“La providence divine ne m’a jamais fait défaut » : Louis Vlavonou lance le volume I de ses récits autobiographiques

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur “La providence divine ne m’a jamais fait défaut » : Louis Vlavonou lance le volume I de ses récits autobiographiques


« La providence divine ne m’a jamais fait défaut ». C’est le titre de l’ouvrage dont le volume I intitulé « L’Eglise, la politique et moi » a été publié par le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou. L’ouvrage a été officiellement lancé dans l’après-midi du lundi 24 août dernier à Porto-Novo, après une messe en la cathédrale Notre-Dame de l’Immaculée Conception.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale : le 5e rapport d’activités de Louis Vlavonou approuvé

Le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou immortalise ses 67 ans d’anniversaire de naissance par le lancement du volume I intitulé « L’Eglise, la politique et moi » de son ouvrage titré : « La providence divine ne m’a jamais fait défaut ». Louis Vlavonou a fait d’une pierre deux coups en publiant le livre dans lequel il narre des récits autobiographiques, son parcours professionnel à la Douane béninoise, sa virée dans l’occultisme où il y a été contraint par l’un de ses oncles pour un « blindage en gris-gris » dès les premières heures de ses fonctions à la Douane béninoise.

Mais il a très tôt rebroussé chemin pour se retourner vers Dieu à travers l’Eglise catholique où il y reste avec une foi agissante jusqu’ici. L’homme raconte aussi dans l’ouvrage sa vie politique qui a commencé depuis la classe de 5e au collège. Pendant tout ce parcours, l’auteur dit avoir constaté la main invisible de Dieu. Très reconnaissant, il plonge sa plume dans un style littéraire limpide pour faire son autobiographie et son témoignage à Dieu.
L’ouvrage est composé de 452 pages dont les annexes. Il est subdivisé en deux parties. Louis Vlavonou retrace dans la première partie sa préparation à la fonction parlementaire. Ici, il aborde dans son chapitre préliminaire toute sa vie depuis sa naissance, ensuite sa solide formation spirituelle avant l’entrée en politique (chapitre1), puis sa préparation lointaine à la vie publique à travers l’Union générale des élèves et étudiants du Dahomey (Ugeed), creuset d’apprentissage en politique. Il poursuivra ce combat avec le Madep de Séfou Fagbohoun, le premier parti auquel il a adhéré ensuite à l’Union fait la Nation puis aujourd’hui à l’Union progressiste (Up).

LIRE AUSSI:  Elections à la Ccib: Le Gre présente sa vision aux opérateurs économiques

Une première depuis 1960

Louis Vlavonou consacre le troisième et dernier chapitre de la première partie de son ouvrage à son entrée et parcours en politique. Il développe dans la deuxième partie subdivisée en quatre chapitres son combat au Parlement. Il donne dans le chapitre I un bref aperçu de l’évolution du Parlement béninois; les fonctions de l’Assemblée nationale en chapitre II et le rôle du député en chapitre III. L’inspecteur des Douanes à la retraite consacre le quatrième et dernier chapitre de cette deuxième partie de son ouvrage à des conseils aux jeunes qui rêvent de faire l’expérience de la vie politique.

Le livre qui vient enrichir la littérature béninoise a été présenté par le père Frumence Vodounnou du diocèse de Porto-Novo. Il est préfacé par Félix Iroko, professeur titulaire d’histoire à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) à la retraite. Pour ce dernier, cette œuvre d’excellente facture fera date dans l’historiographie béninoise. Car, selon lui, c’est la première fois, depuis les indépendances en 1960, qu’une personnalité de premier plan qu’elle soit président de la République ou de l’Assemblée nationale, écrive sa propre biographie dans un pays culturellement pauvre dans ce genre d’exercice intellectuel.

LIRE AUSSI:  Gestion des car par les comités paritaires

Et pourtant, poursuit le préfacier, l’écriture d’une biographie ou d’une autobiographie apporte toujours quelques renseignements non pas seulement sur le personnage concerné mais aussi modestement sur la période.
Félix Iroko dit tirer de grands enseignements de l’ouvrage rédigé, selon lui, avec une étonnante sincérité, sans hypocrisie, qualité exceptionnelle chez les politiciens.
La cérémonie de lancement de l’ouvrage a connu la présence de plusieurs personnalités dont le président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou, le président de la Cour suprême, Ousmane Batoko et le médiateur de la République, Joseph Gnonlonfoun sans oublier des députés.