Interprofession karité du Bénin: Les activités de la plateforme lancées

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Interprofession karité du Bénin: Les activités de la plateforme lancées


Le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané, accompagné de trois autres ministres, a procédé, ce jeudi 10 septembre, à Cotonou, au lancement officiel des activités du premier bureau de l’Interprofession karité du Bénin (Ikb). Cet acte fait suite à l’élection des membres du conseil d’administration de cette plateforme à l’issue de l’assemblée générale constitutive ayant regroupé toutes les familles de la filière, mercredi dernier.

LIRE AUSSI:  Examen du BEPC 2018: Plus de 17 000 candidats planchent dans le Zou

L’heure de l’émergence de la filière karité au Bénin a sonné. Plus que jamais, les acteurs, tous ensemble, avec l’accompagnement du gouvernement et des partenaires techniques et financiers notamment le Parasep, sont décidés à sortir le karité béninois de l’ornière et à faire de cette filière, l’un des leviers importants de l’économie nationale, tel que stipulé dans le Programme d’action du gouvernement (Pag). Dans cette optique, et à la suite de la création de l’Interprofession karité du Bénin (Ikb), mercredi dernier, au cours de l’assemblée générale constitutive, les membres du conseil d’administration de l’interprofession ont été installés, hier jeudi, par le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement.
Pour la circonstance, Abdoulaye Bio Tchané était accompagné du ministre de l’Agriculture, Gaston Dossouhoui, de son collègue du Commerce et de l’Industrie, Alimatou Shadiya Assouman, et du ministre des Petites et moyennes entreprises, Modeste Kérékou.
S’adressant à l’assistance, Gilles Adamon, premier président du conseil d’administration de l’Ikb, salue la détermination de ses pairs, qu’ils soient producteurs, transformateurs, acheteurs, exportateurs, etc., à sortir cette filière des sentiers battus. Ceci, à travers, entre autres, la création des associations professionnelles et de l’Interprofession karité du Bénin. Après avoir listé une partie des défis à relever dans ce secteur, Gilles Adamon reconnaît l’immensité de la tâche assignée à son équipe. Mais il reste convaincu qu’ensemble avec toutes les familles d’acteurs de l’Ikb, ces défis seront relevés, un par un. C’est également le vœu des principaux partenaires techniques et financiers à savoir l’Union européenne (Ue) et l’Agence française de développement (Afd). Leur représentant Ruben Alba Aguilera pense que le fait de rassembler et intégrer tous les acteurs de la filière apporte déjà plus de maturité et offre la possibilité de travailler d’une manière renforcée et plus cohérente sur les différents maillons de la chaîne.
Le ministre de l’Agriculture, Gaston Dossouhoui, revient sur les ambitions du gouvernement pour la filière karité, qui nécessitent une organisation des familles d’acteurs. Il rappelle, à l’occasion, que le karité est érigé au rang de filière émergente par le Pag. A présent, ajoute-t-il, le gouvernement attend de l’équipe de l’Ikb « un programme pluriannuel bien défini, en adéquation avec les objectifs fixés par le gouvernement et assorti d’un chronogramme d’activités clair ». «…Ensemble nous devons réussir le challenge d’une filière karité forte et dynamique au service de toutes les familles d’acteurs. C’est la seule condition pour que le karité contribue davantage au développement de l’économie de notre pays», souligne le ministre d’Etat. Abdoulaye Bio Tchané rappelle également que le gouvernement rêve de développer la filière karité comme il le fait pour le coton et d’autres produits.
Depuis ce jeudi donc, l’instance dirigeante de l’Ikb est officiellement installée et les activités de l’interprofession sont lancées par la même occasion. Aussi, l’avènement de l’interprofession sonne le glas de l’Association karité Bénin (Akb).
A l’instar de l’ananas et autres, la filière karité bénéficie du soutien du Projet d’appui au renforcement des acteurs du secteur privé (Parasep) financé par l’Union européenne (Ue) et l’Agence française de développement (Afd) puis mis en œuvre par le ministère du Plan et du Développement.

LIRE AUSSI:  Fin du bicentenaire du sacre du roi Guézo: La fraternité raffermie entre les filles et fils d’Abomey