Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse: Plus de 12 000 essences plantées dans le Zou

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse: Plus de 12 000 essences plantées dans le Zou

Plants de Teck

La journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse a été célébrée, jeudi 17 juin dernier, dans la forêt privée  »Djèhoué » du village Towéta, situé dans l’arrondissement de Tanvè dans la commune d’Agbangnizoun.

LIRE AUSSI:  Gestion du Complexe W-Arly-Pendjari : les « guichets pays » bientôt opérationnels

Cette année, le thème de la journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse est « Restauration-terres-reprises : des terres saines pour reconstruire en mieux ». Pour marquer cette célébration, ce sont 12 500 plants de teck, de gmelina, de baobab, de néré, de ceiba et de caïlcédra qui ont été mis en terre sur une superficie de cinq hectares à Agbangnizoun. Ils auront besoin d’un entretien soutenu et donc nécessitent l’engagement et l’abnégation de tous, a averti Firmin Kouton, préfet du département du Zou.
En effet, lors de cette rencontre dans la forêt de Towéta, les menaces d’insécurité alimentaire, de perte de la biodiversité, de la sécheresse et surtout de la dégradation des terres qui peuvent découler de la désertification ont été rappelées. C’est donc pour atténuer ces différents effets du changement climatique qu’un cadre de concertation dénommé ‘’Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification (Cnulcd)’’ a été mis en place en 1996. Elle propose aux pays d’encourager les ménages, les communautés, le secteur privé et les gouvernements à entretenir de meilleures relations avec la nature et plus précisément la terre.

LIRE AUSSI:  Mounkaila Goumandakoye sur les changements climatiques : « L’Afrique doit s’engager dans une transition… »

Accompagner la conservation et la valorisation

La restauration des terres dégradées, dira Clétus Kouholi, maire de la commune d’Agbangnizoun, favorise la résilience économique, l’augmentation des revenus et la sécurité alimentaire. Elle permet de séquestrer le carbone atmosphérique à l’origine du réchauffement climatique. Avant de mettre en terre les plants, Privat Patrice Fèliho, promoteur de la forêt Djèhoué, a souhaité l’accompagnement du ministère du Cadre de vie et de ses structures sous tutelle pour davantage de travaux de conservation et la valorisation de la réserve naturelle. « Plus que jamais, votre appui est nécessaire, si nous espérons qu’à moyen et long termes, ces jeunes plants deviennent des arbres vigoureux et utiles à la population », souligne-t-il.
En instituant une Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, rappelle Rémi Hèfoumè, directeur général des Eaux, Forêts et Chasse, les Nations Unies visent à mobiliser les efforts en faveur de la protection et de la restauration des écosystèmes naturels. Le thème de la célébration qui est «Restauration-terres-reprises : des terres saines pour reconstruire en mieux » est en lien avec la thématique de la décennie 2021- 2030 des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes. En effet, précise Rémi
Hèfoumè, la décennie 2021- 2030 constitue la dernière ligne droite pour l’atteinte des Objectifs de développement durable (Odd) en général dont la cible 15.3 relative à la neutralité de la dégradation des terres.
Dans ce cadre, il y a eu la signature d’un accord entre les services des Eaux Forêt et Chasse et Privat Patrice Fèliho. Un accord qui spécifie la contribution de chaque partie pour réaliser une plantation réussie avec les normes requises.