Journée internationale de la femme 2021: Appel à faire progresser les droits

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Non classé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Journée internationale de la femme 2021: Appel à faire progresser les droits


Le monde entier commémore, ce jour, la Journée internationale de la femme (Jif). A la veille de cette célébration, au plan national, la ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, Véronique Tognifodé, a exhorté toutes les couches de la société à des actions fortes pour éliminer les obstacles et accélérer le progrès vers l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

LIRE AUSSI:  Préparation au commerce électronique: Les Nations Unies saluent les investissements du Bénin

Le monde célèbre, ce lundi 8 mars, la Journée internationale de la femme (Jif). Cette année, le thème retenu au niveau international est « Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 ». Au plan national, la ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, Véronique Tognifodé, a délivré la veille de cette célébration son traditionnel message. Elle y explique que le choix du thème de l’édition 2021 de la Jif traduit la volonté des Nations Unies d’attirer une fois encore l’attention de tous sur la nécessité d’une réflexion sur les moyens innovants permettant de faire progresser l’égalité homme-femme et l’autonomisation des femmes. Ceci, dans un contexte international fortement marqué par la recherche de solutions équitables et durables à la crise de la Covid-19. « Par le choix de cette thématique, les Nations Unies visent à terme, la réalisation des Odd notamment, l’objectif 5 intitulé : Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles », ajoute la ministre des Affaires sociales.
Pour marquer cette journée, annonce-t-elle, une campagne de consultations psychologiques foraines gratuites au profit des femmes ayant subi toutes formes de violences, sera organisée à Ouidah. Il s’agira d’écouter les victimes, les prendre en charge et les suivre de manière progressive, précise Véronique Tognifodé qui invite les concernées à faire le déplacement pour bénéficier desdites consultations.

LIRE AUSSI:  Riposte contre le coronavirus: Où en sommes-nous ?

Importance et défis

Evoquant l’importance des droits des femmes, la ministre des Affaires sociales indique que le thème de la Jif 2021 rappelle qu’autant que l’homme, la femme peut et doit pouvoir exercer son leadership qui n’est rien d’autre que son influence politique, psychologique, sociale sur sa communauté. « Dans un contexte comme le nôtre encore marqué par les violences faites aux femmes, et où l’affirmation pleine du leadership féminin reste à atteindre, il est donc important de travailler de manière à renforcer l’autonomisation de la femme pour lui permettre de s’épanouir. L’élimination des violences faites aux femmes et aux filles et des discriminations basées sur le sexe constitue donc un des enjeux majeurs à relever pour parvenir à « un futur égalitaire » dans un monde sans Covid-19 », insiste la ministre. Elle rappelle les multiples actions que mène le gouvernement à travers le Pag sous la conduite de son ministère. Et grâce à ces œuvres, se réjouit-elle, la femme béninoise est perçue de nos jours comme un agent de développement au même titre que l’homme. Cependant, la ministre déplore le fait que
« l’égalité réelle » entre les deux sexes soit encore une autre paire de manches.

LIRE AUSSI:  Acquisition de vaccin contre le Covid-19 : La Chine signe un accord avec le Bénin

Innovez !

Au Bénin, l’environnement socio-culturel n’est pas encore favorable pour que l’homme et la femme aient les mêmes droits aux plans social, économique, politique, etc. « C’est pourquoi il importe d’innover en recherchant des outils toujours plus modernes de consolidation et de pérennisation des acquis des investissements visant le renforcement du leadership féminin. En cela, la technologie offre des possibilités sans précédent », indique Véronique Tognifodé. Elle ne manque pas de rappeler les domaines et secteurs d’activités dans lesquels la gent féminine est fortement sous représentée. C’est le cas des sciences dures, des technologies et de l’ingénierie.

Pour la ministre des Affaires sociales, l’infériorité numérique, voire l’absence des femmes dans ces domaines les empêche d’être à l’origine ou d’avoir une influence déterminante sur les innovations nécessaires pour une transformation positive de la société. « Qu’il s’agisse des services bancaires mobiles, de l’internet ou de l’intelligence artificielle, il est essentiel que les idées et les expériences des femmes influencent également la conception et la mise en œuvre des innovations qui façonneront la société de demain», plaide-t-elle. Pour que ce rêve devienne réalité, elle incite les femmes leaders, les start-up, les entrepreneurs sociaux, les partenaires techniques et financiers, et toutes celles et ceux qui militent en faveur de l’égalité homme-femme, à envisager des mesures et actions encore plus innovantes, adaptées à la culture et aux lois béninoises afin de contribuer à l’élimination des obstacles et accélérer le progrès vers l’égalité des sexes. A cet effet, elle invite tous les acteurs sus cités à encourager les investissements dans les systèmes sociaux sensibles au genre et à bâtir des services et infrastructures adaptés aux besoins des femmes et des filles.