Journée mondiale des toilettes: Plaidoyer pour un accès universel à l’hygiène et à l’assainissement

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Journée mondiale des toilettes: Plaidoyer pour un accès universel à l’hygiène et à l’assainissement


La journée mondiale des toilettes, célébrée mardi 19 novembre dernier, a été l’occasion pour les acteurs impliqués dans les questions d’hygiène de faire des plaidoyers pour un accès universel aux services d’hygiène et d’assainissement au Bénin.

LIRE AUSSI:  31e Journée du championnat national de Ligue 1: 7 confrontations alléchantes prévues pour ce jour

L’édition 2019 de la journée mondiale des toilettes a pour thème « Agir et ne laisser personne de côté ». A la faveur d’une rencontre avec les acteurs impliqués dans les questions d’hygiène et d’assainissement au Centre de formation aux métiers de l’eau à Cotonou, mardi 19 novembre dernier, Félix Adégnika, coordonnateur national de Water supply and sanitation collaborative council (Conseil de concertation pour l’eau et l’assainissement) ainsi que d’autres acteurs ont fait des plaidoyers pour un accès universel à l’hygiène et à l’assainissement.
Les différents acteurs, d’après Félix Adégnika, travaillent à lancer un mouvement sociétal pour la promotion de l’hygiène et de l’assainissement. Les acteurs des médias auront une grande responsabilité, souligne-t-il, pour qu’enfin les questions d’hygiène et d’assainissement soient inscrites au rang des priorités de développement. Il a expliqué qu’il faut changer de paradigme pour ne pas accuser de retard dans l’atteinte des Objectifs de développement durable en leur point 6.2 sur l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement ainsi qu’à une gestion durable des ressources en eau. « Nous abordons le dernier virage des Odd 6.2 et il faut faire en sorte que les gouvernants prennent en compte ces enjeux pour porter une attention particulière aux personnes défavorisées et aux femmes », a souhaité Félix Adégnika. Son vœu est que les autorités définissent une politique en faveur de l’assainissement.
Parlant des personnes défavorisées, Félix Adégnika recommande une solidarité communautaire et nationale, pour réduire les inégalités. A ce titre, le relèvement du profil institutionnel relatif à l’assainissement, le vote du nouveau code de l’hygiène publique, la prise de décret régissant le secteur de production et de commercialisation d’eau en sachet, la mobilisation de ressources financières à la fois intérieures et extérieures pour le financement des actions entrant dans le cadre des cibles de l’hygiène et d’assainissement à la base, un meilleur engagement du secteur privé à s’investir dans les ouvrages d’hygiène et d’assainissement… paraissent des approches de solutions, à en croire Félix Adégnika.
Le défi est énorme, selon Myriam Laumay, chargée de programme Protos, vice-présidente du Cadre des acteurs non-étatiques du secteur de l’eau et d’assainissement et l’implication des autorités, fera changer les donnes. Car, souligne-t-elle, l’éradication de la défécation à l’air libre est un enjeu dans un contexte de la démographie galopante. « 53 % de la population pratique la défécation à l’air libre, 85 % n’ont pas accès aux ouvrages d’assainissement adéquats », a fait constater la chargée de programme.

LIRE AUSSI:  Réhabilitation du quartier Gbèwa à Cotonou: Les députés optent pour une solution globale