Investissements américains privés en Afrique: Le plaidoyer de Patrice Talon

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Investissements américains privés en Afrique: Le plaidoyer de Patrice Talon

Le chef de l'Etat béninois appelle à juxtaposer les efforts des pouvoirs publics aux apports des opérateurs privés

Tout en se réjouissant de la signature du nouveau compact régional du Millennium challenge corporation, mercredi dernier à Washington aux Etats-Unis d’Amérique, Patrice Talon appelle à un meilleur déploiement des investisseurs américains au Bénin et dans les autres pays africains. Il l’a clairement fait savoir aux autorités américaines.

LIRE AUSSI:  Hausse du prix du blé : Une opportunité à saisir, selon Prof Bokossa

Devant les plus hautes autorités américaines lors de la signature du compact régional du Millennium challenge corporation (Mcc), Patrice Talon s’est fait l’avocat de tous les pays africains pour le renforcement des investissements du secteur privé américain sur le continent. A la tribune officielle, le chef d’Etat béninois a expliqué les contours de ce plaidoyer favorable à l’économie aussi bien de son pays que des autres.
« L’Afrique est très grande. Certains de ses pays constituent des marchés assez petits et le business d’attractivité dans un tel contexte est parfois faible», a diagnostiqué le président de la République. Ce disant, il confirme la pertinence des projets que finance ce compact régional qui permet de faciliter la circulation entre le Bénin, un pays disposant d’un port et le Niger, pays sahélien. « En améliorant la connectivité entre les pays d’Afrique, notamment ceux dont les marchés sont petits, c’est une belle façon d’augmenter l’attractivité de cette zone et c’est en cela que le compact régional est une innovation majeure. Je voudrais inviter le Mcc, notamment sa directrice générale et les autorités américaines de persévérer dans cette voie et que bientôt nous puissions initier des compacts qui seront orientés vers la promotion d’investissements américains privés ; car on constate, malgré les efforts que tous les pays font pour améliorer que le climat des affaires, le nombre d’investisseurs américains est faible sur le continent », explique Patrice Talon. Selon lui, le compact peut être un instrument pour améliorer l’attractivité et promouvoir l’investissement privé dans les pays parce que le développement ne peut venir durablement que rien qu’avec les investissements dans les infrastructures et dans tout ce qui concerne les bases du développement. « Pour qu’il soit réel, il faut qu’effectivement des investissements privés viennent sur ce continent ; c’est le seul moyen de créer le développement réel durable. L’attractivité de l’Afrique doit être un élément dans les rapports entre les Etats-Unis et l’Afrique pour que le privé prenne le relais des efforts que font les uns et les autres dans la promotion de l’économie africaine », a plaidé le chef de l’Etat?

LIRE AUSSI:  Hausse du prix du blé : Une opportunité à saisir, selon Prof Bokossa

Importance du compact régional

Le compact comprendra deux projets principaux que sont le projet d’infrastructures du corridor et le projet d’exploitation efficace du corridor. Le projet d’infrastructures du corridor vise à réduire les coûts d’exploitation des véhicules et à augmenter la vitesse de déplacement en améliorant 210 kilomètres de route, ce qui permettra un transit plus rapide et plus efficace des marchandises entre les marchés et le long du corridor de transport. Ce projet comprend la réhabilitation et l’amélioration d’environ 83 kilomètres de route entre les villes de Bohicon et de Dassa-Zoumè au Bénin, et la réhabilitation et l’amélioration d’environ 127 kilomètres de route entre les villes de Niamey et de Dosso au Niger. Il comprend également la mise en œuvre des réformes politiques et institutionnelles nécessaires pour aider chaque gouvernement à mieux entreprendre l’entretien périodique des routes.
L’importance de ces infrastructures est aussi reconnue par Patrice Talon. « Il contribuera à rapprocher deux pays voisins afin de rendre l’espace plus attrayant pour les investisseurs commerciaux ». Un avis partagé par le secrétaire d’Etat américain qui insiste sur la portée du projet. « Les corridors qui permettent aux produits de circuler entre le Niger et le Bénin constituent une base essentielle pour les affaires et les moyens de subsistance. Les projets porteront les marques des partenariats américains », a signifié Anthony Blinken avant d’indiquer qu’ils seront transparents, de haute qualité, responsables devant les personnes qu’ils sont censés servir et soutiendront également la bonne gouvernance. Il rassure aussi qu’une fois achevés, ces projets rendront le transport de marchandises plus rapide et plus sûr le long des routes et à travers les frontières, et ils connecteront le Bénin et le Niger à des marchés plus importants et à des opportunités plus grandes.
Pour sa part, Alice Albright, présidente-directrice générale du Mcc, estime que la connexion de marchés régionaux africains dynamiques est un élément essentiel d’une stratégie plus large et inclusive visant à créer une croissance économique durable ». Elle permettra, justifie-t-elle, aux pays de se développer plus rapidement, de créer plus d’emplois et d’attirer des investissements supplémentaires du secteur privé lorsqu’ils font partie de marchés régionaux dynamiques?