Laurent Gangbès, directeur général de l’Apiex: « Le Bénin se révèle au monde de plus en plus … »

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Laurent Gangbès, directeur général de l’Apiex: « Le Bénin se révèle au monde de plus en plus … »


Il est plus facile de créer son entreprise via la plateforme numérique www.monentreprise.bj, un outil performant qui classe le Bénin au premier rang des pays où le climat des affaires s’améliore dans la sous-région. Dans cette interview, Laurent Gangbès, directeur général de l’Agence pour la promotion des investissements et des exportations (Apiex) revient sur les opportunités offertes aux jeunes pour s’auto-employer.

LIRE AUSSI:  Statue de l'Amazone : Les précisions du gouvernement

La Nation : Quel est l’état des lieux en matière de création d’entreprise au Bénin ?

Laurent Gangbès : Nous avons, dans la continuité des décisions prises par le gouvernement et des réformes entreprises, mis en place un outil qui permet à toute personne qui souhaite créer son activité, qui souhaite modifier son entreprise de pouvoir le faire dans d’excellentes conditions, sans avoir à subir des tracasseries administratives. Pour nous, c’est une grande avancée. C’est la raison pour laquelle je salue le gouvernement qui nous a permis d’avoir à notre disposition les moyens pour la mise en place de cet outil. Je voudrais saluer également les partenaires techniques et financiers et en particulier le royaume des Pays-Bas et son partenaire qui ont financé la mise en place de ce dispositif. Nos jeunes qui souhaitent créer leurs entreprises, nous les informons qu’ils peuvent le faire aujourd’hui encore plus facilement qu’auparavant. Ils ont des idées, quant à nous, nous mettons à leur disposition, la logistique et les moyens pour leur faciliter le processus.

LIRE AUSSI:  Statue de l'Amazone : Les précisions du gouvernement

www.monentreprise.bj est-il déjà pratique ?

Aujourd’hui, de manière simple, pour créer une entreprise au Bénin, il faut une heure trente environ. Vous pouvez accéder aux statistiques. Tout le monde peut y accéder. C’est en toute transparence et elles sont faciles d’accès. Cet outil nous a permis en trois semaines, de voir que 48 %
des personnes qui créent leur entreprise, au lieu de se déplacer vers l’Agence pour la promotion des investissements et des exportations, elles le font de chez elles sans aucune difficulté. C’est vraiment une avancée que nous pouvons observer dans notre pays. Nous espérons montrer au monde que le Bénin est en train de se révéler également dans le domaine de la transformation et de la création d’entreprise. Nous souhaitons que ces avancées puissent être vraiment prises en compte dans le cadre des classements internationaux, qui nous permettent de pouvoir attirer les entreprises dans notre pays.

Comment évolue l’environnement aujourd’hui ?

A fin 2019, nous étions à 28 000 entreprises créées au Bénin, en croissance de 16 % par an par rapport à l’année 2018. Chaque jour, il se crée au Bénin, à peu près cent vingt entreprises. Donc, c’est une performance. Cela veut dire que nos jeunes et tous ceux qui souhaitent créer leur activité, se rendent compte qu’il y a une forte dynamique au niveau de l’activité économique au Bénin, malgré les difficultés qu’on peut rencontrer, notamment, avec la fermeture des frontières. Mais cette forte dynamique n’a été rendue possible que parce que la confiance est revenue dans ce pays.

LIRE AUSSI:  Dialogue interreligieux et interculturel: Les travaux du symposium de mai 2015 restitués aux acteurs du Sud-Bénin

De quelle confiance parlez-vous et que dites-vous des difficultés liées au paiement d’impôts et autres taxes qui freinent l’élan de création d’entreprise ?

La confiance suppose que lorsqu’on a envie de faire quelque chose, on peut y arriver parce que les conditions économiques et celles macroéconomiques sont là pour montrer que l’activité progresse. On entend beaucoup de gens dire qu’au Bénin, c’est difficile, c’est dur… Mais on n’a jamais autant créé d’entreprises dans notre pays. Donc si les jeunes créent d’entreprise, cela veut dire que leur espérance de gain est supérieure aux impôts qu’ils auront à payer au bout d’une année d’activité. Ils espèrent gagner plus pour pouvoir payer des impôts. La Taxe professionnelle synthétique (Tps) qui était de 400 000 francs Cfa est passée à 150 000 francs Cfa. Et dans le cadre de la loi des finances 2020, elle est gratuite. C’est-à-dire que si vous créez votre entreprise en 2020, vous ne payez pas la Tps, vous ne la payerez qu’au bout de la deuxième année d’exercice. Donc c’est une avancée également. Je voudrais vraiment que les jeunes se rendent compte que dans notre pays, on peut créer son activité et se développer. Il faut qu’ils aient le courage de se lancer, il faut qu’ils aient le courage de le faire, parce que notre pays se transforme, notre pays avance. Je voudrais vraiment mettre cet outil dans un contexte global pour que l’activité économique dans notre pays se transforme. Le Bénin, de plus en plus, est en train de se révéler au monde.