La Chronique de Oncle AGBAYA : ENVOYEZ-LES A LA FRONTIERE PENJARI !

Par LANATION,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur La Chronique de Oncle AGBAYA : ENVOYEZ-LES A LA FRONTIERE PENJARI !

Oncle AgbayaOncle Agbaya

On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs avec des pagailleurs partout ! Ainsi, un certain nombre de mes petits Neveux étudiants sur le campus d’Abomey-
Calavi, passablement tarés, et convaincus de ce fait d’une carrière de chômeur à la sortie de l’Université, ont décidé de suivre des entrainements pour devenir gros bras ou peut-être braqueurs…
Mais aux dernières nouvelles, ce n’est pas sur le campus universitaire d’Abomey-Calavi que les agents de Suntrev et autres Inter’Con sont formés, et même si on raconte qu’il y a là-bas des professeurs qui ont la braguette braqueuse, on n’y forme pas non plus pour le métier de braqueur. Résultat, mon Neveu Allasane, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique a, à travers un long communiqué, sifflé la fin des entrainements qui, du reste, se faisaient sous l’instigation des associations estudiantines faitières, devenues elles-mêmes avec le temps, des braqueuses politiques.
Mais vous êtes tous des pagailleurs, vous mes nombreux Neveux et Nièces hilares, qui suggérez qu’au lieu de mettre fin à cette dérive, source de violences et de brimades sur le campus, votre cousin Allassane aurait plutôt dû ramasser tout ce monde avec leurs entraineurs, pour les déposer aux frontières du Burkina Faso dans la Penjari, avec en prime des bourses universitaires, afin qu’ils y continuent leurs entrainements ?

LIRE AUSSI:  Affaire révocation de l’ex-maire de Cotonou : La Cour suprême déboute Léhady Soglo

On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs avec des pagailleurs partout ! Ainsi, un certain nombre de mes petits Neveux étudiants sur le campus d’Abomey-
Calavi, passablement tarés, et convaincus de ce fait d’une carrière de chômeur à la sortie de l’Université, ont décidé de suivre des entrainements pour devenir gros bras ou peut-être braqueurs…
Mais aux dernières nouvelles, ce n’est pas sur le campus universitaire d’Abomey-Calavi que les agents de Suntrev et autres Inter’Con sont formés, et même si on raconte qu’il y a là-bas des professeurs qui ont la braguette braqueuse, on n’y forme pas non plus pour le métier de braqueur. Résultat, mon Neveu Allasane, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique a, à travers un long communiqué, sifflé la fin des entrainements qui, du reste, se faisaient sous l’instigation des associations estudiantines faitières, devenues elles-mêmes avec le temps, des braqueuses politiques.
Mais vous êtes tous des pagailleurs, vous mes nombreux Neveux et Nièces hilares, qui suggérez qu’au lieu de mettre fin à cette dérive, source de violences et de brimades sur le campus, votre cousin Allassane aurait plutôt dû ramasser tout ce monde avec leurs entraineurs, pour les déposer aux frontières du Burkina Faso dans la Penjari, avec en prime des bourses universitaires, afin qu’ils y continuent leurs entrainements ?

LIRE AUSSI:  Vœux de nouvel an du chef de l’Etat : 2018, une année d’espérance pour le Bénin !