Journée africaine des frontières: Alassane Séidou plaide pour un espace mieux géré

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Journée africaine des frontières: Alassane Séidou plaide pour un espace mieux géré

ALASSANE SEIDOU Ministre de l'intérieur

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique a délivré un message dans le cadre de la célébration de la Journée africaine des frontières qui marque également la 8e édition de la Semaine des frontières béninoises. Alassane Séidou compte sur l’implication de tous les acteurs en charge des espaces frontaliers et annonce de fortes actions pour rendre attrayantes les frontières.

LIRE AUSSI:  PEJ : 1 milliard 500 millions francs CFA distribués à 7 500 jeunes micro entrepreneurs

Le Bénin commémore la Journée africaine des frontières le 7 juin de chaque année et célèbre à l’occasion, la Semaine des frontières béninoises. Pour cette édition, la 8e, le public est invité à réfléchir sur le thème « Gestion intégrée des espaces frontaliers : outil privilégié pour la promotion de la cohésion régionale », retenu dans le but d’améliorer les conditions sociales, économiques et la résilience des régions défavorisées de notre pays et de renforcer le dialogue régional.
Dans son message à la nation, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique a levé un coin de voile sur des actions envisagées pour redonner vie aux espaces frontaliers. « Mon département s’emploiera à investir dans les zones frontalières pour stimuler les activités économiques et améliorer la connectivité, renforcer les capacités des acteurs locaux et nationaux pour promouvoir des communautés inclusives et résilientes, mettre en place des plateformes de coordination régionale et de dialogue », a martelé Alassane Séidou, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique. Selon lui, la Semaine des frontières béninoises sera marquée cette année par des dons de médicaments aux populations vulnérables des espaces frontaliers pour une bonne résilience, la mise en service des logements pour enseignants et de modules de salles de classe, les ateliers de formation et de sensibilisation des acteurs frontaliers et autres.
Le ministre a témoigné la gratitude du gouvernement à tous les acteurs étatiques et non étatiques, à toutes les autorités locales et traditionnelles et les a exhortés à œuvrer en synergie avec l’Agence béninoise de gestion intégrée des espaces frontaliers (Abegief) dans la mise en place d’une gouvernance frontalière locale exemplaire au service du développement local, gage de la réussite de la cohésion régionale.

LIRE AUSSI:  Obsèques officielles du Général à Natitingou: Les adieux des populations du Zou-Collines à l’illustre disparu
Les maux qui minent les frontières

« Les zones frontalières sont toutes confrontées à des disparités socio-économiques, caractérisées par des défis de développement communs et persistants», a souligné Alassane
Séidou. Il a fait observer l’absence d’une forte présence étatique et d’investissements publics et les désavantages géographiques en termes de conditions naturelles qui alimentent parfois des griefs parmi les communautés locales. Mieux, le sentiment de marginalisation rend les zones frontalières particulièrement vulnérables à l’expansion rapide de la violence et des retombées du conflit voisin au Sahel. D’autres chocs externes tels que les changements climatiques et la pandémie du Covid-19 exacerbent également la vulnérabilité des communautés au niveau des frontières, précise le ministre. « Sur la base de ces constats, le gouvernement du président Patrice Talon, depuis son avènement, apporte tout son soutien à la gestion intégrée des espaces frontaliers. Cet engagement justifie les profondes réformes en cours pour redynamiser la gestion des frontières dans notre pays», a précisé le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique.
Pour rappel, la Journée africaine des frontières commémorée le 7 juin de chaque année a été instituée en 2010 par la Commission de l’Union africaine dans le cadre de la mise en œuvre de son programme Frontière. Cette journée permet de sensibiliser les populations aux enjeux politiques, économiques, humains et sécuritaires. Il s’agit d’éliminer les sources de tensions aux frontières des États et de faire des zones frontalières, des espaces de paix, de sécurité et d’intégration pour un développement économique, social et culturel harmonieux.