Jugé pour meurtre:André M’Po écope de dix ans de réclusion criminelle

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Jugé pour meurtre:André M’Po écope de dix ans de réclusion criminelle


Mis sous mandat de dépôt le 19 janvier 2017, André M’Po reconnu coupable des faits de meurtre par le tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou statuant en matière criminelle pour sa première session de 2021, vendredi 19 février dernier, retourne en prison pour environ six ans encore.

LIRE AUSSI:  Débordement du fleuve Mono: Au moins trois communes en proie aux inondations

Reconnu coupable des faits de meurtre dont il est accusé, André M’Po a été condamné, vendredi 19 février dernier, après jugement par le tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou, à dix ans de réclusion criminelle.
Dans ses réquisitions, le ministère public a relevé qu’André M’Po a commis le meurtre. Il a établi les éléments légal, matériel et intentionnel.
L’accusé a violé l’article 480 alinéa 3 du code pénal qui prévoit et punit le meurtre. Toutefois, sur la base de l’article 539 du même code, il lui a trouvé des circonstances atténuantes. Pour lui, André M’Po est un homme juste et non violent. En conclusion, le ministère public a requis 15 ans de réclusion criminelle contre l’accusé.
Pour la défense, il y a des causes difficiles à plaider. Car, expose-t-elle, l’accusé a du mal à répondre aux questions. Ce qui ne lui a pas facilité la tâche. L’accusé est poursuivi pour des faits graves. Il répond aux questions qu’il veut et se tait pour d’autres, fait-elle observer. Cette attitude, selon la défense, dénote son déficit mental. « Depuis dix ans que je pratique la chasse, je n’ai pas eu d’incident de ce genre », a déclaré André M’Po.
Par ailleurs, poursuit la défense, la police a tout retrouvé sauf l’arme du crime et l’on ne saurait dire quel type d’arme a été utilisé. Une autre faille du dossier, relève la défense, est liée aux planches photographiques qui traduisent des images de mort violente par pendaison.
La défense a plaidé l’irresponsabilité pénale qui a été rejetée par les répliques du ministère public.
La démence ne se décrète pas, convient la défense, qui affirme que la consultation médicale n’est pas un luxe.
Le tribunal rejette le moyen de la défense fondé sur l’irresponsabilité pénale et déclare André M’Po coupable des faits de meurtre. Pour ce faire, il l’a condamné à dix ans de réclusion criminelle. Ayant passé quatre ans en détention préventive, il retourne en prison pour six ans encore.

LIRE AUSSI:  Drame hier au Ceg 1 de Bohicon: Une fille poignarde mortellement un garçon 

Résumé des faits

Le 15 janvier 2017, André M’Po a pris son fusil de fabrication artisanale vers 18 heures et s’est rendu à la chasse. Sur le chemin de retour vers 20 heures et arrivé à hauteur du village Koutchougou, dans la commune de Boukoumbe, André M’Po a, contre toute attente, dégainé son fusil et tiré sur Jérémie N’Tcha N’Toua. Un usager qui roulait à vélo sur la voie devant lui.
Jérémie N’Tcha N’Toua a rendu l’âme quelques instants après des suites de ce coup de fusil.
Après son forfait, l’accusé a jeté l’arme dans la brousse et n’est rentré au domicile que le lendemain.
Les investigations ont permis d’appréhender André M’Po grâce à son cousin, Nicaise N’Kouei M’Po et aux voisins?

Composition du tribunal

Président : Vihognon Hervé Gnansounou
Assesseurs : Denis Winnock Goundété
Christine Ayaba Akohouhouè Aballo
Sètondji Pierre Codjia
Audrey Florencia Tchogninou
Ministère public: Samuel
Noutohou
Greffier : Koffi Marc Agognon