Lancement du dispositif « Talents africains à l’international »: Déployer 250 jeunes diplomés dans 150 entreprises de l’Uemoa

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lancement du dispositif « Talents africains à l’international »: Déployer 250 jeunes diplomés dans 150 entreprises de l’Uemoa


Le ministre des Petites et moyennes Entreprises et de la Promotion de l’emploi a procédé, ce jeudi 15 septembre à Cotonou, au lancement du dispositif « Talents africains à l’international » pour le compte du Bénin. Cette phase pilote du programme vise à renforcer l’employabilité de 250 jeunes à déployer dans 150 entreprises de la zone Uemoa désireuses de s’internationaliser.

LIRE AUSSI:  Afrique: La FAO redoute des zones d’insécurité alimentaire

Jeunes diplômés et chefs d’entreprises, à vos marques! Le dispositif «Talents africains à l’international» (Tai) initié par le Réseau des organismes de promotion du commerce des Etats membres de l’Uemoa (Ropc/Uemoa) entre dans sa phase active. Lancé hier à Cotonou pour le compte du Bénin, ce programme pilote pour la période 2022-2023, qui couvre également le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Sénégal, vise à offrir à 250 jeunes l’opportunité de renforcer leurs compétences et de travailler avec le statut de Volontaires internationaux en entreprises.
Mécanisme inspiré du Volontariat international en entreprise (Vie) français, Tai a pour triple ambition de renforcer l’employabilité des jeunes diplômés, l’internationalisation des entreprises et les échanges commerciaux intra et extra-Uemoa, indique Modeste T. Kérékou, ministre des Petites et moyennes Entreprises et de la Promotion de l’emploi. Le programme vient appuyer les politiques nationales en matière d’emploi et de commerce international au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), apprécie-t-il.
Le dispositif favorisera le développement international des entreprises et organisations professionnelles intermédiaires, notamment celles qui souhaitent conquérir l’espace Uemoa et au-delà, en facilitant leur accès à des jeunes talents diplômés et motivés, se réjouit Ebo Sacramento, directeur adjoint de cabinet de la ministre de l’Industrie et du Commerce. Il contribuera ainsi, espère-t-il, à booster les échanges intra-communautaires qui ne représentent que 17,2 % de l’ensemble des exportations, tandis que la part des exportations de l’Union vers l’Europe est évaluée à 48,9 %.
Laurent Gangbès, directeur général de l’Agence pour la promotion des investissements et des exportations (Apiex), exhorte les entreprises partenaires et tous les acteurs clés du projet à travailler en synergie pour l’atteinte des résultats.

LIRE AUSSI:  Mesures d’atténuation des effets socio-économiques du Covid-19: Les modalités d’octroi des diverses subventions

 

Avantages

Pour cette phase pilote, l’objectif visé est le déploiement de 250 jeunes Tai dans 150 entreprises désireuses de s’internationaliser, précise Yawovi Batchassi, représentant résident de la Commission de l’Uemoa au Bénin.
Ainsi, les jeunes diplômés se verront confier une mission professionnelle de 12 à 24 mois à l’étranger pour explorer de nouveaux horizons et accroître l’attractivité de leur profil, renchérit Augustin Hounnou, chef de l’Unité nationale de gestion de Tai-Bénin. Avec le statut de volontaire, poursuit-il, ils percevront, pendant toute la durée de leur mission, une indemnité exonérée d’impôts sur le revenu dont le montant dépend du pays, à laquelle s’ajoutent la prise en charge des frais de voyage ainsi que la protection sociale.
Pour être éligible, le candidat doit avoir entre 21 et 35 ans et être titulaire d’un diplôme reconnu par le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Cames). Il doit également être médicalement apte, jouir de tous ses droits civiques et faire preuve d’esprit d’initiative et d’une forte motivation.
Quant aux entreprises, elles doivent être établies dans l’espace Uemoa depuis au moins deux années, inscrites au registre des entreprises et en règle avec la législation fiscale et intéressées à développer des courants d’affaires.
La plateforme https://www.monvolontariattai.com est dédiée à l’inscription et aux renseignements sur le dispositif. Le programme bénéficie de l’appui du Fonds de solidarité pour les projets innovants (Fspi) du gouvernement français, de Business France, du Centre du commerce international (Itc), de l’Organisation internationale des volontaires (Oiv), de l’Agence inter-gouvernementale de la Francophonie (Aif).