Journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments: Promouvoir les actions pour des aliments sains

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments: Promouvoir les actions pour des aliments sains


A l’instar de la communauté internationale, le Bénin célèbre ce lundi 7 juin, la troisième édition de la Journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments (Jissa 2021). Occasion pour Françoise Assogba Comlan, secrétaire générale du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, de rappeler les différentes mesures prises par le gouvernement afin d’amoindrir autant que possible les effets néfastes de la consommation d’aliments insalubres.

LIRE AUSSI:  Remise de don pour la lutte contre le Covid-19: La consule honoraire de la Côte d’Ivoire appuie la Cireb


Placée sous le thème « Des aliments sains pour un avenir sain », la troisième édition de la Journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments (Jissa 2021) a été instaurée pour renforcer la sensibilisation à tous les niveaux, promouvoir et faciliter les actions en faveur de la sécurité sanitaire des aliments sur la base de principes scientifiques, conformément aux mesures de l’Organisation mondiale du commerce. A travers ce thème, il est important de comprendre que la consommation et la production d’aliments sûrs ont des effets bénéfiques immédiats et à long terme sur les personnes, l’économie et la planète. En d’autres termes, une nourriture sûre contribue à une vie saine, une économie saine, une planète saine et un avenir sain. Dans son message, Françoise Assogba Comlan, secrétaire générale du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, rappelle que depuis le 20 décembre 2018, l’Assemblée générale de l’Onu a adopté la résolution 73/250 proclamant le 7 juin, Journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments, prenant ainsi en considération le lourd fardeau mondial des maladies d’origine alimentaire qui touchent les individus de tous âges, mais surtout les enfants de moins de cinq ans et les personnes vivant dans les régions à faible revenu. Selon elle, la Fao et l’Oms estiment que 600 millions de personnes, soit près d’une personne sur 10 dans le monde, tombent malades chaque année après avoir consommé des aliments contaminés et
420 000 en meurent. Les aliments insalubres représentent, d’après elle, un manque à gagner d’environ 110 milliards de dollars par an pour les pays à revenu faible et intermédiaire, du fait des pertes de productivité et des dépenses de santé qui en découlent. Devant ces faits qui démontrent l’ampleur des effets des aliments insalubres pour la santé publique et le développement durable des pays, elle note que le Bénin, ayant pris la mesure de la situation, a opéré des réformes afin d’amoindrir autant que possible, les effets néfastes de la consommation d’aliments insalubres. Françoise Assogba Comlan souligne que ces réformes permettent à l’Etat béninois d’assurer la surveillance et le contrôle des contaminants dans les aliments et d’évaluer la qualité et la conformité sanitaire des établissements et des produits agroalimentaires en vue de leur mise sur le marché. Ces réformes visent aussi à effectuer des contrôles des denrées alimentaires au niveau des marchés, des magasins de stockage et aux différents points d’entrée et enfin d’organiser des séances de sensibilisation à l’endroit des différents acteurs de la chaîne alimentaire.

LIRE AUSSI:  Accident de circulation à Guézin dans la commune de Comé: Un mort et deux véhicules propulsés dans le lac Ahémé