Le ministre Séverin Maxime Quenum sur la présidentielle de 2021: « C’est une élection que le président veut comme une fête de la démocratie »

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Le ministre Séverin Maxime Quenum sur la présidentielle de 2021: « C’est une élection que le président veut comme une fête de la démocratie »


Une élection inclusive, transparente et crédible. C’est ce qu’espèrent les populations et toute la classe politique. C’est aussi l’engagement pris par le chef de l’Etat dans son discours sur l’état de la nation et lors de sa tournée nationale. A l’occasion de l’enregistrement de la candidature du président Patrice Talon et de sa colistière, le ministre de la Justice et de la Législation Séverin Maxime Quenum l’a également réaffirmé.

LIRE AUSSI:  Youthconnekt Africa Summit 2017: « La doctrine de Kigali » pour forger les héros de l’Afrique

L’élection présidentielle sera une fête de la démocratie. Le chef de l’Etat Patrice Talon en a donné l’assurance lors de sa tournée nationale. « C’est une élection que le président veut comme une fête de la démocratie », a réaffirmé le ministre de la Justice et de la Législation Séverin Maxime Quenum, face à la presse à l’occasion du dépôt de la candidature du président Patrice Talon et de sa colistière. A l’en croire, le chef de l’Etat veut d’une élection pacifique, d’un jeu électoral ouvert à tous les acteurs politiques. «Le président Talon s’est engagé dans une démarche en vue d’une élection apaisée et inclusive. Vous avez vu les candidatures se succéder les unes après les autres », fait observer le garde des Sceaux.

Mais voir se réaliser le vœu d’une élection inclusive et transparente ne dépendra pas seulement du chef de l’Etat. Tous les candidats doivent prendre la mesure de leur responsabilité et l’assumer. « Nous espérons donc que ceux qui sont candidats joueront les règles du jeu démocratique pour que nous parvenions effectivement à une élection apaisée, transparente et inclusive », a indiqué le ministre de la Justice et de la Législation. La colistière du chef de l’Etat, Mariam Talata Chabi Zimé, renchérit : « Notre pays est un pays de liberté, un pays de démocratie où les instances dirigeantes se renouvellent régulièrement ». Elle rassure, par ailleurs, de la bonne foi des élus de la mouvance à parrainer d’autres candidatures. Et pour faire taire les allégations relatives à la confiscation des parrainages par la mouvance, la colistière du président Patrice Talon ajoute : « La mouvance est là pour la bonne marche de la démocratie. Elle n’a aucun intérêt à confisquer les parrainages ».

LIRE AUSSI:  Département du Zou : La divagation des animaux domestiques interdite

« Le rêve est devenu réalité »

Revenant sur les motivations et l’opportunité de la candidature du chef de l’Etat, le garde des Sceaux affirme : «Le président Talon, lorsqu’il était candidat en 2016, avait suscité beaucoup d’espoir. Aujourd’hui, ceux qui ont cru en lui sont heureux parce que le rêve est devenu réalité. C’est-à-dire que nous avons effectivement amorcé le décollage de notre pays ; les réformes ont porté leurs fruits et de façon unanime, nous les apprécions». A l’en croire, la candidature du chef de l’Etat se justifie par les progrès enregistrés en cinq ans de gestion. Ce sont des progrès qui ont donné de l’espoir au peuple, lequel espoir mérite d’être entretenu davantage. «L’espoir né est devenu réalité et c’est cette réalité qui a suscité à nouveau la candidature du chef de l’Etat. Je crois que nous avons là un instant de solennité mais également de bonheur, qui augure pour nous et pour tout le peuple des lendemains meilleurs », va conclure le garde des Sceaux.