Le Père Irenée Tigo au sujet de la Pentecôte: « Chaque homme peut impacter s’il se laisse éclairer par l’Esprit Saint »

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Le Père Irenée Tigo au sujet de la Pentecôte: « Chaque homme peut impacter s’il se laisse éclairer par l’Esprit Saint »

Pere Irené Tigo

Dimanche 23 mai dernier, les chrétiens à travers le monde ont célébré la Pentecôte communément perçue comme la descente de l’Esprit saint sur les fidèles. Pour le père Irenée Tigo, la Pentecôte est un événement de grande portée qui consacre la naissance de l’Eglise universelle. Il en donne ici les fondements bibliques et met en exergue la troisième Personne de la Trinité, l’Esprit saint, dont la présence est essentielle à la vie en Christ.

LIRE AUSSI:  Echanges d’expériences du Fonac avec ses partenaires: Pour la pérennisation des acquis du projet Wacsi
La Nation : Que pouvez-vous nous dire des origines de la fête de Pentecôte ?

Père Irenée Tigo : Quand nous parlons de la Pentecôte aujourd’hui, il est facile de ne plus songer à ses racines juives. La Pentecôte, du terme grec Pentekostê qui signifie « cinquantième jour après la Pâque », est une fête juive avant d’être une fête chrétienne. Dans le judaïsme, la Pentecôte évoque deux événements : la fête des Moissons où l’on offre à Dieu les fruits des récoltes (Exode 23,16) et la fête du don de la Torah (Chavouot ou Shavouot). La Pentecôte chrétienne s’inscrivant dans cette tradition juive célèbre en ce cinquantième jour après Pâques le plus grand Don de Dieu aux hommes : l’Esprit Saint. Ainsi, c’est Dieu, le Père qui comble les hommes du fruit du Saint Esprit en faisant de Lui (le Saint Esprit) la Nouvelle Loi qui nous rend libres et qui nous constitue en Peuple consacré à Dieu.

Qui est l’Esprit Saint ?

L’Esprit Saint est la troisième hypostase ou personne de la Trinité. L’Esprit Saint est Dieu. A la création du monde, il planait sur les eaux pour faire advenir la vie et rien de ce qui est, n’est sans lui. Le Saint Esprit est désigné dans l’Ancien Testament par le terme hébreu « Rouah » qui signifie l’air en mouvement, le souffle, le vent, le dynamisme, une force, la respiration, l’haleine. Ce terme Rouah est traduit dans le Nouveau Testament par le terme grec « pneuma » qui signifie le vent (Jn 3, 8), le souffle, la respiration (Lc 23, 46), l’intelligence (Mc 2, 8). Pour désigner l’Esprit Saint, Jésus l’appelle aussi sous les vocables de : « le Défenseur, le Paraclet, le Consolateur, l’Esprit de Vérité». La figure du Saint Esprit a été plus mise en exergue au Concile de Constantinople (381). En effet, si Jésus-Christ est engendré non pas créé, l’Esprit Saint, quant à lui, procède du Père et du Fils. Et comme le disent les Pères conciliaires à Constantinople :
« … Avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire, il a parlé par les prophètes ».

En désignant l’Esprit Saint comme étant la troisième personne de la Trinité, ne ressort-il pas une hiérarchisation des trois personnes de la Trinité ?

C’est une grosse erreur théologique appelée hérésie que l’on fait en raisonnant ainsi. Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu l’Esprit Saint ne sont pas les mêmes Personnes. Ce sont des Personnes bien distinctes l’une de l’autre. Et ce n’est pas du trithéisme parce qu’on se retrouverait devant trois (03) Dieux. Non ! Il s’agit d’une seule et même nature divine en trois Personnes bien distinctes. Le Père ne se confond pas au Fils, et le Fils ne se confond pas non plus à l’Esprit Saint. Il y a souvent deux hérésies que nous faisons en parlant de la Trinité et aussi de l’Esprit. Il s’agit du modalisme et du subordinationisme. Ce sont des termes, certainement nouveaux pour vous, mais le contenu nous est familier. Le modalisme ou la conception modaliste consiste à considérer l’Esprit Saint comme un mode de manifestation, c’est-à-dire une manière de manifestation de Dieu le Père ou du Fils, Jésus-Christ. Donc l’Esprit Saint ne serait au fond que Dieu le Père ou le Fils qui se manifesterait autrement sous le nom de l’Esprit Saint. Le subordinationisme ou la conception subordinationiste consiste à subordonner l’Esprit Saint au Fils et le Fils au Père. Et comme tel, le Fils et l’Esprit Saint seraient inférieurs à Dieu le Père, autrement dit, ils ne partageraient pas la pleine nature divine avec le Père. Quand nous voulons parler du Saint Esprit, il nous faut bien faire attention à ce que nous disons pour ne pas faire des hérésies et être littéralement dans l’erreur. Notre bonne volonté d’expliquer la Trinité et notamment le Saint Esprit aux gens ne suffit pas, il faut encore maitriser ce dont il est question.

LIRE AUSSI:  Appui au développement de l’agriculture :Le Bénin signe trois projets avec la FAO pour 1,7 milliard F CFA
L’Esprit Saint que Jésus donna à ses Apôtres après sa résurrection dans l’évangile de Saint Jean est-il différent de l’Esprit reçu au cénacle au jour de la Pentecôte ?

Monsieur le Journaliste, avec ces deux événements de descente du Saint Esprit, nous pouvons dire que les Apôtres ont connu deux Pentecôtes à savoir en Jean 20, 22 et en Actes des Apôtres 2. L’Esprit Saint reçu par les Apôtres à ces deux moments est le même, avec cependant des finalités bien différentes. Dans l’Evangile de saint Jean 20, 22, l’Esprit Saint donné est en vue de la rémission des péchés. Il faut relire le texte pour le savoir. Et dans les Actes des Apôtres, l’Esprit Saint donné est en vue de l’envoi en mission. Désormais, les disciples du Christ ont la force et la grâce d’être témoins de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. L’Esprit Saint reçu est le même, avec cependant des missions différentes à confier. Il en est d’ailleurs de même du baptême et de la confirmation parmi les sacrements de l’initiation chrétienne. L’Esprit Saint reçu au baptême nous fait naître à la vie des Fils de Dieu. L’Esprit Saint reçu à la confirmation nous rend adulte dans la foi afin que nous nous engagions pour notre foi.

De plus en plus, d’aucuns se disent avoir l’Esprit Saint et créent des communautés ici et là. Comment s’en convaincre?

Le souffle du Saint Esprit continue de souffler et il agit en qui il veut et où il veut. Ce souffle du Saint Esprit est la source d’un renouveau permanent dans l’Eglise à travers ses dons et charismes. Plusieurs communautés chrétiennes affectionnent le Saint Esprit. Plusieurs mêmes, au nom de telle ou telle inspiration reçue de lui, créent de nouvelles communautés chrétiennes. Et la seule question à se poser est de savoir si : l’Esprit Saint souffle-t-il pour que se multiplient les communautés (ou sectes) chrétiennes ou pour consolider notre unité (Jn 17, 21-26) dans la vérité ? Autrement dit, si l’Esprit Saint m’inspire et agit en moi, faudrait-il que moi aussi, je crée ma communauté chrétienne ? Est-ce cela être inspiré par l’Esprit Saint ? N’est-ce pas plutôt être un signe de renouveau et de vie pour ma communauté ? Beaucoup parlent du Saint Esprit et recherchent ses charismes de nos jours, ce qui est très bien car cela participe à la gloire de Dieu. Mais la question fondamentale est de se demander quelle est la place accordée au Christ dans notre relation à l’Esprit Saint d’une part et quelle est la part accordée à la Vierge Marie dans notre vie dans l’Esprit Saint. Celui qui prie le Saint Esprit et demande qu’il agisse en lui dans toute sa puissance, mais qui ne considère pas, ne vénère et ne prie pas la Vierge Marie n’est au fond pas cohérent avec lui-même. Car Marie est la première personne à l’aube des temps nouveaux, en qui l’Esprit Saint a déployé sa toute-puissance à travers la naissance de Jésus. Tout ce qui est dit de Marie, est dit en relation à Jésus Christ qui a fait don du Saint Esprit aux hommes. Pour apprécier la solidité et la cohérence d’un discours sur le Saint Esprit, voyez la place qui y est accordée au Christ et à Marie. Y sont-ils bien intégrés ou mis en quarantaine ?

LIRE AUSSI:  Législatives du 26 avril prochain: La Société civile pour une élection pacifique et crédible
Comment ouvrir les portes de sa vie à l’Esprit Saint ?

Ouvrir les portes de sa vie à l’Esprit Saint revient à ouvrir son esprit à l’action du Saint Esprit, qui travaille à un renouvellement de notre mentalité pour nous unir toujours plus au Christ. Et pour se faire, nous devons d’abord avoir une vie de prière, ensuite nous familiariser à la Parole de Dieu à travers la lecture de la Bible et enfin, garder l’esprit ouvert à toutes les inspirations et motions du Saint Esprit, qui peut nous inspirer à travers nos parents, un ami ou un événement, etc. L’Esprit Saint est le plus grand Don de Dieu que le Christ ait fait aux hommes. Un don ou un cadeau s’accueille. L’accueil requiert un état d’ouverture d’esprit et du cœur dans la foi, l’espérance et la charité.

Vous l’avez évoqué, la Pentecôte était une fête juive. Allez-vous donner raison aux Africains qui pensent qu’on leur impose des fêtes juives et le Dieu des Blancs ?

Monsieur le Journaliste, votre question m’intéresse particulièrement car plusieurs Africains se la posent aussi. Si la Pentecôte a des racines juives, en quoi la descente de l’Esprit Saint célébrée par les chrétiens a-t-elle une connotation juive ? Et Jésus ou le Saint Esprit est le Dieu des Blancs qu’on imposerait à nous les Africains ? En aucun cas, Jésus ou le Saint Esprit n’est pas le Dieu des Blancs. Jésus Christ et le Saint Esprit sont Dieu non pas pour un groupe culturel ou territorial, mais pour tout l’univers, sans quoi il ne serait plus Dieu, car la Divinité est Transcendance et omnipotence. Jésus est venu pour tous les hommes et l’Esprit Saint qu’il nous donne est donné à tous les hommes. La preuve de l’universalité de la foi en Jésus-Christ est donnée dans le récit de la Pentecôte en Ac 2. Après les événements de la passion-mort et résurrection du Christ, la peur voulait tenir captive la Bonne Nouvelle car ses témoins, c’est-à-dire les disciples du Christ avaient peur et vivaient en cachette, enfermés dans une maison de Jérusalem. Mais la question est de savoir s’il était possible que la peur retienne enfermée la Bonne Nouvelle du Christ ? Le Christ n’est-il pas la Lumière à mettre sur le lampadaire pour qu’il éclaire tous les hommes? Et c’est cela, monsieur le Journaliste, il n’y aurait pas la Pentecôte que tout se limiterait à Jérusalem. Mais la puissance du Saint Esprit a ouvert les portes enfermées de nos cœurs pour que Jésus-Christ soit annoncé et accueilli par tous les peuples de la terre (Ac 2, 6-12). Tous les autres peuples présents à Jérusalem entendaient dans leurs propres langues la Bonne Nouvelle du Christ annoncée par les Apôtres, tout simplement parce que le Christ n’est pas seulement pour les Juifs, mais pour tous les peuples. Et symboliquement, tous les peuples de la terre étaient déjà présents à l’ouverture ou au lancement de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ à la terre entière. Nous étions déjà tous présents à la Pentecôte, à la naissance de l’Eglise. Je termine en disant ceci : Jésus est universel et impacte la terre entière parce qu’il est rempli du Saint Esprit. C’est l’Esprit Saint qui est le principe de son universalité. L’œuvre des Apôtres a impacté l’univers parce qu’ils ont été ouverts à l’action du Saint Esprit. L’Eglise impacte le monde entier, non pas à cause de l’érudition ou le travail de ses membres, mais seulement grâce à la Présence du Saint Esprit dans l’Eglise. Et voici ma conclusion : chaque homme peut impacter l’univers et ses œuvres peuvent avoir un impact universel si et seulement s’il se laisse éclairer et guider par l’Esprit Saint. Que le Seigneur soit avec vous et avec tous nos Lecteurs. Bonne fête à tous et à chacun.

LIRE AUSSI:  Formation à l’entrepreneuriat: Six étudiants d’Esperanza témoignent de leur stage en France