidou annonce la fin de l’épidémie

Profiter de la réputation de l’institut

Pour les récipiendaires soutenus par leurs parents, c’est le couronnement de nombreux efforts consentis. Ils ont tenu à remercier le promoteur de l’institut, ainsi que leurs différents encadreurs au cours des trois années de leur formation. Par la voix de leur porte-parole, Oualoufey Mouibi, ils ont indiqué ne pas regretter d’avoir pris par cette école. A travers leurs prestations, ils comptent bien profiter de sa renommée, pour mieux se mettre en valeur sur le terrain. En présence des autorités régionales, de leur parrain, de leurs encadreurs, de leurs parents, amis et invités, ils ont donc promis de mettre à contribution leur professionnalisme afin d’apporter du soulagement aux patients. En dehors de Tenkodogo, cette cérémonie de sortie a également eu lieu à Ouagadougou.
En marge de la cérémonie, le promoteur de l’établissement, Samuel Kéré, a annoncé pour la rentrée académique prochaine, l’ouverture d’une nouvelle filière, celle de la « Santé animale ».
Il a, par ailleurs, invité les récipiendaires à être les ambassadeurs de son institution.
C’est en 2015 que l’Ecole privée de santé Sainte Julie (Eps/sj) a ouvert ses portes. Elle deviendra par la suite l’Institut privé de santé Sainte Julie (Ipssj). Parmi les élèves stagiaires qui ont effectué leur sortie le 5 décembre dernier, il y avait la troisième promotion des élèves sages-femmes et infirmiers d’Etat, la quatrième promotion d’élèves agents itinérants de santé et la toute première promotion des agents de santé communautaire.
Outre des prestations artistiques, la cérémonie a également été marquée par la remise d’attestation de fin de formation. Les plus méritants ont reçu des motos. Pour lui témoigner leur reconnaissance, les récipiendaires ont également gratifié de présents, le fondateur de l’établissement.

LIRE AUSSI:  Epidémie de fièvre Lassa: Aucun cas confirmé dans l’Atacora-Donga