Journée mondiale des sols : les populations sensibilisées à la préservation

Par La Redaction,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Journée mondiale des sols : les populations sensibilisées à la préservation


En prélude à la 8e édition de la journée mondiale des sols, Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, a adressé, vendredi 03 décembre dernier, un message aux populations pour les appeler aux bonnes pratiques dans l’exploitation des terres.

Par Mathilde ASSOGBA (Stag)

Ce dimanche 5 décembre la journée mondiale des sols (Jms) a été célébrée. Le Bénin, à l’instar de la communauté internationale, a sacrifié à la tradition.
En prélude à cette journée, le ministre Gaston Dossouhoui a délivré un message, vendredi 03 décembre dernier, pour sensibiliser les populations à l’importance de la préservation des sols. « L’objectif visé en instituant cette journée est de sensibiliser le grand public sur l’importance de maintenir des écosystèmes sains pour le bien-être humain en abordant les défis de plus en plus croissants de la dégradation des sols », a-t-il fait savoir. Le thème de cette 8e édition est « Stopper la salinisation des sols, accroître leur productivité ». Selon le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, la salinisation et la sodification sont des processus majeurs de dégradation des sols qui menacent les écosystèmes. Dans les régions arides et semi-arides, ils constituent l’un des problèmes les plus importants au plan mondial pour la production agricole, la sécurité alimentaire et la durabilité des sols. Avec l’ampleur de la production maraîchère dans la zone côtière, le Bénin n’échappe pas à la problématique de la salinisation des sols.
Gaston Dossouhoui n’a pas manqué de rappeler la nécessité de sensibiliser au plus vite à l’importance des sols, plus particulièrement à la nécessité de les protéger et de les utiliser de façon durable. Selon le rapport de l’Institut national des recherches agricoles du Bénin (Inrab) publié en 2008, la proportion des sols dégradés au Bénin est estimée à 62 %.

LIRE AUSSI:  Durabilité du cadre de vie: Cap sur l’écocitoyenneté !

Menaces sur les sols

Au cours de sa conférence de presse, le ministre Gaston Dossouhoui a fait remarquer que les sols sont menacés par plusieurs formes de dégradation. L’accumulation de sels dans le sol fait partie de ces formes de dégradation qui perturbent la productivité du sol. Ce phénomène peut être naturel du fait de la libération de sels par les roches, de l’infiltration et de l’évaporation de l’eau de mer ou encore du dépôt de sels dans les zones situées dans les environs de la mer. Mais, il peut aussi être déclenché par des pratiques humaines telles que l’arrosage avec une eau de mauvaise qualité ou une quantité insuffisante d’eau, la déforestation, l’utilisation non durable d’engrais ou l’exploitation abusive des aquifères au sein des zones exposées à l’intrusion marine.

Actions pour la préservation des terres au Bénin

En effet, pour la protection et la préservation des sols, le gouvernement a adopté depuis février 2019 le « Plan d’action national sur la gestion durable des Terres (Pan-Gdt 2018-2027). Ce plan préconise un changement de paradigme dans la gestion des terres. Désormais, dans toutes les formes d’utilisation des ressources liées au sol, le nouveau paradigme est « éviter-réduire-restaurer ». Au plan agricole, le Plan stratégique de développement du secteur agricole (Psdsa 2017-2025) prévoit dans sa composante 3.2 la gestion durable des terres et des écosystèmes aquatiques. « La mise en œuvre de cette composante prend en compte la problématique de la salinisation des sols et contribue à l’atteinte de la cible 3 de l’Odd 15 », a souligné le ministre Gaston Dossouhoui.
Pour accompagner le ministère dans sa démarche de restauration des sols, la coopération allemande à travers la Giz a mis en œuvre dans 18 communes et 4 départements un projet de Protection et réhabilitation des sols (ProSOL) pour l’amélioration de la sécurité sanitaire au Bénin. Grâce à ce projet, 160 000 ha de sols ont déjà été réhabilités.

En prélude à la 8e édition de la journée mondiale des sols, Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, a adressé, vendredi 03 décembre dernier, un message aux populations pour les appeler aux bonnes pratiques dans l’exploitation des terres.

Par Mathilde ASSOGBA (Stag)

Ce dimanche 5 décembre la journée mondiale des sols (Jms) a été célébrée. Le Bénin, à l’instar de la communauté internationale, a sacrifié à la tradition.
En prélude à cette journée, le ministre Gaston Dossouhoui a délivré un message, vendredi 03 décembre dernier, pour sensibiliser les populations à l’importance de la préservation des sols. « L’objectif visé en instituant cette journée est de sensibiliser le grand public sur l’importance de maintenir des écosystèmes sains pour le bien-être humain en abordant les défis de plus en plus croissants de la dégradation des sols », a-t-il fait savoir. Le thème de cette 8e édition est « Stopper la salinisation des sols, accroître leur productivité ». Selon le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, la salinisation et la sodification sont des processus majeurs de dégradation des sols qui menacent les écosystèmes. Dans les régions arides et semi-arides, ils constituent l’un des problèmes les plus importants au plan mondial pour la production agricole, la sécurité alimentaire et la durabilité des sols. Avec l’ampleur de la production maraîchère dans la zone côtière, le Bénin n’échappe pas à la problématique de la salinisation des sols.
Gaston Dossouhoui n’a pas manqué de rappeler la nécessité de sensibiliser au plus vite à l’importance des sols, plus particulièrement à la nécessité de les protéger et de les utiliser de façon durable. Selon le rapport de l’Institut national des recherches agricoles du Bénin (Inrab) publié en 2008, la proportion des sols dégradés au Bénin est estimée à 62 %.

LIRE AUSSI:  Dégradation du cadre de vie: L’axe usine-Dèkoungbé exposé à l’indélicatesse des riverains

Menaces sur les sols

Au cours de sa conférence de presse, le ministre Gaston Dossouhoui a fait remarquer que les sols sont menacés par plusieurs formes de dégradation. L’accumulation de sels dans le sol fait partie de ces formes de dégradation qui perturbent la productivité du sol. Ce phénomène peut être naturel du fait de la libération de sels par les roches, de l’infiltration et de l’évaporation de l’eau de mer ou encore du dépôt de sels dans les zones situées dans les environs de la mer. Mais, il peut aussi être déclenché par des pratiques humaines telles que l’arrosage avec une eau de mauvaise qualité ou une quantité insuffisante d’eau, la déforestation, l’utilisation non durable d’engrais ou l’exploitation abusive des aquifères au sein des zones exposées à l’intrusion marine.

Actions pour la préservation des terres au Bénin

En effet, pour la protection et la préservation des sols, le gouvernement a adopté depuis février 2019 le « Plan d’action national sur la gestion durable des Terres (Pan-Gdt 2018-2027). Ce plan préconise un changement de paradigme dans la gestion des terres. Désormais, dans toutes les formes d’utilisation des ressources liées au sol, le nouveau paradigme est « éviter-réduire-restaurer ». Au plan agricole, le Plan stratégique de développement du secteur agricole (Psdsa 2017-2025) prévoit dans sa composante 3.2 la gestion durable des terres et des écosystèmes aquatiques. « La mise en œuvre de cette composante prend en compte la problématique de la salinisation des sols et contribue à l’atteinte de la cible 3 de l’Odd 15 », a souligné le ministre Gaston Dossouhoui.
Pour accompagner le ministère dans sa démarche de restauration des sols, la coopération allemande à travers la Giz a mis en œuvre dans 18 communes et 4 départements un projet de Protection et réhabilitation des sols (ProSOL) pour l’amélioration de la sécurité sanitaire au Bénin. Grâce à ce projet, 160 000 ha de sols ont déjà été réhabilités.