Journée de l’enfant béninois: La cible doublement honorée cette année

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Journée de l’enfant béninois: La cible doublement honorée cette année


Il y a 30 ans, le Bénin ratifiait la Convention relative aux droits de l’enfant (Cde). L’évènement a été célébré, mercredi 23 décembre dernier, et a consacré la remise d’arrêtés d’autorisation d’ouverture aux Centres d’accueil de protection des enfants (Cape) ainsi que de cartes aux familles d’accueil accréditées pour la prise en charge des enfants en situation difficile.

LIRE AUSSI:  Lutte pour la réduction de la pauvreté:Plusieurs ONG lauréates reconnues d’utilité publique

Les centres d’accueil et de protection des enfants peuvent désormais exercer en toute légalité. Vingt-et-un d’entre eux ont reçu leurs arrêtés d’autorisation, mercredi dernier, à la faveur de la Journée de l’enfant béninois célébrée le 23 décembre au Bénin depuis 1990. Ce sésame les soustrait officiellement du cadre informel. L’acte du gouvernement per-mettra de rétablir l’ordre dans le domaine de la prise en charge et de la protection de l’enfant dans notre pays.
« Ce jour célèbre l’engagement de notre pays qui ratifiait en août 1990 la Convention relative aux droits de l’enfant (Cde). Ce jour célèbre les actions diverses de tous les acteurs étatiques et non étatiques qui s’investissent chaque jour dans la promotion et la protection des droits de nos enfants. Ce jour nous interpelle sur l’état des lieux de notre système de protection des enfants », souligne Véronique Tognifodé Mèwanou, ministre des Affaires sociales et de la Microfinance.
Tout en rappelant le chemin parcouru par le Bénin dans le cadre de la protection de l’enfant, elle évoque les difficultés auxquelles sont confrontées les structures de protection de l’enfant. « Face à la prolifération des structures d’accueil des enfants, le gouvernement a fixé les normes et standards applicables aux centres d’accueil de protection des enfants (Cape). Toutefois, un nombre élevé d’enfants, pour des raisons diverses, sont privés du microcosme familial et sont confrontés à d’importantes difficultés qui font obstacle à leur développement harmonieux », relève-t-elle.
Les statistiques qu’elle cite illustrent bien ce fossé :
« Les résultats ont montré que malgré l’envie des Cape d’aider les enfants en situation difficile aux côtés de l’Etat, 31,11 % ne disposent pas d’infrastructures adéquates, 20,57 % n’assurent pas la sécurité des enfants, faute de clôtures, 39,33 % ne séparent pas les dortoirs des filles de ceux des garçons, 82,52 % n’ont pas prévu de rampes au profit des enfants handicapés… ».
La décision du gouvernement permettant à ces structures d’exercer légalement permettra de remédier à ces irrégularités en même temps qu’elle accorde une onction officielle pour agir efficacement en faveur de leur cible.
Véronique Tognifodé Mèwanou annonce le renforcement de la répression en 2021 à l’endroit des structures de protection de l’enfant qui tenteront d’enfreindre les règles. « Les structures déconcentrées de la Police républicaine et les tribunaux identifieront et fermeront systématiquement les indélicats qui mettent en péril la vie des enfants », avertit-elle.
Elle exhorte les promoteurs de structures d’accueil et de prise en charge de l’enfant à ne pas dormir sur leurs lauriers. Ceux-ci ont bien conscience de leur mission. «L’accréditation n’est pas une fin en soi. Nous n’allons pas baisser les bras », promet Francis Noumonvi, porte-parole des Cape.
Cette cérémonie est doublée de la remise de cartes aux familles d’accueil accréditées pour la prise en charge des enfants en situation difficile. Un processus conduit en tandem par Sos Village d’enfants d’Abomey-Calavi et le ministère des Affaires sociales, dont la phase expérimentale démarre cette année par les communes de Calavi, Dassa-Zounmè et Natitingou. L’initiative concrétise l’engagement des familles d’accueil vis-à-vis des enfants et vise à les aider à grandir dans de bonnes conditions. Toutes choses qui témoignent de la volonté du Bénin de prendre efficacement soin de ses enfants vulnérables.

LIRE AUSSI:  Dialogue social: Des travailleurs du Mono informés des attributions du Cnds