Lancement du Fiff Cotonou 2021 : Cinq jours pour promouvoir les femmes passionnées de cinéma

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lancement du Fiff Cotonou 2021 : Cinq jours pour promouvoir les femmes passionnées de cinéma

Lancement du Fiff Cotonou 2021 Cinq jours pour promouvoir les femmes passionnées de cinémaLes femmes au centre des réflexions

La deuxième édition du Festival international des films de femmes (Fiff) de Cotonou a démarré, mardi 8 février dernier. Placée sous le thème « Regard du cinéma africain sur le pouvoir économique de la femme rurale », cette édition se veut un cadre idéal d’échanges, de réflexions, de découvertes et d’apprentissage à travers une série d’activités.

LIRE AUSSI:  Wallay de Faissol Gnonlonfin dans les salles françaises

Le rideau est levé depuis ce mardi 8 février sur la 2e édition du Festival international des films de femmes (Fiff) de Cotonou. Durant cinq jours, une série d’activités sera organisée. De la soirée des amazones à la cérémonie de clôture en passant par la conférence-débat et les projections, ce festival reste une opportunité pour promouvoir et faire avancer les droits des femmes, notamment celles rurales. Les festivités ont démarré par la projection d’un film documentaire dénommé « Quand les caméras s’éteignent » et qui présente les femmes actrices béninoises dans l’exercice de leur métier et dans leur vie privée.
Cornélia Glèlè, directrice de l’Association ‘’EcranBénin’’ a plaidé d’une part, pour toutes les filles qui, au nom de la culture ou à cause de la précarité, n’ont pas la chance de développer leur plein potentiel ou de concrétiser leur rêve et d’autre part, pour toutes les femmes qui se heurtent quotidiennement à des obstacles en raison de la discrimination fondée sur le genre sans oublier celles qui, sous le poids de la tradition peinent encore à faire entendre leur voix pour opérer des choix personnels en matière de santé reproductive.
Tout en reconnaissant la faible représentativité des femmes dans le sous-secteur du cinéma, Véronique Tognifodé, ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, note qu’il s’avère important de changer la donne. Elle présente les résultats de plusieurs études réalisées en Amérique et en Europe. Ces résultats montrent, à l’en croire, que dans les films, les femmes sont globalement moins présentes et très moins représentées dans les positions de pouvoir. Elle ajoute qu’en Afrique, le constat est plus amer.
L’autorité ministérielle déclare que l’initiative du Fiff s’inscrit dans le cadre de la vision du chef de l’Etat qui fait de l’art, un facteur essentiel de développement de l’économie. « Pour ma part, mettre en lumière les femmes rurales dans leur diversité, à travers une production cinématographique entre dans les perspectives de mon secteur qui mène actuellement des actions pour mettre en valeur, le travail des groupements de femmes rurales qui nourrissent l’économie rurale de notre pays », fait-elle savoir. Elle a tenu à féliciter les initiateurs du Fiff qui ont décidé de changer les choses en matière d’inégalité entre les hommes et les femmes.

LIRE AUSSI:  Sylvestre Amoussou: La foi en une Afrique unie et prospère