Journée mondiale sans tabac 2018: Inciter les consommateurs de tabac à arrêter

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Journée mondiale sans tabac 2018: Inciter les consommateurs de tabac à arrêter


L’Organisation mondiale de la Santé (Oms) et ses partenaires, ont célébré, ce 31 mai la Journée mondiale sans tabac (Jmst) pour souligner les risques liés au tabagisme. Cette année, le Bénin met un accent particulier sur la prévention de la jeunesse contre les risques liés à cette pratique. Les manifestations prévues dans ce cadre ont eu lieu à Abomey-Calavi, en présence du ministre de la Santé.

LIRE AUSSI:  Gestion intégrée des espaces frontaliers: Le Bénin entend apporter des réponses précises et durables

« Le tabac ronge, ruine et tue ». Ce slogan longtemps ventilé pour sensibiliser contre le tabagisme, les adultes se l’inculquent de plus en plus. Mais à l’opposé, l’engouement des jeunes pour le tabagisme est en nette croissance. Les chiffres sont inquiétants et interpellent. Selon le ministère de la Santé, la prévalence du tabagisme est à la hausse chez les jeunes adolescents : 7,5 % en 2016 contre 5,3 % en 2009 tandis qu’elle décroît chez les adultes : 5 % en 2015 contre 16% en 2008. Aussi, on note dans le pays une recrudescence de l’usage de la chicha encore appelé pipe à eau ou narguilé qui est une forme de consommation de tabac très dangereuse pour la jeunesse.
Le ministre de la Santé, Alassane Séidou, signale que le tabagisme est le deuxième facteur de risque de souffrir d’une cardiopathie coronarienne et d’un accident vasculaire cérébral. « Le tabac ne déclenche pas que des cancers. Il est également à l’origine de problèmes respiratoires, de cardiopathies et de difficultés cardiovasculaires », explique-t-il à l’assistance composée majoritairement de jeunes étudiants. C’était hier au lancement des activités de la Journée mondiale sans tabac édition 2018 placée sous le thème « Le Tabac et les Cardiopathies ».
Il faut donc réduire ces risques par la sensibilisation et l’information, prône-t-il. Le ministre de la Santé a aussi déclaré que l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) estime que d’ici 2020, le tabac sera la principale cause de décès et d’incapacité, avec plus de 10 millions de victimes par an et que le tabagisme entraînera alors plus de décès à travers le monde que le Sida, la tuberculose, la mortalité maternelle, les accidents de voiture, les suicides et les homicides combinés. Il faut donc agir et parer au plus pressé, préconise le ministre pour qui, la principale cible contre laquelle il faut agir reste la jeunesse.
Pour lutter efficacement contre le tabagisme au Bénin, l’Oms, selon son représentant résident, Jean Pierre Baptiste, indique qu’il faut organiser une campagne de vulgarisation de la loi antitabac pour la rendre accessible aux 11 millions de personnes susceptibles de contracter une maladie cardiovasculaire et qui l’ignorent ; favoriser la ratification du Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac actuellement sur la table des députés et enfin, augmenter le prix du tabac et de ses dérivés surtout, la cigarette vendue à la baguette et l’interdire aux jeunes et aux enfants partout dans le pays. Il estime en effet que « le Bénin a pris des initiatives et des mesures pour mettre fin aux maladies liées au tabagisme ». Cependant, poursuit-il, « des efforts doivent encore être faits pour sensibiliser davantage les populations de certaines régions aux effets néfastes de la consommation de tabac car, des centaines de jeunes ignorent toujours que le tabac est l’une des principales causes des cardiopathies et des accidents vasculaires cérébraux ». Les politiques visant à réguler la consommation de tabac, à promouvoir les espaces non-fumeurs et à encourager les fumeurs à arrêter de fumer, contribueront à améliorer la santé et le bien-être des populations, rappelle-t-il par ailleurs, incitant ainsi à « un leadership fort, un engagement politique affirmé et une société civile éclairée qui demande instamment, des politiques favorisant la santé cardiaque et le droit à la santé ». Plusieurs organisations non gouvernementales travaillant contre le tabagisme étaient présentes à cette cérémonie qui a surtout permis de sensibiliser la jeunesse à agir contre le tabagisme pour se protéger et protéger la société n

LIRE AUSSI:  Propriété industrielle: Les enjeux des indications géographiques partagés avec des producteurs