Karl Frédéric Paul, représentant résident de Plan International Bénin: « La perception envers les enfants doit changer »

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Karl Frédéric Paul, représentant résident de Plan International Bénin: « La perception envers les enfants doit changer »

Karl Frederic Paul

Au Bénin, des milliers d’enfants doivent leur dignité et fierté à Plan International qui fait de leur bien-être, son crédo. L’avenir des enfants est prometteur avec cette institution qui entend s’investir davantage pour ses cibles. Dans cette interview, Karl Frédéric Paul, représentant résident de Plan International Bénin, revisite le chemin parcouru par l’institution, fait un point non exhaustif de sa contribution à la riposte à la Covid-19 au Bénin et envisage quelques perspectives.

LIRE AUSSI:  Opération de sécurité transfrontalière Bénin-Burkina Faso-Ghana-Togo : Des réseaux de criminalité démantelés

La scolarisation des filles est une quête permanente pour Plan International Bénin. Quel bilan peut-on faire de l’année fiscale 2021 dans un contexte de Covid-19?

Karl Frédéric Paul : Plan International est la première organisation actuellement au Bénin qui mobilise les ressources, met en place des boutiques scolaires dans ses zones d’intervention pour assurer une éducation inclusive et de qualité aux enfants vulnérables, surtout les filles. Environ 36 000 enfants reçoivent directement des kits et du soutien financier pour leur santé et bien-être. Les conditions et le cadre de vie des élèves et enseignants sont aussi un défi que nous avons relevé au cours de l’année fiscale 2021. En effet, nous avons construit et doté une dizaine de modules de classe de matériel et de latrines. Nous créons aussi les conditions d’apprentissage de la gouvernance démocratique à travers plusieurs gouvernements scolaires où les enfants filles comme garçons s’impliquent et participent à la gestion et à la vie de leurs établissements.
En outre, en cas d’abandon des classes, Plan International de commun accord avec les parents et les enfants, supporte les frais d’apprentissage et offre du matériel d’installation à la fin de la période d’apprentissage.
Le contexte difficile de la Covid-19 qui prévaut encore n’a nullement émoussé notre détermination et nous avons réadapté nos programmes, projets et initiatives pour conduire une riposte efficace et participer à la protection des enfants surtout des filles contre les abus et les violences. Toutes les écoles, quelques marchés, les mairies et préfectures de nos zones d’intervention ont été pourvus de dispositifs de lavage des mains, de savon liquide et des milliers d’affiches de sensibilisation pour accompagner le respect des gestes barrières.

Vous travaillez à développer le leadership des femmes et des filles dans tout le Bénin par le biais des campagnes au profit des filles ou encore le financement des initiatives des organisations de jeunes. Comment appréciez-vous les résultats sur le terrain ?

Les renforcements de capacités des organisations de jeunes filles (environ 40 organisations de notre réseau) constituent désormais un pilier de mobilisation, d’engagement et de plaidoyer à travers la campagne ‘’Aux Filles, l’Egalité’’ avec trois demandes précises : ‘’filles et garçons, même pouvoir’’, ‘’filles et garçons, même liberté’’, ‘’filles et garçons, même représentation’’. Cette campagne entièrement menée et gérée par cinq filles leaders stagiaires à Plan International Bénin ne cesse de trouver un écho favorable auprès des jeunes filles, des garçons et des autorités à divers niveaux, surtout les préfets de nos zones d’intervention.
Pour assurer plus d’impact et porter les initiatives des jeunes, nous avons mis en place le ‘’Youth Challenge Fund’’ qui a octroyé du financement à six organisations de jeunes sur la base des propositions de projets. Cette phase expérimentale nous conforte dans nos réflexions et nous entendons accroître le financement pour contribuer à amplifier la voix des jeunes filles, des femmes et surtout faire adhérer les jeunes garçons en qualité d’alliés.
Outre les réseaux des quarante organisations, nous travaillons avec des partenaires comme l’Association des Blogueurs du Bénin, l’Union des Professionnels des médias du Bénin, le ministère de l’Economie numérique, Sèmè City, le Réseau ouest-africain des Jeunes femmes leaders et des jeunes filles et femmes influenceuses sur la toile pour porter loin la voix des filles.
3 filles sur les 10 sélectionnées au Bénin dans le cadre du Forum Génération Égalité pour faire le plaidoyer sur la base des dix messages des filles du Bénin proviennent de Plan International Bénin.
A l’interne, les femmes disposent d’un ‘’Women Forum’’ où elles discutent des questions qui leur tiennent à cœur et notre mécanisme de promotion du leadership des femmes à des positions élevées au sein de l’institution fonctionne bien.

LIRE AUSSI:  Fusion Plan International Bénin et Bornefonden: Une option pour impacter plus d’enfants

Les grossesses précoces et ou mariages forcés, la question de la santé sexuelle et reproductive demeurent des défis. Quels sont les efforts de Plan International Bénin en la matière ?

Les grossesses précoces, les mariages forcés et la santé sexuelle et reproductive sont liés et ont bénéficié de nos programmes et continuent d’être le cheval de bataille de Plan International Bénin. Nous mobilisons et travaillons avec les maires et préfets de nos zones d’intervention pour une application effective des textes contre les auteurs de ces abus sur les filles. Plusieurs textes et arrêtés ont été pris par ces autorités locales qui ont aussi rejoint le combat à nos côtés à travers des sessions d’échanges et de sensibilisation dans les lycées et collèges. Au moins, une dizaine de nos projets travaillent sur ces questions et également sur l’accès à l’information et aux méthodes modernes de contraception. Nous soutenons les filles mères à travers le financement de la formation et de l’insertion professionnelles. Les filles et les femmes doivent être en mesure de décider de leur choix, de quand elles veulent avoir des enfants, avec qui elles désirent les avoir et combien d’enfants elles veulent avoir. La campagne ‘’Zéro grossesse en milieu scolaire (ZeGroMis) est l’une des initiatives phares que nous portons avec tous les départements du Bénin. Je crois fermement en l’Etat de droit et au système judiciaire qui fonctionnent bien au Bénin. Nous travaillons sous le contrôle des lois. Il faut corriger certaines traditions pour nous permettre d’avancer sur le chemin du développement. J’ai la certitude qu’on y arrivera ensemble.

LIRE AUSSI:  Intensification de l’accès aux services de lutte contre le Vih: Plan International Bénin lance le nouveau modèle de financement

Comment votre institution se positionne-t-elle dans cette lutte au regard de l’échéance des Odd ?

Plan International Bénin entend contribuer par ses projets et programmes à renforcer davantage les capacités des filles et des jeunes femmes afin qu’elles puissent, à l’horizon 2030, occuper des positions de leadership dans les administrations publiques et privées et surtout dans les instances de prise de décisions. Nous continuons à mobiliser les ressources et d’autres partenaires, surtout ceux de la Plateforme des Organisations Internationales du Bénin (Pongib) afin de renverser la tendance actuelle et d’induire un réel changement à tous les niveaux.

Les données sur les abus et les violences faites aux enfants et aux femmes au Bénin montrent que les acteurs ont encore du pain sur la planche. Comment Plan International Bénin compte-t-elle se démarquer en la matière ?

La violence, quelle qu’elle soit, est un choix. On peut avoir les problèmes les plus graves au monde et les régler pacifiquement. Faire la violence sur les femmes et les enfants vulnérables est un acte répréhensible et criminel. La perception envers les enfants doit changer. Notre travail de plaidoyer à l’endroit des autorités locales, des leaders religieux et traditionnels mené par les jeunes filles et leurs organisations soutenues par un mécanisme flexible et innovant de financement vise à mettre en place un Mouvement National en Faveur de la Fille, véritable créneau et catalyseur pour fédérer les différentes synergies en faveur du mouvement pour l’égalité. Ce mouvement sera une réalité dans quelques mois avec les filles, les jeunes femmes et des jeunes garçons aux commandes. C’est un travail de longue haleine et nous n’entendons pas nous arrêter tant que les filles ne pourront pas apprendre, diriger, décider et s’épanouir.
Un pays qui se développe comme le Bénin a tout à gagner en relevant ce défi. Les enfants et les femmes sont le futur de la nation et du monde. Faire violence sur ces deux catégories n’a absolument aucun sens. Par contre, il est nécessaire que la question de l’égalité entre les sexes devienne réalité dans nos institutions.

LIRE AUSSI:  Opération de sécurité transfrontalière Bénin-Burkina Faso-Ghana-Togo : Des réseaux de criminalité démantelés

De la dernière année fiscale à ce jour, combien d’enfants avez-vous déjà impactés ?

Plus de 40 000 enfants bénéficient directement de nos interventions sans compter les bénéficiaires indirects qui se comptent par milliers.

Actualité oblige ! Quel accompagnement Plan International Bénin apporte-t-elle au Bénin pour l’aider à mieux riposter à la Covid-19 ?

Plan International Bénin a contribué à la mobilisation des ressources financières à travers la remise d’un chèque de quarante millions de francs Cfa au gouvernement en avril 2020. Nous travaillons avec le gouvernement par le biais des ministères concernés par la crise sanitaire à travers les sensibilisations massives au profit des élèves, des enseignants, des différents corps d’apprentissage et les divers appuis matériels et financiers au Bénin pour soutenir les efforts du gouvernement. Nous sommes en train de fournir cent mille tests Pcr pour le dépistage rapide du Covid-19. Il y a une urgence en termes d’accès à l’oxygène. Nous voulons mettre en place des accords-cadres avec des sociétés béninoises pour la fourniture de 228 000m3 d’oxygène sur le long terme. La prévention par la vaccination et les gestes barrières restent les meilleures armes contre la Covid-19.

Que réserve Plan International Bénin pour ses cibles d’ici à 2026, puis à 2030 ?

Nous travaillons sur les Odd 2, 3, 4, 5, 8, 11. Nous allons poursuivre nos financements en faveur des projets, ainsi que nos parrainages et renforcer les actions visant à atteindre les Odd. Le Bénin est bien parti pour atteindre la plupart de ces objectifs. Nous allons renforcer notre investissement en vue d’une amélioration de l’accès et de l’utilisation des services de santé sexuelle et reproductive des adolescentes et des jeunes vulnérables. Nous travaillerons toujours avec les autorités locales et centrales en vue d’une éducation sûre, de qualité et inclusive. Nous continuerons à mobiliser les ressources pour consolider les efforts en faveur des Objectifs du développement durable. La stratégie pays de Plan International Bénin contribue à la réalisation des objectifs du Programme d’action du gouvernement.

Quel est votre mot de la fin ?

Je tiens à remercier le gouvernement béninois et les autorités décentralisées pour l’excellente qualité de nos relations. Nous avons une vision commune avec les autorités béninoises. Je suis très reconnaissant de travailler avec les ministères des Affaires sociales, des Affaires étrangères, de la Santé, du Développement ainsi que ceux en charge de l’Education. Le Bénin a de magnifiques jours devant lui pour son développement.