L’opération de ratissage a du plomb dans l’aile dans l’Atacora-Donga

Par Kokouvi EKLOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur L’opération de ratissage a du plomb dans l’aile dans l’Atacora-Donga


L’opération de ratissage des citoyens en vue de l’actualisation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) sur le plan national peine à démarrer dans les départements de l’Atacora et de la Donga. Divers constats tendent à corroborer malheureusement cette situation.

LIRE AUSSI:  Tournée de reddition de comptes: Le chef de l’Etat à nouveau dans les communes dès demain

Tiendra ou ne tiendra pas ? Nombreux observateurs semblent se poser cette question dans les départements de l’Atacora-Donga suite au remue-ménage que l’on observe dans les différentes communes appelées à connaître l’opération de ratissage lancée depuis lundi dernier en vue de la correction de la Liste électorale permanente informatisée. Si à la suite de la réunion tenue à la préfecture de Natitingou lundi dernier sous l’égide du superviseur départemental de COS-Lépi, l’honorable Louis Vlavonou, avec les maires et les membres des Commissions communales d’actualisation, il est attendu les jours suivants une approche inclusive devant favoriser une décentralisation des informations relatives à l’opération de ratissage, il est regrettable de noter que les séances de briefing qui devraient avoir lieu avec les chefs d’arrondissement et puis avec les autres élus locaux n’ont pas été tenues. Ces séances d’information qui devraient renseigner sur la cible concernée par l’opération (citoyens enrôlés dont les données sont à compléter) ont connu l’absence des agents commis à cette tâche par la hiérarchie du COS-Lépi. Aussi bien à Natitingou qu’à Djougou et dans d’autres communes où ils étaient attendus, ces derniers ont brillé par leur absence sur les lieux, marquant un coup d’arrêt à l’opération de ratissage appelée à démarrer sans doute à partir de ce jour et pour trois jours. Du côté de la préfecture, difficile de comprendre ces atermoiements qui ne sont pas de nature à favoriser la mise à disposition à bonne date de la Lépi. Dans la rue, on n’y va pas du dos de la cuillère pour dénoncer cette opération à problèmes qui a trop éprouvé les nerfs des citoyens.
Face à ces constats, les membres de la Commission communale d’actualisation de la Lépi entendent prouver leur bonne foi pour peu qu’ils soient écoutés. Président de la Commission communale d’actualisation de la Lépi de Natitingou et porte-parole de ses pairs des départements de l’Atacora et de la Donga, Bienvenu Manté doute du démarrage des opérations annoncées. Il justifie ce fait par les difficultés que connaissent les différents acteurs impliqués dans le processus. Ainsi relève-t-il que depuis octobre 2014, les membres du CCA n’ont plus perçu leurs indemnités et pire celles-ci auraient subi un abattement de 30%. De même les agents locaux d’actualisation (ALA) n’ont pas aussi été rémunérés. Bien que le superviseur départemental ait rassuré lors de la réunion à la préfecture que ces problèmes seront réglés par les régisseurs de COS-Lépi, il est à noter que ces derniers, une fois arrivés, sur le terrain n’ont payé que les maires et les différents élus locaux impliqués pour la première fois dans le processus. Une situation que les agents commis aux opérations ont désapprouvée, conscients que leur boycott s’avère être l’alternative pour entrer dans leurs droits. Déjà ils dénoncent le manque de moyens à eux donnés pour conduire les opérations. Pas de moyens de déplacement….

LIRE AUSSI:  Mis en accusation de deux anciens ministres :Les dossiers Alain Adihou et Armand Zinzindohoué refont surface au Parlement