Justice pour David-Rodhes Savi, ancien agent de la Poste: Le ministre Alain Orounla reçoit la mère du détenu

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Justice pour David-Rodhes Savi, ancien agent de la Poste: Le ministre Alain Orounla reçoit la mère du détenu


Le ministre de la Communication et de la Poste, Alain Orounla a reçu à son cabinet, hier jeudi 7 mai, Rita Anna Adomou, mère de David-Rhodes Savi. Cette audience fait suite à une lettre ouverte dans laquelle celle-ci réclame justice pour son fils, précédemment agent à la Poste et détenu depuis plus d’un an parce que présumé avoir détourné des deniers publics.

LIRE AUSSI:  Révision de la Constitution: L’opérationnalisation de la loi actée

Il y a peu, a circulé sur les supports numériques et dans l’opinion publique, une lettre ouverte adressée au ministre de la Communication et de la Poste, dans laquelle une mère dénonce la détention arbitraire de son fils, précédemment agent à la Poste et accusé de détournement de deniers publics. Le ministre Alain Orounla a écouté hier cette mère qui crie justice pour son fils. Au terme des échanges avec l’autorité, celle-ci semble optimiste. « J’avais adressé une lettre ouverte au ministre ; c’est un cri de cœur d’une maman qui souffre de l’incarcération de son enfant depuis quinze mois. Dans mon désespoir, j’appelais le ministre au secours. Cet après-midi, il m’a reçue et nous avons échangé. Il a promis de nous aider pour le bon dénouement de l’affaire. Nous le remercions et à travers lui, nous remercions aussi le chef de l’Etat », a déclaré Rita Anna Adomou, mère de David-Rhodes Savi. Abordant la situation de son enfant détenu, elle résume les faits ainsi : « C’est un agent de la Poste, il paraît qu’il y a eu un détournement. Ils sont trois co-accusés mais c’est mon enfant seul qui est en prison depuis quinze mois… J’ai voulu comprendre et j’ai appelé au secours ».

LIRE AUSSI:  Recensement administratif à vocation d’identification de la population: Affluence au premier jour de l’opération à Cotonou