Lancement du volet Assurance-maladie du projet Arch : Le gouvernement met en route son projet social phare

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lancement du volet Assurance-maladie du projet Arch : Le gouvernement met en route son projet social phare


Le projet Assurance pour le Renforcement du Capital humain (Arch) vient d’entrer dans sa phase active avec le lancement du volet Assurance-maladie. Entouré d’une forte délégation gouvernementale, le ministre d’État, Abdoulaye Bio Tchané a officiellement annoncé, hier lundi 29 juillet à Glo-Djigbé, le démarrage de la phase pilote.

LIRE AUSSI:  Transport: Réforme du système d'immatriculation des véhicules

C’est désormais une réalité ! Le projet Assurance pour le Renforcement du Capital humain (Arch) a ouvert ses portes aux populations les plus pauvres avec la mise en œuvre du volet Assurance-maladie. Lancée hier, la phase pilote prend en compte trois zones sanitaires, notamment Abomey-Calavi – Sô-Ava (As), Dassa-Zoumè – Glazoué (Dg) et Djougou – Copargo – Ouaké (Dco). Et c’est environ 120 mille personnes se retrouvant dans l’extrême pauvreté, qui seront impactées par la mise en œuvre de cette phase. « Au-delà de cette phase, l’assurance-maladie sera ouverte à toutes les autres couches de la population dans tous les départements », a assuré le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané lors du lancement officiel du projet. Il a salué à l’occasion tous les partenaires au développement, notamment la Banque mondiale, l’Usaid, le Système des Nations Unies, le Pnud… dont la confiance a permis l’aboutissement du projet.
Le ministre de la Santé Benjamin Hounkpatin a rassuré de ce que les prestations de santé qui seront offertes, respecteront les normes et contribueront effectivement à soulager les populations. « Je puis rassurer nos compatriotes et nos partenaires que le gouvernement mettra un point d’honneur à assurer avec rigueur la mise en œuvre des activités prévues, en vue d’une efficacité totale », renchérit le ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané. Des séances de vulgarisation sont prévues aux fins de faire connaitre aux populations le contenu du panier de soins offerts et les procédures. La mise en œuvre du volet assurance-maladie va se faire par une adhésion progressive. Elle commence par les pauvres extrêmes pour lesquels l’Etat supporte totalement les primes d’assurance.

LIRE AUSSI:  Disparition de Gaston Azoua: Des responsables syndicaux évoquent le combat d’un grand homme

Assurer l’égal accès de tous à la santé

Faisant référence au taux de pauvreté qui est d’environ 40,1% dont 22,7% sont extrêmement pauvres, le ministre Abdoulaye Bio Tchané met en exergue l’opportunité du projet Arch pour les milliers de personnes qui ont du mal à avoir accès à des soins de qualité. « La couverture du risque maladie procède du droit à la santé, un droit universel. Au terme de l’article 8 de la Constitution du Bénin, l’Etat a l’obligation d’assurer l’égal accès à la santé à tous ses citoyens. L’assurance-maladie, telle qu’elle prend forme aujourd’hui est destinée prioritairement aux personnes économiquement faibles. Elle repose sur les valeurs d’équité et de solidarité nationale. Elle vise à lever les obstacles financiers, notamment les paiements directs par les patients eux-mêmes. Elle implique également la prise en charge sur fonds publics, des frais de santé des personnes qui ne sont pas en mesure de les supporter… », a-t-il expliqué. A l’en croire, l’amélioration des conditions de vie est l’une des priorités du gouvernement qui œuvre à garantir à tous les citoyens, une protection sociale devant leur permettre de faire face aux aléas de la vie.
Rappelons que le projet Arch est un paquet de quatre services à savoir l’assurance-maladie, le crédit, la formation et l’assurance-retraite.