Lancement de «55h : l’innovathon de la Francophonie»: Pour la création d’applications numériques au service de l’environnement

Par zounars,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lancement de «55h : l’innovathon de la Francophonie»: Pour la création d’applications numériques au service de l’environnement


La salle Fleuve jaune du ministère des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine, de la Francophonie et des Béninois de l’extérieur (MAEIAFBE) a abrité, hier jeudi 10 septembre, la cérémonie d’ouverture officielle du projet « 55h : l’innovathon de la Francophonie». Présidée par de hauts responsables de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et certains ministères béninois, ce projet envisage de mettre la création d’applications numériques au service de l’environnement.

LIRE AUSSI:  Célébration du 20e anniversaire de l’Insti à Lokossa : Lumière sur les solutions technologiques développées

« Cités francophones durables: l’innovation numérique au service des politiques environnementales urbaines des pays en développement francophones». C’est à travers ce thème que le Fonds francophone de l’innovation numérique (FFIN) se propose de mettre la création numérique au service de l’innovation sociale, en réponse aux besoins des politiques publiques des pays francophones en développement. Il s’agit d’un concours à l’intention des jeunes professionnels du numérique désireux d’apporter des solutions numériques innovantes aux programmes de protection de l’environnement. Ces derniers sont appelés à concevoir des applications numériques. Les trois meilleurs projets seront récompensés au cours de la cérémonie de clôture du dimanche 13 septembre prochain au Blue zone de Zongo, par le jury présidé par Djalil Assouma, directeur général de Bénin Telecom Infrastructures. Le secrétaire général de la Commission nationale permanente de la Francophonie (CNPF), Adolphe C. Kpatchavi, procédant à son lancement hier, a annoncé que dans le cadre de ce concours, «300 jeunes talents ont suivi une formation intensive sur le numérique». Un effectif qui selon Robert Zantan, secrétaire général et représentant du ministre des Affaires étrangères, «prouve que le Bénin regorge du potentiel pour l’avenir du numérique dans tous les secteurs du développement». Parmi eux, 50 jeunes sont retenus par l’OIF pour participer, ce vendredi 11 septembre, à la préparation de l’innovathon.
Pour Salomon Odjo, directeur de cabinet et représentant du ministre de la communication, des Technologies de l’Information et de la communication, cet évènement s’inscrit dans un contexte où la question de la préservation de la biodiversité est au cœur de grands rendez-vous internationaux.
En effet, justifie-il, avec la fin imminente du cycle des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), le projet «55h: l’innovathon de la francophonie» constitue un prélude aux rencontres internationales tel que le Sommet spécial sur le développement durable à New-York et la 21è conférence des parties à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Seront adoptés au cours de ces futures assises, poursuit-il, les Objectifs du développement durable qui prendront la relève des OMD finissants et mettront plus d’accent sur les enjeux environnementaux nécessaires à la préservation de la planète et au développement durables des activités humaines.
Le Fonds francophone de l’innovation numérique (FFIN) est un nouveau programme de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Le Bénin est la première étape de la première édition de l’Innovathon de la Francophonie qui va se dérouler successivement dans cinq pays, à savoir le Maroc, Bénin, Sénégal, Gabon et Haïti. D’ores et déjà, Eric Adja, directeur de la Francophonie numérique (DFN/ OIF), se félicite de l’assiduité et de la détermination de la jeunesse béninoise face à ce projet qui contribuera davantage à faire du Bénin «le quartier numérique de l’Afrique».

LIRE AUSSI:  Justice et Etat de droit: Les hauts magistrats d’Afrique francophone en recyclage à Porto-Novo

Par Bonaventure AGBON et Pélagie TOUKO (stagiaires)